Renault va implanter un hub de voitures électriques en France en tant qu’entité autonome – Automotive News Europe

Renault prend des mesures importantes pour créer un pôle de fabrication de véhicules électriques dans le nord de la France dans le but de mieux rivaliser sur le marché européen en forte croissance des véhicules électriques.

Le constructeur automobile français devrait annoncer dès la semaine prochaine les grandes lignes d’un plan visant à regrouper les opérations de trois sites existants – à Douai, Maubeuge et Ruitz – en une entité juridique distincte et détenue à 100%, selon des personnes proches du matière.

Cela ouvrirait la voie à des discussions avec les représentants des travailleurs sur les salaires et les conditions de travail dans les usines, ont déclaré les personnes, qui ont demandé à ne pas être nommées car l’information n’est pas publique.

Un porte-parole de Renault s’est refusé à tout commentaire.

Le hub EV, qui pourrait produire jusqu’à 400 000 véhicules, est un élément clé de la stratégie du PDG Luca de Meo pour redresser le constructeur automobile en difficulté et augmenter la production de véhicules électriques et hybrides. Cette décision contribuerait également à respecter l’engagement pris envers l’État français, le plus puissant actionnaire de Renault, de préserver les emplois et la technologie des véhicules électriques en France.

Peu de temps après avoir pris la barre en 2020, de Meo a déclaré aux syndicats que le développement d’un véhicule électrique coûtant moins de 20 000 euros (24 400 $) était crucial pour l’entreprise. Son modèle Zoe vieillissant était la voiture électrique à batterie la plus vendue en Europe l’année dernière, mais risque d’être dépassé cette année par les modèles fabriqués par Tesla et Volkswagen.

Le PDG a depuis dévoilé la future gamme électrique Mégane qui sera fabriquée à Douai, tandis que Maubeuge construit déjà des versions à batterie du fourgon de livraison Kangoo.

En janvier, de Meo a annoncé un plan visant à faire revivre la populaire Renault 5 en tant que véhicule électrique abordable, bien qu’il ait averti que son assemblage en France nécessiterait l’adhésion des syndicats et des fournisseurs. L’entreprise produit déjà son crossover électrique Dacia Spring en Chine et le vend en Europe.

Renault a déclaré aux investisseurs que 2021 serait difficile après une perte nette annuelle de 8 milliards d’euros pire que prévu l’année dernière. L’entreprise réduit ses coûts et ses effectifs en France, tout en étant aux prises avec des arrêts de production dus à la pénurie de semi-conducteurs.

L’année dernière, le constructeur automobile a subi d’intenses pressions du président Emmanuel Macron sur l’emploi et l’avenir des usines du nord de la France tout en prenant un prêt garanti par l’État de 5 milliards d’euros pour traverser la pandémie.