Qu’est-ce qui inciterait le Royaume-Uni à placer la France sur la liste rouge des voyageurs ? – The Connexion

La France pourrait être placée sur la “liste rouge” du Royaume-Uni – interdisant les voyages en provenance du pays – selon les médias britanniques.

Les pays les plus récents ont été ajoutés à cette liste en raison de la perception de risques accrus de nouvelles variantes dangereuses de Covid, un problème en France – bien que la variante de loin la plus répandue ici soit en fait la variante “britannique”.

Cette déclaration intervient alors qu’un membre de l’équipe chargée du vaccin d’AstraZeneca, le professeur Regius de médecine de l’Université d’Oxford, Sir John Bell, a déclaré à la Commission européenne que le vaccin Covid n’avait pas été testé. The Telegraph la campagne de vaccination de l’UE est “sans espoir” et “notre plus grand risque au Royaume-Uni sera que l’Afrique du Sud nous parvienne du continent européen, où il y en a déjà beaucoup”.

Qu’est-ce que cela signifie d’être placé sur la liste ?

Le fait d’être placé sur la liste rouge signifie que seuls les résidents britanniques peuvent se rendre au Royaume-Uni depuis la France, avec quelques exceptions pour les personnes exerçant certaines professions.

Cela signifierait également que les résidents britanniques venant de France seraient obligés d’entreprendre une période de quarantaine de 10 jours dans un hôtel approuvé par le gouvernement.

Est-il officiellement confirmé que l’ajout de la France est à l’étude ?

Non, cela est rapporté dans plusieurs journaux britanniques, tels que The Mirror et L’Indépendant mais la source de l’affirmation était The Timesqui indique qu’une “source gouvernementale” anonyme a déclaré au journal que la perspective d’ajouter la France à la liste avait été évoquée lors d’une récente réunion du Comité Covid-O, un comité ministériel qui conseille le Premier ministre.

La source aurait déclaré que la plus grande inquiétude concernait la variante “sud-africaine” qui The Times a déclaré être “en hausse” en France.

Le ministre a été cité disant : “S’il y a un autre pic en Europe et qu’il atteint des niveaux endémiques, nous ne voulons pas le ramener ici.”

L’histoire a été reprise par plusieurs médias, notamment The Independentqui a écrit que la nouvelle “survient dans un contexte d’augmentation des cas de la variante sud-africaine en France, qui a conduit à un nouveau verrouillage de quatre semaines”.

En réalité, les derniers chiffres hebdomadaires du gouvernement français, publiés la semaine dernière, ont montré que pas plus de 5% des cas en France au cours de la dernière période d’étude (8-14 mars) étaient liés aux variantes sud-africaine et brésilienne combinées, un chiffre qui aurait été stabilisé. La variante britannique serait responsable d’un nombre croissant de cas, soit 72 %.

Lors de l’annonce du verrouillage de quatre semaines, le Premier ministre Jean Castex a déclaré que la “troisième vague” actuelle était due à l’arrivée de la variante britannique, ajoutant : “Nous savions qu’elle était plus contagieuse. Nous découvrons peu à peu qu’elle est en fait à la fois plus virulente et potentiellement plus grave.”

D’autres variantes moins connues en France comprennent une variante ” bretonne “, et une nouvelle variante ” écossaise “.

Qu’est-ce qui fait qu’un pays est ajouté à la liste ?

Un porte-parole du ministère britannique des transports a déclaré que la “liste rouge” du Royaume-Uni est constamment réexaminée et que “les décisions d’ajouter ou de supprimer des pays sont prises en réponse directe aux dernières données scientifiques et médicales montrant un risque accru pour la santé publique britannique et la transmission aux communautés”.

Il n’a pas été en mesure de donner des détails sur les critères exacts utilisés, tout comme le ministère britannique de la Santé et des Soins sociaux.

Les mises à jour du site Web de la liste rouge du Royaume-Uni montrent que, cette année, les modifications de la liste n’ont été annoncées que le vendredi, mais à intervalles irréguliers.

Des changements ont été apportés vendredi dernier, le gouvernement britannique déclarant à l’époque que des pays ont été ajoutés à la liste en raison de “nouvelles données montrant un risque accru d’importation de variantes préoccupantes”, tandis que certains ont été retirés “à la suite de preuves montrant que le risque d’importation d’une variante préoccupante à partir de ces destinations a diminué”.

Dans un cas, le Portugal, le pays a été retiré car il a été dit qu’il avait ” pris des mesures pour atténuer le risque lié à ses liens avec des pays où les variants sont devenus préoccupants, et a maintenant mis en place une surveillance génomique “.

Quels sont les pays figurant actuellement sur la liste ?

Si la France devait être ajoutée à la liste, elle serait le premier pays européen à y figurer, car la liste est actuellement composée principalement de nations d’Amérique du Sud, du Moyen-Orient et d’Afrique, régions du globe où le virus est assez répandu, mais pas plus qu’en Europe.

Les statistiques du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies montrent que les pays de la liste n’ont pas nécessairement des taux plus élevés, proportionnellement à la taille de leur population, que les pays européens, dont la France (et certains ont des taux beaucoup plus faibles).

Cependant, ils incluent notamment l’Afrique du Sud et le Brésil, pays où deux des principales variantes ont été identifiées pour la première fois.

Articles précédents

La France découvre une nouvelle variante en Bretagne Nord

Quatre semaines de confinement total pour 16 départements