Sauvetage de l’Eurostar: Boris a averti que la France avait “ intimidé, menacé, menti ” voulait maintenant notre argent – Daily Express

Bien que le gouvernement qualifie le fiasco de “problème français”, les ministres continuent de se heurter aux appels lancés en faveur d’une aide financière pour le service ferroviaire qui relie le Royaume-Uni à l’Europe continentale. Les lecteurs d’Express.co.uk ont ​​exprimé leur dégoût pour les appels à l’aide de la France, et beaucoup ont exhorté le Premier ministre à ne pas céder sous les demandes.

Dans les commentaires, une personne a déclaré que “pas un sou” de la Grande-Bretagne ne devrait aller à l’Eurostar tandis que d’autres s’en prennent aux Français.

Un lecteur a écrit: «Eurostar n’est même pas une entreprise britannique. La SNCF a beaucoup d’argent pour renflouer son entreprise – elle en a assez pour commencer à construire une nouvelle liaison ferroviaire avec l’Espagne.

“Faites-le payer d’abord pour l’Eurostar. Pas de caution britannique d’une société française!”

Et pourtant, un troisième a déclaré que tout projet d’injecter de l’argent dans l’entreprise serait “extrêmement folie”.

La personne a déclaré: “Étant donné que le plan de sauvetage demandé par Eurotunnel est le même que son investissement prévu dans les services ferroviaires espagnols, il serait extrêmement insensé de se laisser entraîner à y mettre une seule livre, d’autant plus qu’il appartient entièrement à des étrangers.”

Un autre a déclaré: “Les Français ont intimidé, menacé, menti et autrement essayé de diminuer le Royaume-Uni et veulent ensuite un cadeau. Foxtrot Oscar!”

D’autres se sont tournés vers l’UE et se sont demandé pourquoi le bloc ne pouvait pas intervenir pour sauver la situation.

Eurostar dessert des communautés en France, en Belgique et aux Pays-Bas – tous les États membres de l’UE.

LIRE LA SUITE: Johnson a dit de renflouer Eurostar pour éviter des “ conséquences désastreuses ” pour le Royaume-Uni

La société a averti qu’elle était dans un état “très critique” après que la crise du coronavirus ait fait chuter les passagers de 95% depuis mars dernier.

Cinquante-cinq pour cent d’Eurostar est détenu par la SNCF, la société nationale des chemins de fer français.

La Grande-Bretagne a vendu sa part de l’opérateur ferroviaire transmanche en 2015.

Grant Shapps, le secrétaire aux transports, a exclu un plan de sauvetage, qualifiant la débâcle de “problème français”.

Il a déclaré: «Nous chercherons à être utiles, mais nous ne sommes pas propriétaires de l’entreprise. Nous avons vendu nos actions. C’est un problème français. Eurostar a la SNCF, le chemin de fer français, derrière lui.

Eurostar, qui emploie 3 000 personnes au Royaume-Uni, a jusqu’en juin pour rembourser les prêts de 400 millions de livres qu’elle a contractés après le début de la pandémie.

Le gouvernement britannique a eu des entretiens avec le groupe au sujet d’un éventuel prêt commercial garanti par l’État d’une valeur de 60 millions de livres sterling.

Cependant, les discussions n’ont pas encore porté leurs fruits et aucun accord n’a été annoncé.

L’entreprise a été contrainte de réduire considérablement sa capacité de fonctionnement depuis l’année dernière, avec un seul service quotidien entre Londres et Paris désormais opérationnel.

Avant l’arrivée de Covid, elle exploitait plus de 50 services et deux trains par heure aux heures de pointe chaque jour.