Trop soif? Volvic blâmé alors que les ruisseaux se tarissent – The Straits Times

VOLVIC, FRANCE (AFP) – Les collines volcaniques luxuriantes entourant Volvic, dans le centre de la France, sont depuis longtemps une source d’eau minérale prisée dans le monde entier, mais les habitants et les géologues avertissent que trop de pompage est actuellement en cours, ce qui met toute la région en danger.

«Nous avions de l’eau jusqu’aux genoux et le ruisseau pouvait faire tourner deux moulins», a déclaré Pierre Grodecoeur, 69 ans, soulignant le flux à l’extérieur de la maison où il est né aux Moulins Blancs.

Les moulins ont disparu depuis longtemps, a déclaré Grodecoeur, et de nos jours, le lit du cours d’eau est souvent sec.

Son village en Auvergne se trouve juste en bas de la route de l’imposante usine d’embouteillage de Volvic appartenant au géant français de l’alimentation et des boissons Danone.

Depuis 2014, le gouvernement autorise Danone à embouteiller jusqu’à 2,8 millions de mètres cubes par an, soit 2,8 milliards de bouteilles d’un litre.

Cela se traduit par une extraction de près de 89 litres par seconde de la nappe phréatique de Volvic, contre seulement 15,6 litres lorsque les opérations d’embouteillage ont commencé en 1965.

Mais à l’écloserie voisine de Saint-Genest-l’Enfant, monument inscrit datant du XVIIe siècle où la source Volvic émerge naturellement, il y a maintenant quelques mois où l’eau ne coule plus du tout.

Le propriétaire, Edouard de Feligonde, a dû fermer la pêche il y a quelques années après que la lentille d’eau ait formé des pellicules vertes glissantes sur des bassins qui sont devenus stagnants faute de courant.

“Danone détruit un monument historique pour qu’il puisse envoyer ses bouts de plastique à l’autre bout du monde”, a déclaré Feligonde, qui mène une bataille juridique contre la multinationale avec l’avocate et ancienne ministre de l’environnement Corinne Lepage.

«Désertification»

Robert Durand, géologue, a déclaré à l’AFP que le débit moyen à la source de Volvic était tombé à 50 litres par seconde, bien en dessous des 470 litres par seconde mesurés en 1927.

Les pénuries d’eau ont déjà un impact sur la biodiversité de la région en réduisant l’humidité naturelle des collines boisées.

«Cela peut être décrit comme le début d’une désertification», a déclaré Christian Amblard, expert à l’institut de recherche CNRS de Clermont-Ferrand, la capitale historique de l’Auvergne.

Il a cité le déclin des aulnes noirs et des oiseaux chanteurs siskin qui y nichent, ainsi que des frênes et des orioles dorés. “Seules la main de l’homme et Volvic sont responsables”, a-t-il déclaré.

Laurent Campos-Hugueney, agriculteur et membre du collectif Water is a Public Good, a déclaré que les ruisseaux autour de Volvic ne coulaient plus assez fortement pour soutenir l’irrigation. “Il n’y a pas eu d’opérations végétales ou maraîchères dans la région depuis plusieurs années”, a-t-il dit.

Mais Jerome Gros, directeur du site d’embouteillage de Volvic, a contesté l’affirmation selon laquelle ses opérations aspiraient le lit à eau et a déclaré que Danone investissait massivement dans la protection de la source.

“Nous avons économisé 380 millions de litres entre 2017 et 2020 alors même que les ventes sont restées stables”, a déclaré Gros à l’AFP.

En 2014, par exemple, Volvic a dû pomper deux litres pour remplir une bouteille d’un litre, l’excédent étant utilisé pour la stérilisation et le rinçage du matériel.

«Aujourd’hui, nous ne sommes plus qu’à 1,4 litre pour chaque litre embouteillé», a-t-il déclaré.

‘Se tirer une balle dans le pied’

Les critiques ne sont pas convaincus, notant que Volvic pompe de l’eau jusqu’à 100 mètres de profondeur et que l’épuisement des cours d’eau ne peut pas être attribué à la météo car les précipitations sont restées stables au cours des dernières années.

«C’est comme si vous vidiez une baignoire par le bas», a déclaré François-Dominique de Larouzière, un géologue membre du groupe local de préservation de l’environnement Preva.


Vue générale de l’usine de la société française des eaux minérales Volvic, à Volvic, France, le 5 mai 2021. PHOTO: AFP

Les autorités ont également permis à Volvic d’étaler son allocation de volume sur toute l’année, ce qui signifie qu’il peut pomper davantage en été lorsque la demande augmente, laissant tout le monde sec et sec.

Le haut responsable du gouvernement pour la région, Philippe Chopin, a déclaré à une commission parlementaire en avril que “les conditions environnementales, en particulier la sécheresse, ont provoqué une baisse de la nappe aquifère que nous ne pensons pas pouvoir être imputée” aux extractions de Volvic.

Ses affirmations ont été rejetées par beaucoup à Volvic, où la délivrance de permis de construire a été suspendue en août dernier en raison du risque de pénurie d’eau potable – bien que le maire ait nié toute preuve que les opérations de Volvic en étaient la cause.

“Comment pouvez-vous dire aux gens qu’ils ne peuvent pas arroser trois plants de tomates au milieu de l’été, quand ils voient des camions pleins quitter cette usine?” Dit De Larouzière.

“Danone se tire une balle dans le pied, mais quand le robinet s’arrête de fonctionner, ça va être douloureux.”