Révision : Une romance à l’ancienne dans “Sylvie’s Love” d’Amazon Prime – YP

C’est l’été 1957 à Harlem que nous faisons connaissance avec les belles âmes au centre de la nouvelle version d’Amazon Prime, L’amour de Sylvie.

Sylvie (Tessa Thompson) travaille à la caisse du magasin de disques de son père mais rêve d’un emploi dans la télévision. Robert (Nnamdi Asomugha) est un saxophoniste en difficulté qui la voit, ainsi qu’une enseigne de recherche d’aide, à travers la vitrine du magasin. Leur attirance est immédiate, mais ce n’est pas le seul facteur en jeu ici. Quiconque a déjà vu un drame romantique sait que la vie continuera de faire obstacle à l’amour de Sylvie et Robert pendant la demi-dixième décennie où nous les connaissons.

Écrit et réalisé par Eugene Ashe, L’amour de Sylvie est une ode aux mélodrames classiques, avec une scénographie, des costumes magnifiques et une bande sonore de succès du milieu du siècle. Son histoire semble familière, mais c’est aussi une histoire que nous n’avons pas assez vue : Le simple fait de la couleur de la peau de nos protagonistes rend ce film radical et remarquable.

Bien qu’il n’ait pas le poids artistique et émotionnel de Si la rue Beale pouvait parler, L’amour de Sylvie a de nombreux charmes. Thompson, par exemple, est merveilleux dans le rôle de Sylvie, qui n’est pas un protagoniste romantique ordinaire, surtout pour l’époque. Sylvie est naïve mais aussi mondaine, primée mais aussi passionnée et le monde qui l’entoure est lumineux, excitant et plein de possibilités, même si son père (Lance Reddick) pense que son rêve de travailler à la télévision est irréalisable.

Les films coréens de 2020 à voir

Mais Sylvie, on le découvre vite, est fiancée. Son fiancé, un homme d’affaires issu d’une riche famille, est parti en Corée et elle attend simplement qu’il revienne. L’arrivée de Robert perturbe donc un peu ces plans bien établis. Pourtant, ils commencent à s’unir autour de la musique et de passions communes et différentes. Mais leur été de nouvel amour s’arrête brutalement lorsque sa mère (Erica Gimpel) découvre ce qui se passe et que Robert apprend que son groupe a l’opportunité de se rendre à Paris. Sylvie, pour ses propres raisons, n’accepte pas son invitation à le rejoindre.

Cinq ans plus tard, ils se retrouvent devant un théâtre où elle s’est retrouvée sans rendez-vous pour la soirée et sans billet supplémentaire. Le temps et la distance n’ont pas diminué leur lien et tout recommence. Mais aujourd’hui, Sylvie est mariée et a une jeune fille. Elle a récemment trouvé le travail de ses rêves, en tant qu’assistante du producteur (Ryan Michelle Bathe) d’une émission de cuisine à la télévision.

8 films que tous les hommes devraient regarder avant d’obtenir leur diplôme

Le rythme avance à petits pas, surtout après la première séparation des deux amants. Thompson et Asomugha ont une alchimie indéniable et sont meilleurs lorsqu’ils sont en compagnie l’un de l’autre à l’écran, mais il se passe un peu trop de choses autour d’eux.

Asomugha a une grande présence à l’écran et pourrait vraiment briller avec le bon rôle. “L’amour de Sylvie”, qu’il a également produit, n’est pas tout à fait cela, mais c’est une solide performance dans ce film indéniablement agréable et plein d’âme.