dam rou 26 juillet 2019
Paris

Des températures record sont en train d’être atteintes dans toute l’Europe, y compris à Paris, alors que le continent se réchauffe jeudi, lors de sa deuxième vague de chaleur cet été.

Paris : nouveau record de chaleur atteint

Les climatologues préviennent que cela pourrait devenir la nouvelle norme dans de nombreuses régions du monde. Mais l’Europe tempérée – où la climatisation est rare – n’est pas équipée pour les températures de friture de la région cette semaine.

Ainsi, les touristes s’émeuvent dans les fontaines pour chercher de l’aide, et les autorités et les bénévoles se dépêchent pour aider les personnes âgées, les malades et les sans-abri les plus durement touchés par la chaleur. Des trains ont été annulés en Grande-Bretagne et en France, et les autorités françaises ont exhorté les voyageurs à rester chez eux.

Un par un, les records de chaleur sont battus à travers l’Europe. Jeudi après-midi, la région parisienne a atteint 42,4 degrés Celsius (108,3 degrés Fahrenheit), battant le précédent record de 40,4 C (104,8 F) établi en 1947. Les autorités ont déclaré que la température continuait d’augmenter, en raison de l’air chaud et sec provenant d’Afrique du Nord qui est emprisonné entre les systèmes de tempête froide.

Les Pays-Bas et la Belgique ont également enregistré de nouvelles séries éliminatoires record et la Grande-Bretagne devrait le faire plus tard.

L’institut météorologique des Pays-Bas a indiqué que 40,4 C (104,72 F) a été enregistré jeudi dans la municipalité de Gilze Rijen, près de la frontière avec la Belgique. Cela a éclipsé les 39,3 °C (102,74 °F) enregistrés la veille dans la ville d’Eindhoven, dans le sud du pays.

En Belgique, le nouveau plus haut historique a atteint 40,6 °C (105 °F).

“Il s’agit de la température la plus élevée jamais enregistrée en Belgique depuis le début des mesures en 1833 “, a déclaré Alex Dewalque de l’Institut météorologique royal de Belgique.

La Grande-Bretagne s’attend également à franchir la barre des 39 °C (102 °F) pour la première fois après que Londres a enregistré sa journée la plus chaude de son histoire en juillet, avec une hausse du mercure à 36,9 °C (98 °F) à l’aéroport de Heathrow.

Le record précédent de juillet était de 36,7 C (98 F) en 2015, alors que le record historique est de 38,5 C (101 F) enregistré en août 2003. Selon le Met Office britannique, les archives remontent à 1865.

Et des bandes d’Allemagne, des Pays-Bas, du Luxembourg et de Suisse pourraient être exposées à des températures supérieures à 40 °C (104 °F).

L’Allemagne a enregistré 40,5 degrés mercredi et le service météorologique allemand s’attend à des températures encore plus élevées jeudi.

Un enfant de 2 ans est mort de déshydratation en Autriche

En Autriche, un enfant de 2 ans est mort de déshydratation dans la région de Styrie après être monté dans une voiture surchauffée sans que sa famille ne s’en aperçoive et s’y être endormi.

L’agence de presse autrichienne APA a rapporté jeudi que le garçon, qui est monté dans une voiture garée à la ferme familiale lundi, est décédé mercredi dans un hôpital pour enfants.

Aux Pays-Bas, un institut gouvernemental de la santé a mis en garde contre les niveaux élevés de smog dus à l’ozone dans l’air dans certaines régions du pays.

L’Institut national de la santé publique et de l’environnement a lancé jeudi une “alerte au smog” pour les régions comprenant les villes densément peuplées d’Amsterdam, Rotterdam et La Haye.

L’institut a déclaré que la qualité de l’air dans certaines régions sera “extrêmement mauvaise” parce que les vents légers signifient que la pollution n’est pas balayée par le vent et que la lumière du soleil la transforme en ozone. Le smog peut causer une irritation des yeux, du nez et de la gorge et laisser les gens tousser et avoir le souffle court.

En Allemagne, en Suisse et en Autriche, certaines communautés ont peint les voies ferrées en blanc en espérant que la couleur de la lumière ferait baisser la température de quelques degrés. À Heiligendamm, sur la mer Baltique, dans l’est de l’Allemagne, les services ferroviaires ont été temporairement interrompus pendant la canicule du mois dernier après que les voies aient été déformées par la chaleur.

La Deutsche Bahn a déclaré que les passagers qui avaient réservé des billets pour jeudi ou vendredi et qui voulaient retarder leur voyage en raison de la chaleur pouvaient le faire jusqu’au 4 août sans frais supplémentaires.

Partout à Londres et à Paris, les autorités et les travailleurs caritatifs ont distribué de l’eau et de la crème solaire aux sans-abri et ouvert des centres de jour pour qu’ils puissent se reposer et se doucher.

“Ils sont dans la rue toute la journée, sous le soleil. Pas de climatisation, pas moyen de se protéger de la chaleur, c’est donc très compliqué pour certains”, explique Ruggero Gatti, un informaticien qui se joint à d’autres volontaires de la Croix-Rouge pour distribuer des bouteilles d’eau, de la soupe et du yaourt aux sans-abri de Boulogne, dans la banlieue parisienne.

A Cologne, dans l’ouest de l’Allemagne, des bénévoles ont offert de l’eau gratuite aux passants assoiffés à l’initiative du système de transport local de la ville et d’un fournisseur d’énergie, tandis que d’autres prenaient le soleil sur les rives asséchées du Rhin.

Les touristes se regroupent autour des fontaines et des canaux. “Il fait trop chaud. Au Brésil, où j’habite, nous avons la plage, mais ici, comme il n’y a pas de plage, nous pouvons profiter de cette fontaine “, explique Ederson Lista-Vajes, un touriste brésilien qui joue avec des jets d’eau sur la place du Trocadéro, face à la Tour Eiffel à Paris.

La France se méfie particulièrement après une vague de chaleur de 2003 qui a tué près de 15 000 personnes, notamment des personnes âgées.

Depuis, le gouvernement a mis en place un système d’alerte à code couleur pour avertir les gens lorsqu’on s’attend à ce que les températures atteignent des niveaux dangereux dans leur région.