20 septembre 2020

L’AIE et l’EMA de Singapour lancent un programme de politiques énergétiques durables dans les villes intelligentes

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) estime que la demande d’électricité en Asie du Sud-Est devrait augmenter à un taux moyen de 4 % par an, sur la base des paramètres politiques actuels. Selon l’AIE, cela pourrait entraîner un doublement de la demande d’ici 2040 par rapport aux niveaux de 2019. Cette croissance est alimentée par l’urbanisation, l’industrialisation et la consommation croissante d’une classe moyenne en expansion. Cela représente une occasion en or pour les villes de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) d’adopter des solutions intelligentes et à faible émission de carbone et de répondre à la demande croissante d’énergie de la manière la plus efficace possible.

Du 7 au 10 septembre, plus de 250 participants de 27 pays devraient prendre part à l’édition numérique inaugurale du programme régional de formation de l’AIE Singapour sur les politiques énergétiques durables pour les villes intelligentes, a déclaré l’AIE, ajoutant que le programme réunit des décideurs politiques, des urbanistes et des universitaires pour examiner l’amélioration de l’efficacité énergétique dans les villes et formuler des politiques qui répondent aux défis énergétiques urbains locaux.

Selon l’AIE, le programme de formation en ligne de quatre jours réunira des experts de l’AIE et des agences gouvernementales de Singapour, telles que le Centre for Liveable Cities et l’Autorité des transports terrestres. Les participants partageront leurs points de vue sur des thèmes clés tels que la planification intégrée de l’espace et des transports, les services municipaux durables et les ressources énergétiques distribuées. Des représentants de l’Autorité pour le développement énergétique durable de Malaisie et de la Banque mondiale présenteront également leurs expériences.

Directeur général de l’Autorité du marché de l’énergie Ngiam Shih Chun a déclaré que l’impact de la pandémie COVID-19 sur l’économie mondiale a été sans précédent et que le secteur de l’énergie n’a pas été épargné. “Malgré les défis, nous ne devons pas perdre de vue nos efforts pour un avenir énergétique à faible teneur en carbone. Pour mieux gérer la demande croissante d’énergie en Asie du Sud-Est, l’EMA et l’AIE ont conçu un programme de formation visant à renforcer les capacités et à améliorer le partage des connaissances afin de soutenir la transition énergétique de la région”, a-t-il déclaré.

Directeur exécutif de l’AIE Fatih Birol a déclaré que l’objectif est de former les leaders d’opinion d’aujourd’hui et de demain, à tous les niveaux de gouvernement, aux meilleures façons dont l’Asie du Sud-Est peut adopter les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique pour accélérer les transitions vers les énergies propres dans ses villes. Les programmes de formation en ligne de l’AIE et la communauté de partage des connaissances sont essentiels à notre engagement à rendre notre expertise ouverte et accessible à tous.

Le programme de formation est la quatrième activité de l’initiative du centre régional de formation Singapour-AIE, qui a été lancée en 2016 lorsque Singapour est devenu un pays associé à l’AIE. Le programme représente une étape clé dans la mise en place d’un réseau de professionnels de l’énergie et de praticiens urbains pour faciliter l’échange de connaissances et exploiter les capacités innovantes et opérationnelles des villes dans les transitions vers les énergies propres.

Le 27 octobre prochain, Singapour et l’AIE organiseront conjointement la deuxième conférence ministérielle mondiale sur l’intégration des systèmes d’énergies renouvelables, qui se tiendra en même temps que la 13e semaine internationale de l’énergie de Singapour. Le nouveau rapport de l’AIE sur la sécurité de l’électricité sera lancé lors de la conférence ministérielle.