Damien ROUSSON 4 mai 2019

Avec un mandat de perquisition délivré par le Bureau du Procureur des stupéfiants, la police a perquisitionné plusieurs maisons dans le quartier de Maracaná vendredi après-midi, d’où elle a reçu des informations anonymes parce qu’elle soupçonnait qu’elles pouvaient garder des armes à feu.

Dans l’une des maisons où les troupes sont entrées, ils ont trouvé à l’intérieur d’une pièce un sac noir avec un fusil AK 47 à crosse rebaissable et une mitrailleuse AR 15 avec une marque classée.

Il y avait également deux chargeurs en métal, 50 cartouches de calibre 7,62 appartenant à la carabine et 2 chargeurs en polymère avec 37 cartouches de calibre 5,56 (.223), 49 cartouches à double enveloppe de 9 MM, 5 cartouches de calibre.22, 2 têtes militaires et un chargeur pour pistolet 22.

Dès qu’il en a été informé, le procureur responsable a demandé que l’identité des personnes qui vivaient dans le lieu soit établie puisqu’elles n’étaient pas présentes au moment où la perquisition a été effectuée.

Elle a également demandé qu’il soit procédé à un relevé photographique des armes saisies, ainsi qu’à l’envoi de personnel de la Direction nationale de la police scientifique (DNPC) pour effectuer des relevés balistiques, et à l’envoi d’informations par le Service du matériel d’armes (SMA).

Une lettre d’assignation a été trouvée dans la maison au nom d’un homme pour un crime commis en 2014.

Entrepreneur sur la région lyonnaise, je suis persuadé que le monde a besoin d'articles bienveillants afin recréer de la confiance dans la presse et de laisser derrière nous cette phase de défiance et cette ère de fake news.

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*