Sophie Benoiton 25 mars 2019

La FIFA veut passer de 32 à 48 équipes, elle a besoin de plus de sites.

Le projet du Président de la FIFA Gianni Infantino d’étendre la Coupe du Monde de la FIFA 2022 à Qatar à 48 équipes, ce qui signifierait l’étendre à un pays voisin, pourrait conduire à une augmentation des tensions diplomatiques dans la région.

Qatar, hôte de la Coupe du Monde 2022 avec 32 équipes, n’a pas la capacité structurelle pour accueillir une compétition avec 48 équipes.

Les matches supplémentaires pourraient être organisés au Koweït ou à Oman, deux pays qui se sont éloignés de la crise du Golfe qui a éclaté en 2017 entre l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Baréin et l’Egypte, d’une part, et Qatar, d’autre part.

Loin de transformer une région politiquement turbulente en une région plus harmonieuse, la proposition de la FIFA pourrait ouvrir les blessures et placer le Koweït et Oman, ainsi que Qatar, dans une position encore plus délicate face au bloc mené par l’Arabie Saoudite, un poids lourd du Moyen-Orient.

“Il y a un risque très réel que l’extension de la Coupe du monde au Koweït ou à Oman rende ces deux pays plus vulnérables et subisse la même pression régionale que Qatar depuis 2017 “, déclare Kristian Coates Ulrichsen, chercheur à l’Université Rice.

“L’idée d’une Coupe du Monde incluant le Koweït et Oman, mais pas l’Arabie Saoudite ou les Emirats, pourrait signifier une amertume considérable à Riyad et Abu Dhabi”, ajoute-t-il.

Pour passer de 64 matches (32 équipes) à 80 (48 équipes), il faudrait organiser les matches en dehors de Qatar, dans un pays voisin. “Aucun pays n’est favori, cinq d’entre eux sont Baréin, le Koweït, l’Arabie saoudite, Oman et les Emirats”, a déclaré une source proche de la FIFA.

En raison de la crise politique, il semble difficile pour l’instant pour l’Arabie Saoudite, les Emirats et Baréin de co-organiser le grand événement avec Qatar.

En juin 2017, Qatar a fait l’objet d’un embargo diplomatique et économique de la part de Riyad et de ses principaux alliés nationaux, qui ont accusé Doha de soutenir des groupes islamistes radicaux et lui reprochent son rapprochement avec l’Iran, le grand rival de l’Arabie saoudite.

Qatar a rejeté les accusations de soutien à des groupes extrémistes et a accusé ses adversaires de vouloir le réduire à un état vassal. Le Koweït et les États-Unis ont essayé de faire de la médiation, mais sans succès.

Andreas Krieg, du King’s College de Londres et ancien conseiller du gouvernement catholique, reconnaît que le Koweït et Oman “ont des problèmes avec l’Arabie saoudite et les Emirats”. Les tensions entre le Koweït et l’Arabie saoudite proviennent de la distribution de zones pétrolières, tandis qu’Oman a été critiqué pour avoir prétendument laissé passer des armes iraniennes à travers son territoire aux rebelles yéménites opposés à Riyadh.

“Le projet de la FIFA d’étendre la Coupe du Monde à un autre pays renforcera le sentiment que le Golfe est divisé en deux blocs de trois pays chacun”, a déclaré Krieg.

La semaine dernière à Miami, la FIFA a présenté une étude de fiabilité recommandant d’augmenter le nombre d’équipes d’ici 2022. “Nous sommes arrivés à la conclusion qu’il est possible de passer de 32 à 48 si certaines conditions sont remplies “, a déclaré Infatino. La décision finale sera annoncée en juin à Paris.

L’UEFA a déjà déclaré qu’elle considérait cette expansion comme “irréaliste”. L’expansion ajoute 16 parties dans les 28 mêmes jours du tournoi. Les experts se demandent si les stades et les infrastructures du Koweït et d’Oman répondront aux critères rigoureux de la FIFA.

Avec toutes ces questions, il est peu probable que la Coupe du monde soit la panacée politique, affirme James Dorsey, chercheur à la Rajaratnam School of International Studies à Singapour et auteur de The Turbulent World of Middle East Soccer. “La crise du Golfe ne se résoudra pas en jouant au football”, prédit-il.

Passionné de marketing, j'ai voulu étudier le référencement et la rédaction web pour assuré un bon marketing pour les site web. Je suis rédactrice bénévole sur ce site d'actualités sur les rubriques Société et International principalement.

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*