Un homme qui a rénové le bus scolaire de ses grands-parents recrée leur voyage

  • Les grands-parents de Josh Jackling ont rénové un bus scolaire des années 50 dans les années 70, le conduisant sur plus de 275 000 miles.
  • Jackling a passé les trois dernières années à transformer le bus de 67 ans en une maison moderne sur roues.
  • Maintenant, lui et sa femme ont l’intention de prendre la route eux-mêmes, en recréant une partie du voyage de ses grands-parents.
  • Visitez la page d’accueil d’Insider pour plus d’histoires.

Les grands-parents de Josh Jackling, Joseph et Inez Jackling, étaient essentiellement des pionniers de la vie en camionnette.

Si la popularité de la vie en camionnette et de la rénovation des bus scolaires (alias “skoolie”) explose de nos jours, ces transformations prenaient déjà de l’ampleur dans les années 70, lorsque les grands-parents de Josh ont rénové un bus scolaire de 1954 pour parcourir plus de 275 000 miles à travers deux continents, jusqu’à la pointe de l’Argentine.

Bus des années 50, journal

Les grands-parents de Josh, Joseph et Inez Jackling, ont fait paraître le journal local avant leur voyage.

Couronné dans le style/instagramme



Aujourd’hui, ce même bus reprend la route, car Josh, 42 ans, et sa femme, Carolyn McKenna, 37 ans, prévoient de passer les prochaines années à recréer des parties du voyage des grands-parents de Josh.

Josh a hérité du bus à 16 ans, à la mort de son grand-père, et a ensuite passé deux ans à vivre dans la cour de sa grand-mère.

“J’ai toujours été attiré par le bus, quand j’étais enfant, j’allais chez mes grands-parents et je grimpais juste en dessous pour regarder dans tous les compartiments”, a déclaré Josh à Insider. “J’ai toujours été fasciné par cette chose. Et maintenant, elle fait partie de nos vies”.

Josh Jackling rêvait de réparer le bus d’époque et de suivre les traces de ses grands-parents

Bus des années 50, grand-père

Le grand-père de Josh, Joseph, travaillant dans le bus (ci-dessus), et Josh faisant de même (ci-dessous).

Couronné dans le style/instagramme



Josh a commencé les rénovations dans le bus il y a dix ans, pour ensuite les abandonner. Cependant, il a déclaré que le fait de suivre un cours de développement personnel l’avait revigoré, et il a repris les rénovations, cette fois-ci en passant trois ans à transformer minutieusement le bus en une élégante maison sur roues.

Bus des années 50, intérieur

Le bus possède une barre de 9 pieds en pin de récupération.

Couronné dans le style/instagramme



Josh a dit que sa priorité était d’ouvrir l’espace car il était un peu sombre et claustrophobe. Pour ce faire, il a coupé le toit et l’a surélevé de 13 pouces, et a enlevé toutes les armoires en hauteur.

IMG_7291

La salle de bains est revêtue de bois et confortable.

Couronné dans le style/instagramme



Bien qu’il n’y ait pas beaucoup d’espace pour les effets personnels, Josh a donné la priorité à l’eau et à une grande batterie, ce qui fait que les deux appareils peuvent rester environ 14 jours hors réseau, de sorte que Josh et McKenna peuvent se passer de remplir des réservoirs d’eau, de les vider ou de se brancher sur l’eau ou l’électricité pendant deux semaines.

IMG_7290

La douche a un plancher chauffant.

Couronné dans le style/instagramme



Pour moderniser ce bus vieux de 67 ans, Josh a refait le câblage électrique, ajouté des panneaux solaires et remplacé le moteur, les freins et tout le châssis. Les freins étaient si vieux que Josh a dit qu’on lui avait dit de chercher des pièces de rechange dans un musée.

La reconstruction a nécessité beaucoup d’essais et d’erreurs, a-t-il dit, et quelques erreurs qui ont dû être corrigées en cours de route.

Bus des années 50, construction

Josh a dit que la réparation du bus avait nécessité beaucoup d’essais et d’erreurs.

Couronné dans le style/instagramme



Ce bus de 35 pieds de long et de 260 pieds carrés est maintenant équipé d’une douche en carreaux pleine grandeur avec plancher chauffant, de toilettes électriques, d’un lit queen-size, d’un canapé complet et d’un poêle à bois. Il y a également une cuisine avec un four à micro-ondes, un four et un grill combinés, un grand évier, deux petits réfrigérateurs et un bar de 2,5 mètres en pin de récupération qui sert de salle à manger et d’espace de travail.

Le bus est également équipé de la climatisation et du chauffage, ainsi que d’un éclairage LED, et, selon Josh, tout est économe en énergie.

Le couple a tout vendu en prévision de leur voyage

Bus des années 50, intérieur

Le véhicule est un bus scolaire Crown de 1954.

Couronné dans le style/instagramme



Josh a dit que lui et sa femme avaient fermé une entreprise de construction qu’il dirigeait depuis plus de 20 ans, loué leur maison et vendu la plupart de leurs biens avant de s’installer dans le bus. Ils prévoient de prendre la route le mois prochain.

“Le plus important est de passer d’une activité que je connais très bien, celle de la construction, à une nouvelle frontière”, a-t-il déclaré. “Nous arrêtons nos revenus, nous poursuivons quelque chose de totalement nouveau et différent, et nous faisons juste de l’argent sur la route”.

Alors que McKenna a une entreprise de conseil en ligne qu’elle continuera à diriger, Jackling prévoit de monétiser leur présence dans les médias sociaux lors de leurs déplacements.

Bus des années 50, extérieur

Le bus a maintenant une teinte menthe rétro.

Couronné dans le style/instagramme



“Nous poursuivons le rêve de voyager à travers le pays et de vivre des aventures plutôt que de rester à la maison, d’être à l’aise, de gagner de l’argent et de ne pas vraiment vivre ce que j’imagine être une vie extraordinaire”, a-t-il déclaré.

Il a ajouté que la réduction des effectifs a été émotionnelle et le plus grand défi.

“Se débarrasser de certaines choses, c’est comme se décharger d’un fardeau, ça vous allège”, a-t-il dit. “Ça fait vraiment du bien, mais lâcher prise est un peu effrayant.”

Les grands-parents de Josh ont acheté le bus scolaire Crown de 1954 au début des années 70

Bus des années 50, journal

Les grands-parents de Josh ont parcouru environ 275 000 miles en bus.

Couronné dans le style/instagramme



Josh a dit que ses grands-parents n’avaient pas beaucoup d’argent lorsqu’ils ont acheté le bus scolaire au début des années 70 – à l’époque, le véhicule avait presque 20 ans – mais qu’ils étaient très économes. Ils ont réparé le bus eux-mêmes, en utilisant tous les objets d’occasion, dit-il. Ils ont même fait la navette entre le bus et le stade des Dodgers de Los Angeles pour récupérer les 2 800 dollars qu’ils avaient dépensés pour le véhicule à l’époque.

Puis, en 1972, ils ont passé plus de trois ans à parcourir le pays en bus.

Josh a dit que lui et sa femme reproduisaient vaguement le parcours de ses grands-parents. Bien qu’ils n’aient pas prévu d’autre itinéraire que de rendre visite à leur famille sur la côte Est, ils espèrent traverser le Canada pour rejoindre l’Alaska, comme l’ont fait les grands-parents de Josh.

La grand-mère de Josh a pris le bus fini avant de mourir

Bus des années 50, livre d'or

La grand-mère de Josh, Inez, lui a donné le livre d’or original du bus.

Couronné dans le style/instagramme



Josh a dit que son objectif était de faire monter sa grand-mère dans le bus achevé, et il a pu le faire avant qu’elle ne meure.

Elle était époustouflée, en pleurs, en disant : “Regardez ce que vous avez fait à mon bus ! Ton grand-père serait si fier”, a-t-il dit.

“Nous l’avons emmenée faire un tour du pâté de maisons et deux mois plus tard, elle est décédée à 96 ans”, a-t-il déclaré.

Bus des années 50, direction

De nombreuses caractéristiques originales du bus ont été conservées.

Couronné dans le style/instagramme



Avant la mort de sa grand-mère, Josh a dit qu’elle lui avait donné un “livre d’or” qu’elle et son mari conservaient pour garder une trace des personnes rencontrées au cours de leurs voyages ainsi que des arrêts qu’ils avaient faits.

Inspiré par les vacances de ses grands-parents dans le bus, Josh espère que ce voyage lui permettra, à lui et à sa femme, de “profiter et d’explorer, de rencontrer des gens et de donner à ceux qui ont besoin de nous”.