Vaccins AstraZeneca, l’inspection de l’UE trouve 29 millions de doses dans l’usine d’Anagni – Il Sole 24 ORE

À Anagni, près de Frosinone, dans l’usine de la société américaine Catalent, se trouvent 29 millions de doses du vaccin AstraZeneca prêtes à être expédiées à l’étranger et découvertes par les autorités italiennes après une enquête déclenchée par un rapport de la Commission européenne. Il a écrit ce matin “La Stampa”, écrit aussi en toute évidence la Financial Times sur le site et peu après 14 heures, la note du Palazzo Chigi arrive. C’est clairement la nouvelle du jour dans la lutte contre la pandémie qui, pour une fois, a pour centre le vaccin du big pharma anglo-suédois.

Reconstruction de Draghi : “Deux lots restants pour la Belgique”.

Deux des lots d’Astrazeneca bloqués à Anagni “sont partis aujourd’hui pour la Belgique, à la maison mère. Je ne sais pas où ils iront à partir de là. Pendant ce temps, la surveillance se poursuit pour les lots restants”. C’est ainsi que le premier ministre Mario Draghi a expliqué la situation dans sa réponse devant la Chambre des députés. “Je parle de pragmatisme dans un sens positif vis-à-vis de l’UE, je ne mets pas en avant la recherche d’autres voies. L’Italie a montré que son action repose sur trois piliers : le respect des accords par les multinationales de vaccins ; des sanctions si ces accords ne sont pas respectés ; le remplacement rapide des vaccins manquants par d’autres types de vaccins”, a poursuivi M. Draghi. “Samedi soir, j’ai reçu un appel téléphonique du président de la Commission européenne à propos de certains lots qui n’entraient pas dans les comptes de la Commission et qui seraient stockés dans l’usine d’Anagni” où “infiala” le vaccin Astrazeneca. “On m’a suggéré unìispezione. Le soir même, j’ai appelé le ministre Speranza, dont dépendent les Nas, et les Nas sont allés immédiatement et le lendemain matin, après avoir travaillé toute la nuit, ils ont identifié les lots excédentaires qui, à ce moment-là, étaient bloqués. Aujourd’hui, deux d’entre eux ont été expédiés en Belgique, où se trouve la société mère. Mais ils sont là, de là où ils iront je ne sais pas, mais en attendant la surveillance continue pour les lots restants”.

Chargement…

La note du gouvernement italien

“Le samedi 20 mars – lit-on dans la note du Palazzo Chigi publiée à 14 – la Commission européenne a demandé au Premier ministre Mario Draghi de vérifier certains lots de vaccins dans une usine de production à Anagni. Le Premier ministre a informé le ministre de la Santé, Roberto Speranza, qui a ordonné une inspection qui a eu lieu entre samedi et dimanche grâce au travail des Carabinieri Nas. L’inspection a révélé que les lots étaient destinés à la Belgique. Tous les lots sortants sont contrôlés par le NAS. La note du Palazzo Chigi rectifie ce qui a été écrit ce matin par “La Stampa” : selon le journal turinois, les doses étaient destinées au Royaume-Uni. Selon le Palazzo Chigi, cependant, vers la Belgique.

A qui étaient destinées les doses ?

La destination finale n’est pas un fait secondaire car si elle était dirigée vers le Royaume-Uni, cela déclencherait le blocage des doses puisque l’UE a pour objectif de bloquer l’exportation de vaccins produits dans l’UE en dehors du groupe des 27 pays. Si au contraire, comme le prétend le gouvernement italien, la destination est la Belgique, il n’y a pas lieu de se scandaliser, même si la raison du rapport de l’UE n’est pas claire. Une source, citée par le Financial Times en tant que fonctionnaire français, a déclaré en fait que si ces 26 millions de doses n’avaient pas été destinées au bloc des 27 pays, l’interdiction d’exportation aurait été déclenchée. Mais c’est un “si”.

L’autodéfense d’AstraZeneca

AstraZeneca, la société anglo-suédoise qui a mis au point le vaccin, intervient alors et déclare qu’elle “souhaite clarifier des déclarations inexactes” sur l’affaire. “Actuellement, il n’y a pas d’exportations prévues en dehors des pays participant au plan COVAX. Il y a 13 millions de doses de vaccin en attente de contrôle de qualité pour être ensuite expédiées à COVAX, dans le cadre de notre engagement à fournir des millions de doses aux pays à faible revenu. Le vaccin a été produit en dehors de l’UE, puis transporté à l’usine d’Anagni pour être infialamento. L’UE soutient l’approvisionnement des pays à revenu moyen et faible par le biais de la COVAX. Il y a 16 millions de doses supplémentaires – ajoute la note d’Astrazeneca – qui sont prêtes à être expédiées en Europe. Près de 10 millions de doses seront livrées aux pays de l’UE au cours de la dernière semaine de mars. Il n’est pas correct de définir cette cargaison comme un stock. La production du vaccin est un processus très complexe qui prend du temps”.