Prix ​​des porcs d’abattage dans l’UE stables à en hausse – Proplanta – Le centre d’information sur l’agriculture

Selon les analystes, la diminution du nombre d’animaux prêts à être abattus a répondu aux besoins limités des abattoirs et a abouti à des conditions de marché équilibrées. La baisse des prix à la production ne se poursuivrait plus; la cotation principale pour les porcs d’abattage de l’Association des associations de producteurs de bétail et de viande (VEZG) a été confirmée mercredi 28 avril au niveau de la semaine précédente de 1,42 euro / kg de poids à l’abattage (SG).

Cependant, pour une augmentation de prix souvent observée à cette période de l’année, les impulsions de la demande sur le marché de la viande manquaient. La saison du barbecue n’a pas commencé en raison des températures plutôt basses, et le blocage de la couronne ralentit toujours les ventes au secteur de la restauration. Contrairement à d’autres pays, en raison de la peste porcine africaine (PPA), l’Allemagne peut difficilement utiliser d’autres possibilités de commercialisation dans les exportations de pays tiers.

En Autriche, selon l’Association des producteurs de produits de finition agricoles (VLV), l’offre et la demande sur le marché du vivant étaient au même niveau. L’abattage était de 2 à 3% inférieur à la moyenne, mais les animaux étaient accrochés à l’hameçon avec une moyenne de 98,6 kg de plus que d’habitude. Dans un marché de la viande qualifié de calme, la cotation du VLV est également restée à 1,58 euros / kg. Des cotations inchangées ont également été signalées en Belgique et en Espagne.

Selon la Mercolleida, le prix des porcs d’abattage, qui est assez élevé par rapport à l’UE, a maintenu le prix stable. Tôt ou tard, cependant, cela augmentera à nouveau, car les animaux prêts à être abattus doivent utiliser les capacités d’abattage élargies et effectuer des exportations importantes vers la Chine. En outre, des restaurants s’ouvrent dans plusieurs États membres et la consommation de porc devrait bientôt augmenter dans toute l’UE en raison de la hausse des températures.

Peu de porcs en France

En France, quant à lui, la hausse marquée de l’inscription des porcs d’abattage au Marché du Porc Breton (MPB) se poursuit avec une hausse de 4,7 centimes par rapport à la semaine précédente à 1,535 euro / kg SG. Au cours des sept dernières semaines, le MBP a été d’environ 20 cents / kg ou 28% avec le prix à la hausse, plus que dans tout autre pays de l’UE. Outre les bonnes opportunités d’exportation de viande de porc vers la Chine, cela était également dû à l’augmentation significative des exportations de porcs vivants destinés à l’abattage vers l’Espagne, qui a également rendu rare l’offre déjà en baisse d’animaux prêts à être abattus.

Cette semaine, les fournisseurs de porcs de Danish Crown ont de nouveau bénéficié de bonnes conditions de vente en Asie et, plus récemment, en Australie. L’entreprise danoise de la viande a augmenté les prix d’achat des animaux livrés de l’équivalent de 2,7 centimes à une valeur de base de 1,48 euro / kg SG. La vigueur des exportations vers l’Asie aurait pu plus que compenser la morosité du marché européen récemment, a rapporté la société.

Alors que l’Allemagne doit stocker beaucoup de viande de porc fraîche sur le marché plutôt faible de l’UE en raison de l’interdiction d’exportation de l’AEP, DC peut profiter de la forte demande et des prix plus élevés en Chine. Contrairement à de nombreux autres pays de l’UE, le prix italien a encore baissé cette semaine, de 1 cent / kg de poids vif (LG).

Le prix moyen de l’UE diminue

Dans toute l’UE, les éleveurs de porcs ont bénéficié de remises dans près de la moitié des États membres au cours de la semaine du 25 avril. En moyenne pour la Communauté, les animaux de la classe commerciale E ont été facturés 156,48 EUR / 100 kg; c’était 1,02 euro ou 0,7% de moins que la semaine précédente. L’Allemagne a joué un rôle majeur à cet égard, avec une baisse de prix de 2,7%, qui ne tient même pas entièrement compte de la forte baisse de la cote VEZG due à la semaine d’abattage interrompue de jeudi à mercredi.

Seuls les producteurs de Lettonie ont dû accepter une baisse de revenus encore plus importante avec 3,9%. En outre, les abattoirs de Belgique, du Luxembourg, de Lituanie, de Pologne et d’Autriche ont réduit leurs paiements de 0,8% à 2,3%. Le prix est resté stable au cours de la période considérée aux Pays-Bas, où la baisse de prix de Vion ne deviendra perceptible dans les rapports de l’UE qu’une semaine plus tard. En revanche, les engraisseurs espagnols pourraient s’attendre à une hausse modérée des prix de 0,8%.

En France voisine, il y a eu une augmentation de 2,0%. Au Danemark, les prix à la production ont augmenté de 2,2% et en République tchèque de 4,8%. La surtaxe de 2,5% indiquée par la Commission pour l’Italie n’est pas à nouveau en phase avec l’évolution de la cotation clé dans le pays, qui est clairement en baisse depuis le début du mois d’avril.

Âge