Sophie Benoiton 29 mars 2019

La société Twitter prévoit d’ajouter des éléments de “contexte” à certains tuits qui violent ses règles d’utilisation, mais qui, selon elle, peuvent être d’intérêt public, comme ceux publiés par des personnalités politiques comme le président américain Donald Trump.

Au lieu de les supprimer, Twitter prévoit d’ajouter des éléments de “contexte” à certains tuits qui violent ses règles d’utilisation, mais qu’il estime pouvoir être d’intérêt public comme ceux publiés par des personnalités politiques comme Donald Trump.

La plateforme habituellement utilisée par le président américain pour lancer toutes sortes de commentaires, dont certains incendiaires, a déclaré qu’il explorait des moyens d’ajouter du contexte aux tweets considérés d’intérêt public légitime, mais qui violent ses conditions de service.

“Twitter explore les moyens de fournir plus de contexte autour des tweets qui violent nos règles, mais qui sont des nouvelles et d’intérêt public légitime”, a déclaré la société dans un communiqué électronique.

La veille, le chef de la sécurité de Twitter, Vijaya Gadde, avait fait des commentaires similaires lorsqu’on lui avait posé des questions sur des tweets abusifs qui pourraient venir d’une personnalité publique comme Trump.

Le groupe des “transfuges” qui défie le dictateur

Dans une interview accordée lors d’un forum technologique du Washington Post à San Francisco, M. Gadde a déclaré que Twitter cherchait des moyens de ” mettre un peu de contexte autour de lui afin que les gens soient conscients que ce contenu est vraiment une violation de nos règles et joue un rôle particulier pour rester sur la plate-forme.

Les tweits qui vont trop loin, comme menacer quelqu’un avec violence, seront éliminés, peu importe qui les affiche, selon Gadde.

Twitter et d’autres plateformes en ligne ont subi des pressions pour éliminer les contenus abusifs et haineux, tout en évitant de critiquer les préjugés politiques.

Plus tôt ce mois-ci, Trump a intensifié les critiques de partialité politique à l’égard des entreprises technologiques dans une nouvelle attaque contre la Silicon Valley après qu’un de ses principaux alliés au Congrès ait poursuivi Twitter, l’accusant de discrimination contre les conservateurs. Le compte Twitter de Trump compte près de 60 millions d’adeptes.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :