19 octobre 2020

Le Forum du gaz de l’Est de la Méditerranée renforcera les liens régionaux et la sécurité énergétique de l’UE

L’Égypte, Israël, la Grèce, Chypre, l’Italie, la Jordanie et l’Autorité palestinienne ont créé le Forum du gaz de la Méditerranée orientale (FGME) en tant qu’organisation intergouvernementale lors d’une cérémonie virtuelle organisée au Caire cette semaine.

L’EMGF peut inclure n’importe quel pays de l’Est de la Méditerranée et faciliter l’exploration des hydrocarbures dans la région. Sa charte indique que son objectif est de “servir de plateforme qui rassemble les producteurs de gaz, les consommateurs et les pays de transit pour créer une vision commune et établir un dialogue politique systématique et structuré sur le gaz naturel”.

Mais l’adhésion est subordonnée à l’acceptation par un pays des principales valeurs et des principaux objectifs du FEM, Charles EllinasLe 23 septembre dernier, un responsable du Centre mondial de l’énergie du Conseil atlantique a demandé à la Nouvelle Europe si son rival régional, la Turquie, pouvait devenir membre. “Il s’agit notamment de respecter “les droits des membres en ce qui concerne leurs ressources naturelles conformément aux principes du droit international et certainement par la coopération et sans recours à la force. C’est quelque chose que la Turquie ne pourrait pas respecter à l’heure actuelle”, a déclaré M. Ellinas, notant que le succès des prochaines négociations avec la Grèce et la résolution du problème chypriote pourraient ouvrir la voie.

Constantinos FilisLe directeur de recherche de l’Institut des relations internationales, a déclaré à Nouvelle Europe par téléphone le 24 septembre que, du point de vue grec, la Turquie n’est pas et ne devrait pas être exclue. “Mais en raison de sa politique jusqu’à présent et du fait qu’elle a volontairement détérioré ses relations avec Israël et qu’elle soutient les Frères musulmans, ce qui complique la situation avec l’Egypte, il semble pour l’instant non pas impossible mais peu probable de voir la Turquie rejoindre ce forum”, a déclaré Filis, réitérant que les intentions de la Grèce ne sont pas d’exclure ou d’isoler la Turquie. “C’est aux dirigeants turcs de décider s’ils veulent jouer selon les règles du jeu ou jouer seuls”, a-t-il dit.

Filis a déclaré qu’il semble y avoir un léger changement dans la politique étrangère turque. “Il semble que la diplomatie prévale, que ce soit pour des raisons économiques, parce que l’économie turque est actuellement en proie à de graves difficultés, ou parce que (le président turc Recep Tayyip) Erdogan a réalisé qu’il avait dépassé ses limites dans de nombreux domaines de sa politique étrangère en ouvrant trop de fronts en même temps”, a-t-il déclaré, notant qu’Ankara pourrait adopter une politique plus souple dans la région.

M. Ellinas a fait remarquer que le FEM peut faciliter la coopération et la stabilité entre les membres, mais qu’il ne peut pas faire pression sur la Turquie. “Jusqu’à présent, c’est l’inverse qui s’est produit. Jusqu’à présent, cependant, il a été inefficace, agissant comme un moulin à paroles. Son utilisation a été principalement en termes de politique régionale mais vague et manquant de praticabilité, surtout étant donné les problèmes brûlants de la région qui ont besoin d’une résolution urgente. Mais maintenant, cela peut changer”, a-t-il déclaré.

La France a demandé à rejoindre le Forum, tandis que les États-Unis et l’Union européenne soutiennent le FEM et y participent en tant qu’observateurs. Les États-Unis et l’Union européenne peuvent apporter un soutien politique inestimable et aider à maintenir la cohérence et la coopération”, a déclaré M. Ellinas, ajoutant que l’Union européenne peut fournir une assistance technique, réglementaire et politique.

Le ministère américain de l’énergie a félicité les membres du Forum du gaz de la Méditerranée orientale pour la signature de leur charte au Caire. “Le FGEM aidera à exploiter tout le potentiel du gaz naturel de la Méditerranée orientale et à renforcer la sécurité énergétique régionale”, a déclaré le ministère américain de l’énergie dans un tweet.

Le FEMG devrait faciliter l’exportation de gaz de la région de la Méditerranée orientale, augmentant ainsi la sécurité énergétique de l’UE et réduisant la dépendance à l’égard des approvisionnements en gaz russe, a déclaré M. Filis. L’Égypte veut devenir le centre énergétique de la Méditerranée orientale tandis que la Grèce et l’Italie veulent transporter le gaz des sources de la Méditerranée orientale vers le marché européen, a-t-il dit. “Dès le début, la Méditerranée orientale a été considérée comme une alternative à la Russie. Pas une alternative en termes de quantités mais comme une source supplémentaire qui s’ajoutera à la tentative de l’UE de devenir plus indépendante du gaz russe”, a déclaré M. Filis.

Mais M. Ellinas a fait valoir qu’étant donné que les marchés mondiaux du gaz devraient continuer à être assez compétitifs et que les prix du gaz sont bas, les exportations de gaz de la région continueront à être assez difficiles. “Les objectifs du Forum comprennent l’engagement à ouvrir la voie à un marché régional du gaz durable”. S’il est réalisé, cet engagement est des plus importants pour l’avenir du gaz dans la région. La coopération régionale par l’intermédiaire du FEMG pourrait faciliter le développement des marchés régionaux de l’énergie, grâce à une combinaison de gaz et d’énergies renouvelables, en libérant ce potentiel”, a déclaré M. Ellinas, ajoutant que “sinon, les avantages importants du gaz pourraient ne pas se concrétiser”.

La cérémonie virtuelle du 22 septembre a été suivie par le ministre israélien de l’énergie Yuval Steinitz, Ministre grec de l’environnement et de l’énergie Kostis HatzidakisMinistre égyptien du pétrole et des ressources minérales Tarek El-MollaMinistre chypriote de l’énergie, du commerce et de l’industrie Natasa PilidesMinistre jordanien de l’énergie et des ressources minérales Jordanie Hala Zawati, ministre adjoint du développement économique de l’Italie Alessandra Todde et l’ambassadeur de l’Autorité palestinienne en Égypte Diab Allouha déclaré le ministère grec de l’environnement et de l’énergie.

Pour Israël, le forum “apporte une coopération régionale avec les pays arabes et européens, la première du genre dans l’histoire, avec des contrats d’exportation de gaz (israélien) vers la Jordanie et l’Egypte d’une valeur de 30 milliards de dollars, et ce n’est que le début”, a déclaré Reuters, citant Steinitz.

M. Hatzidakis a salué la création du FEM, en notant que “ce n’est pas seulement la fin d’un effort intensif de deux ans pour établir la première agence de coopération régionale dans la région, mais surtout le début d’une coopération intergouvernementale plus étroite à tous les niveaux”.

suivre sur twitter @energyinsider