Un artiste de Saskatoon fabrique des kits d’artisanat axés sur la santé mentale

SASAKTOON —
Un artiste de la ville a trouvé un moyen d’aider à améliorer la santé mentale des jeunes pendant la pandémie, avec la création de kits de bien-être artistiques.

C’est un projet mené par Lisa Lam, 23 ans.

Lam a participé au projet de toile urbaine du Saskatoon Community Youth Arts Programming (SCYAP) et est maintenant mentor au sein de l’organisation à but non lucratif. Elle dit que l’art a été un outil puissant pour l’aider dans ses propres luttes contre les problèmes de santé mentale.

“Toute ma vie, j’ai lutté contre l’anxiété et la dépression. Ça a été très dur. Pour moi, je voyais l’art comme une constante parce qu’il est toujours là pour moi. Quand j’ai de mauvaises journées, je peux toujours compter sur l’art pour me sentir mieux”, dit Lam.

Selon Clay Shaw, directeur des opérations du SCYAP, Lam n’est pas la seule à ressentir ces sentiments.

“Les dépendances, les problèmes de santé mentale, l’anxiété – nous considérons qu’il s’agit là de trois facteurs majeurs qui contribuent à ce que certaines personnes n’aient pas d’emploi, ou à ce qu’elles se retrouvent sans domicile fixe ou en dépression. Nous trouvons donc que l’art est plus qu’un simple amusement, il contribue au développement personnel et à la santé mentale”.

Depuis sa création en 2001, l’organisation à but non lucratif vise à répondre aux besoins sociaux, économiques et éducatifs des jeunes à risque.

“Nous sous-estimons souvent le pouvoir de l’art. L’art peut vraiment aider à la confiance et à l’estime de soi. Je peux facilement dire que cela a changé ma vie”, dit Lam.

Afin d’aider la jeunesse locale à combattre l’ennui et le sentiment d’isolement chez elle, Lam a créé des milliers de kits artistiques pour la communauté.

En plus des kits, l’association à but non lucratif organise des programmes artistiques hebdomadaires en personne et commence à se tourner vers la programmation en ligne, pour s’assurer que les jeunes restent engagés à la maison.