14 août 2020

L’UE investit plus de 2 milliards d’euros pour stimuler les projets de transport durable

L’Union européenne soutient la reprise économique dans tous les États membres en injectant près de 2,2 milliards d’euros dans 140 projets clés dans le domaine des transports, qui contribueront à construire les liaisons de transport manquantes sur le continent, à soutenir les transports durables et à créer des emplois, a déclaré la Commission européenne le 16 juillet. Les projets seront financés par le biais du mécanisme Connecter l’Europe (CEF), le régime de subventions de l’UE en faveur des infrastructures de transport.

“La contribution de 2,2 milliards d’euros de l’UE à cette infrastructure de transport cruciale contribuera à relancer la reprise, et nous espérons qu’elle générera 5 milliards d’euros d’investissements”, a déclaré le commissaire aux transports Adina Vălean a déclaré. “Le type de projets dans lesquels nous investissons va du transport fluvial aux connexions multimodales, des carburants de substitution aux infrastructures ferroviaires massives. La facilité “Connecter l’Europe” (CEF) est l’un de nos instruments clés pour créer un système de transport résistant aux crises et à la résilience – vital maintenant et à long terme”.

Avec ce budget, l’UE va atteindre les objectifs climatiques fixés dans le “pacte vert” européen, a déclaré la Commission, ajoutant que l’accent est mis sur des projets renforçant les chemins de fer, notamment les liaisons transfrontalières et les connexions avec les ports et les aéroports. Le transport fluvial est stimulé par une augmentation de la capacité et une amélioration des connexions multimodales avec les réseaux routier et ferroviaire. Dans le secteur maritime, la priorité est donnée aux projets de transport maritime à courte distance basés sur des carburants de substitution et à l’installation d’une alimentation électrique terrestre pour les ports afin de réduire les émissions des navires à quai.

Selon la Commission, l’UE soutiendra les projets d’infrastructure ferroviaire situés sur le réseau central de transport transeuropéen (RTE-T) pour un montant total de 1,6 milliard d’euros (55 projets). Cela comprend le projet Rail Baltica, qui intègre les États baltes dans le réseau ferroviaire européen, ainsi que le tronçon transfrontalier de la ligne ferroviaire entre Dresde en Allemagne et Prague en République tchèque.

Il soutiendra également le passage à des carburants plus écologiques pour les transports (19 projets) avec près de 142 millions d’euros. Un certain nombre de projets consistent à convertir des navires pour qu’ils puissent fonctionner au gaz naturel liquéfié (GNL), ainsi qu’à installer les infrastructures correspondantes dans les ports.

Le transport routier verra également le déploiement d’infrastructures de carburants alternatifs, notamment par l’installation de 17 275 points de recharge sur le réseau routier et le déploiement de 355 nouveaux bus.

Neuf projets contribueront à la mise en place d’un système ferroviaire interopérable dans l’UE et à l’exploitation sans rupture des trains sur tout le continent grâce au système européen de gestion du trafic ferroviaire (ERTMS). La modernisation des locomotives et des voies ferrées pour les adapter au système européen unifié de contrôle des trains permettra de renforcer la sécurité, de réduire les temps de trajet et d’optimiser l’utilisation des voies. Les neuf projets recevront plus de 49,8 millions d’euros.

Les États membres de l’UE ayant approuvé les projets sélectionnés, la Commission a déclaré qu’elle adopterait des décisions de financement formelles dans les prochains jours. L’Agence exécutive pour l’innovation et les réseaux (INEA) de la Commission signera les conventions de subvention avec les bénéficiaires des projets au plus tard en janvier 2021.