Record de déforestation en Amazonie brésilienne en mai – FRANCE 24

Publié le:

Rio de Janeiro (AFP)

La déforestation en Amazonie brésilienne a atteint un record pour le mois de mai de cette année, a indiqué l’institut de recherche spatiale INPE.

Un total de 1 180 kilomètres carrés de l’Amazonie a été perdu en mai, soit une augmentation de 41% par rapport au même mois en 2020.

C’était le troisième mois consécutif qu’un tel record était établi et soulève de sérieuses questions sur les engagements du président Jair Bolsonaro à protéger la forêt tropicale.

“C’est inquiétant car le mois de mai marque le début de la saison sèche où la dévastation s’intensifie dans une grande partie de la région amazonienne”, a déclaré l’ONG Observatorio de Clima, très critique à l’égard de la gestion environnementale du gouvernement.

Les chiffres de la déforestation sont collectés par le système d’observation satellitaire de l’INPE depuis 2015.

En avril, 580 kilomètres carrés de forêt tropicale ont été perdus.

Depuis son arrivée au pouvoir en 2019, l’extrême droite Bolsonaro a promu la commercialisation de l’Amazonie et a qualifié les ONG qui tentent de protéger la jungle de “cancer”.

Cependant, il s’est récemment engagé à éliminer la déforestation illégale au Brésil d’ici 2030, environ 10 ans avant l’objectif.

Mais les écologistes accusent son gouvernement d’être ignorant et même de saboter les mesures de protection de l’environnement.

“Il a passé deux ans et demi à démanteler les politiques de contrôle de la déforestation”, a déclaré l’Observatorio.

L’ONG a dénoncé le ministre de l’Environnement Ricardo Salles pour avoir “paralysé” l’organisme d’inspection de l’IBAMA qui surveille la déforestation.

“La direction de l’IBAMA vient d’être limogée en raison des soupçons qu’elle opérait en faveur des exploitants forestiers”, a déclaré l’ONG.

Salles et d’autres membres de son ministère font l’objet d’une enquête par les procureurs pour leur implication présumée dans l’exportation de bois illégal destiné à être vendu en Europe et aux États-Unis.

Depuis le début de l’année jusqu’au 28 mai, quelque 2 337 kilomètres carrés de forêt amazonienne ont été abattus par les industries forestières et agricoles.

Si l’augmentation des chiffres mensuels se poursuit en juin et juillet, cela signifierait une quatrième année record (d’août à juillet) de déforestation consécutive, a déclaré l’Observatorio.

Au cours de la dernière année, d’août 2019 à juillet 2020, 9 216 kilomètres carrés ont été perdus, une superficie de la taille de Porto Rico et une augmentation de 34% par rapport à l’année précédente.