20 septembre 2020

L’île Maurice va saborder les restes d’un pétrolier en mer

Un pétrolier japonais qui s’est échoué au large des côtes mauriciennes et a déversé du pétrole sur des eaux vierges et de fragiles récifs coralliens va être sabordé, a déclaré le Comité national de crise de Maurice le 19 août, selon Reuters.

Le 19 août dernier, Nagashiki Shipping, propriétaire du MV Wakashio, a présenté ses excuses pour l’incident. Deux des officiers du navire ont été arrêtés pendant la nuit, accusés d’avoir mis en danger la sécurité de la navigation.

Le capitaine, Sunil Kumar NandeshwarLe NYT a rapporté qu’une plainte avait été déposée devant un tribunal de district de Port Louis, la capitale du pays, pour avoir mis en danger la sécurité de la navigation d’un navire, une infraction au droit maritime mauricien. Nandeshwar, un ressortissant indien, a été arrêté en même temps que le second du navire, Tilak Ratna Subodaun Sri Lankais.

Le 25 juillet, le MV Wakashio s’est échoué sur un récif corallien au large de la côte sud-est. Il a commencé à déverser du pétrole le 6 août, ce qui a incité le gouvernement à annoncer l’état d’urgence environnementale. Il a laissé échapper plus de 1 000 tonnes de fioul dans l’océan Indien, mettant en danger les coraux, affectant les poissons et autres formes de vie marine dans ce que certains scientifiques ont appelé la pire catastrophe écologique du pays. Les équipes d’urgence ont retiré la majeure partie du pétrole restant dans le navire avant qu’il ne se sépare le 15 août.

Le 19 août, le Mauritius National Crisis Committee a déclaré qu’il prévoyait de saborder les restes du navire en mer à une date qui reste à déterminer. Il le ferait de manière à éviter toute nouvelle pollution ou à interférer avec les routes maritimes, a indiqué Reuters dans un communiqué.

Les autorités ont reçu le soutien de pays tels que la France et l’Inde. Le Comité national de crise de Maurice a déclaré qu’il avait pris en compte les recommandations de divers groupes sur la manière et le lieu de couler le navire pour se conformer aux conseils des experts français présents sur l’île, a-t-il dit.

Cette nation insulaire d’environ 1,3 million d’habitants est toujours aux prises avec la question de savoir comment protéger ses récifs coralliens et ses lagons cristallins de renommée mondiale après la marée noire.

L’île Maurice est connue pour ses plages pittoresques, ses récifs coralliens et ses forêts riches en biodiversité. Le tourisme est un pilier essentiel de son économie, qui a été affectée par la crise du Covid-19.

L’International Tanker Owners Pollution Federation (ITOPF) a été engagée par les assureurs du navire, le Japan P&I Club, et travaille avec le gouvernement mauricien.