Tournoi dans la crise Corona – Le grand tremblement: Munich menace de mettre fin à l’EM – DFB sous pression – Stuttgarter Nachrichten

La ville de Munich continue de refuser une garantie d’admission du public à la MÉ. Photo: Matthias Balk / dpa Photo: dpa


Ce sont des jours cruciaux pour la Fédération allemande de football. Pour la ME en été, la fin en tant que co-hôte menace. Les supporters protestent contre la réforme de la Coupe d’Europe. Au sein de l’association, le personnel de direction est vivement critiqué.

Berlin – Sur le pittoresque lac Léman, la Fédération allemande de football a du mal à accueillir le championnat d’Europe et à trouver une solution à la question politiquement extrêmement sensible du public.

La ville de Munich, qui est censée accueillir tous les matchs de groupe de l’équipe nationale allemande cet été, continue de refuser une garantie d’admission du public. La DFB doit donc négocier dur lors de la réunion de l’UEFA de lundi (à partir de 9 heures) en Suisse, au cours de laquelle la réforme en profondeur de la Coupe d’Europe doit être décidée pour éviter une super ligue. Un compromis ou la fin du championnat d’Europe de Munich – les deux semblaient possibles jusqu’à la toute fin.

La DFB, qui fait l’objet de vives critiques chez lui, a confirmé dimanche la réception de deux lettres du ministère fédéral de l’Intérieur et de la chancellerie d’État bavaroise en fin de semaine dernière. Selon “Bild am Sonntag”, les deux chambres rejettent un engagement ferme d’ouvrir au moins 20 à 25 pour cent de la capacité du stade aux spectateurs. Cela semble être à son tour l’exigence de l’UEFA – neuf hôtes sur douze du tournoi (du 11 juin au 11 juillet) ont déjà donné le feu vert à la Hongrie pour jouer devant des tribunes pleines.

“La DFB est en échange constant et constructif avec les gouvernements fédéral et des États”, a déclaré la DFB à la demande de l’agence de presse allemande. “Malgré le développement difficile de la pandémie, nous restons optimistes quant à la planification de l’UEFA avec Munich à l’EURO 2020.”

En plus des matchs de la sélection DFB contre les champions du monde de France (15 juin), les champions d’Europe du Portugal (19 juin) et de Hongrie (23 juin), un quart de finale (2 juillet) aura lieu dans l’Allianz Arena des champions du record. FC Bayern. “L’UEFA impose aux spectateurs d’être admis sur les sites respectifs, ce qui, à mon avis, est une forme de chantage”, a déclaré l’expert en santé du SPD Karl Lauterbach du “Frankfurter Allgemeine Zeitung”.



Si l’UEFA reste difficile – Dublin et Bilbao n’ont pas encore été confirmées en tant qu’hôtes – les matchs seraient transférés dans une autre ville. La lettre de l’IMC indique clairement que ce ne serait pas en Allemagne. La Russie a déjà entamé des pourparlers avec Saint-Pétersbourg, la Hongrie avec Budapest et le dernier hôte, l’Angleterre, avec Londres serait des alternatives possibles.

“Il est également clair que l’UEFA n’a rien du tout contre Munich et aimerait garder le lieu. Mais nous ne sommes pas autorisés à dire” me san mir “à Munich et c’est pourquoi nous avons notre point de vue”, a déclaré le vice-président de la DFB. Rainer Koch sur l’émission BR “Aujourd’hui dans le stade”. Le joueur de 62 ans est membre du Comité exécutif de l’UEFA – et souhaite être confirmé dans ce rôle lors du congrès de l’instance dirigeante mardi. Le DFB est dans une position délicate.

Le maire de Munich, Dieter Reiter, a de nouveau déclaré dans le “Welt am Sonntag” que les matchs devant les fans en été sont souhaitables. Il espère “que la situation pandémique s’améliorera d’ici juin et que nous serons en mesure de libérer au moins un certain pourcentage des sièges de l’Allianz Arena pour les spectateurs, y compris des mesures d’hygiène supplémentaires et d’éventuelles stratégies de test, comme le vise l’UEFA. “. Mais le message clé demeure: il ne peut y avoir aucune garantie.

Le Premier ministre bavarois Markus Söder avait récemment exprimé son scepticisme – et pas du tout. En plein milieu de la crise Corona, annoncer la mise en place de jeux EM devant les fans dans un peu moins de deux mois semble politiquement difficile. Le patron de la CSU se bat actuellement pour la candidature à la chancelière de l’Union. Le gouvernement de l’Etat pourrait également expliquer un EM-aus avec la protection de la santé plus facilement que le DFB, pour qui une décision contre Munich serait un autre coup dur en termes de politique sportive.

Outre Koch, le président de la DFB Fritz Keller, le secrétaire général Friedrich Curtius et le vice Peter Peters, qui doit être élu mardi au conseil de l’association mondiale FIFA, souhaitent également être présents en Suisse. Le fossé entre Keller et Curtius pourrait également devenir un sujet au sein de l’UEFA – en Allemagne, les représentants amateurs ont récemment exercé une pression massive.

Selon les informations du “Süddeutsche Zeitung”, plusieurs associations nationales et régionales préparent une lettre au sommet de la DFB. En conséquence, les représentants amateurs se plaignent dans un document de position que le journal prétend avoir reçu et qui sera envoyé au Présidium de la DFB dans la semaine à venir, y compris l’état «désolé» de l’organisation faîtière. Une collaboration entre Keller, Curtius, le trésorier Stephan Osnabrügge et Koch est “impensable dans la constellation actuelle”.

Selon de nombreux fans, l’association peut difficilement être sauvée. Plusieurs organisations se sont récemment mobilisées contre la réforme de la Coupe d’Europe, qui, notamment en Ligue des champions, conduira à massivement plus de matchs de 36 au lieu de 32 participants. Dimanche, les informations faisant état de la menace renouvelée d’une super ligue de la part de certains clubs européens sans l’UEFA ont fait sensation. Selon le Times, Manchester United, Liverpool FC, Arsenal FC et Chelsea FC et Tottenham Hotspur en font partie. Le FC Bayern ne devrait pas être impliqué – ainsi que le champion de France Paris Saint-Germain. Cependant, l’UEFA ne veut pas s’éloigner de son plan.

L’alliance de fans “Our Curve” a explicitement appelé Koch à voter contre la réforme. La deuxième division St. Pauli a également appelé le vice-président de la DFB à ne pas être d’accord. Le joueur de 62 ans, influent au sein de la DFB, ne semble pas en mesure de se plier à cela. L’UEFA veut la réforme, et le géant allemand de l’association doit bien faire – sinon les négociations sur le championnat d’Europe seront encore plus difficiles.

© dpa-infocom, dpa: 210418-99-251743 / 4