22 octobre 2020

La Pologne veut prendre le vent de la mer Baltique

Dans un effort pour renforcer l’indépendance énergétique et réduire les émissions de carbone, la Pologne a lancé un projet commun pour exploiter le potentiel de la mer Baltique. Le 30 septembre, la Pologne ainsi que la Commission européenne et les ministres du Danemark, de l’Estonie, de la Finlande, de la Lituanie, de la Lettonie, de l’Allemagne et de la Suède ont signé la déclaration sur les éoliennes offshore de la mer Baltique, inaugurant ainsi une coopération étroite entre les pays de la région de la Baltique.

Député européen allemand Manuela Ripa a déclaré à Nouvelle Europe le 2 octobre que la Déclaration sur les éoliennes offshore de la mer Baltique allait stimuler les investissements dans les énergies renouvelables dans les pays d’Europe centrale et orientale. “Je me félicite de la coopération intra-européenne pour atteindre nos objectifs climatiques. La déclaration commune est un premier pas important dans la bonne direction, permettant aux pays d’Europe centrale et orientale de participer au développement de plus d’énergies renouvelables. Pour devenir neutres sur le plan climatique, nous avons besoin de mesures contraignantes et durables”, a déclaré M. Ripa, qui est membre de la commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie du Parlement européen et suppléant de la commission de l’environnement.

Le 30 septembre, lors de la conférence sur l’énergie éolienne offshore en Poméranie, organisée par l’Association polonaise de l’énergie éolienne, à Szczecin, en Pologne, le ministre polonais du climat Michal Kurtyka a déclaré que le développement dynamique de l’éolien offshore dans la mer Baltique peut soutenir de manière significative la reprise des économies nationales après le ralentissement causé par la pandémie de coronavirus, selon un communiqué de presse de l’Association polonaise de l’énergie éolienne (PWEA).

“C’est pourquoi nous devons utiliser pleinement le potentiel énergétique du vent en mer Baltique, non seulement pour rendre nos économies plus vertes, mais aussi pour générer un maximum de bénéfices économiques à partir du développement des parcs éoliens offshore”, a déclaré M. Kurtyka. “La mer Baltique peut jouer un rôle important dans nos efforts pour atteindre la neutralité climatique de l’Europe d’ici 2050 et dans la transition énergétique des pays de notre région”, a-t-il ajouté.

M. Kurtyka a également fait allusion au grand potentiel énergétique de la mer Baltique, estimé à 83 GW selon WindEurope et dépassant 93 GW selon la Commission européenne (selon la méthodologie utilisée). Ainsi, ce bassin deviendra la deuxième zone avec le plus grand potentiel éolien offshore en Europe, après la mer du Nord.

“La Pologne peut devenir un leader dans le développement de l’éolien offshore en mer Baltique, avec son objectif de capacité installée de 28 GW en 2050, comme l’estime le rapport de WindEurope. C’est plus d’un tiers de la capacité totale qui pourrait être construite dans la région”, a-t-il déclaré.

Le ministre a également souligné qu’à l’avenir, la région autour de la mer Baltique sera une zone particulièrement attrayante pour l’implantation d’installations de fabrication de composants d’éoliennes offshore.

“Les plus grands bénéficiaires en Pologne seront les chantiers navals, l’industrie sidérurgique et de transformation des métaux ; cela stimulera également les entreprises de services et d’installation. Nous devons utiliser leurs compétences et leur expertise pour valoriser l’économie polonaise innovante et à faible émission de carbone, ce qui est d’une importance capitale, notamment dans le sillage du ralentissement causé par la pandémie”, a-t-il noté.

Déclaration sur les vents offshore en mer BaltiqueVice-président Kamila Tarnacka a souligné qu’une approche ambitieuse du développement des parcs éoliens offshore dans les eaux de la mer Baltique est essentielle pour maximiser les avantages économiques. “En utilisant le plus grand potentiel d’éoliennes offshore dans la mer Baltique, nous pouvons construire un nouveau secteur de l’économie autour de l’industrie émergente et nous spécialiser dans la fabrication de certains composants de turbines offshore. Nous espérons que l’éolien offshore deviendra la principale industrie d’exportation de la Pologne, et que les entreprises polonaises seront des maillons forts de la chaîne d’approvisionnement internationale pour l’offshore”, a-t-elle déclaré.

Selon le vice-président de la PWEA, il ne serait pas possible d’exploiter pleinement le potentiel de la mer Baltique et de produire de l’électricité au moindre coût sans engager une coopération à plusieurs niveaux entre les pays de la région.

L’objectif de la coopération prévue par la déclaration commune d’intention sur l’énergie éolienne en mer de la Baltique signée le 30 septembre est d’accélérer le développement de la capacité éolienne en mer, en coordonnant et en optimisant les activités menant à une pleine utilisation du potentiel énergétique et économique de la mer. Il s’agit d’une coopération en matière d’aménagement du territoire pour les zones maritimes, de développement du réseau, de planification des capacités et de mécanismes de soutien. Tous ces éléments seront d’une importance capitale pour le développement d’un marché intérieur de l’énergie et d’infrastructures transfrontalières qui fonctionnent bien, afin d’utiliser pleinement le potentiel énergétique et économique de la mer Baltique.

“Je suis heureux qu’avec le soutien de l’industrie éolienne polonaise, les pays de la région de la mer Baltique aient accepté de renforcer encore leur coopération dans le domaine de l’énergie. Notre objectif est de créer des conditions favorables au développement de l’énergie éolienne en mer afin de garantir un approvisionnement énergétique durable, fiable et abordable dans les pays de la mer Baltique”, a déclaré M. Kurtyka.

Commissaire européen à l’énergie Kadri Simson a déclaré, dans son discours virtuel, la Conférence sur les éoliennes offshore de Poméranie, que pour atteindre la neutralité climatique d’ici 2050, l’Europe doit immédiatement augmenter massivement les énergies renouvelables sur et en mer.

“Au niveau de l’UE, nous rassemblons ces éléments de base dans notre prochaine stratégie sur les énergies renouvelables offshore que nous présenterons en novembre. Et le premier instrument législatif du mandat – le règlement révisé sur les réseaux transeuropéens d’énergie qui doit être présenté d’ici la fin de 2020”, a déclaré M. Simson.

“Au niveau régional, le bassin de la mer Baltique relie tous ceux qui sont présents aujourd’hui, c’est aussi simple que cela. Son importance va bien au-delà du champ d’action d’un seul État membre. Nous devrions utiliser cette connexion pour tirer le meilleur parti de son potentiel”, a ajouté le commissaire.

“Cela dit, les pays de la mer Baltique ont une longue tradition dans ce domaine. Depuis la création du groupe de haut niveau du PIMBE, nous avons réussi à créer un marché régional véritablement intégré. C’est un parfait exemple de “aller plus loin en allant ensemble”, un témoignage de ce que nous pouvons réaliser. Et j’espère voir cette tradition de longue date se poursuivre, car la route qui s’ouvre devant nous est jalonnée d’autres étapes cruciales où la coopération sera essentielle”, a déclaré M. Simson, en faisant remarquer que les travaux régionaux sont déjà bien avancés en ce qui concerne l’initiative de réseau offshore de la mer Baltique.

suivre sur twitter @energyinsider