Prévisions UEFA EURO : la France sera championne d’Europe – Mirage News

Après avoir remporté la Coupe du monde de football, la France pourrait également remporter le Championnat d’Europe de football – c’est la conclusion de chercheurs des universités d’Innsbruck (Autriche) et de Gand (Belgique), des universités techniques de Dortmund et de Munich (Allemagne) et du Collège universitaire de Molde. (Norvège). L’Angleterre et l’Espagne ont également de bonnes chances de remporter le titre, selon les prévisions.

Le vendredi 11 juin, les équipes européennes de football masculin débuteront le championnat d’Europe un an plus tard que prévu. Le favori cette fois est la France avec une probabilité de gagner de 14,8%. C’est ce qu’une équipe internationale de chercheurs composée d’Andreas Groll et Franziska Popp (tous deux TU Dortmund, Allemagne), Gunther Schauberger (TU Munich, Allemagne), Christophe Ley et Hans Van Eetvelde (tous deux Université de Gand, Belgique), Achim Zeileis (Université d’Innsbruck, en Autriche) et Lars Hvattum (Molde University College, Norvège) l’a montré à l’aide de l’apprentissage automatique. Leurs prévisions combinent plusieurs modèles statistiques pour les forces des équipes avec des informations sur la structure de l’équipe (telles que la valeur marchande, le nombre de joueurs de Ligue des champions, les performances de match de club de joueurs individuels) ainsi que des facteurs socio-économiques du pays d’origine (population et produit intérieur brut).

100 000 simulations

Avec les valeurs prédites du modèle des chercheurs, l’ensemble du Championnat d’Europe a été simulé 100 000 fois : match par match, suivant le tirage au sort du tournoi et toutes les règles de l’UEFA. Cela se traduit par des probabilités que toutes les équipes accèdent aux différents tours du tournoi et remportent finalement le championnat d’Europe. Le favori cette fois est la France avec une probabilité de gagner de 14,8%, suivie de l’Angleterre (13,5) et de l’Espagne (12,3). Bien sûr, le tournoi n’est pas terminé – cela est également démontré par les écarts relativement étroits dans les probabilités de victoire au sommet, plus bien sûr la probabilité déjà faible même des meilleures nations. “C’est dans la nature des prévisions qu’elles peuvent aussi être fausses – sinon les tournois de football seraient très ennuyeux. Nous fournissons des probabilités, pas des certitudes, et une probabilité de gagner de 15 pour cent signifie également une probabilité de 85 pour cent de l’équipe de ne pas gagner le tournoi », explique Achim Zeileis. Jusqu’à présent, cependant, les prédictions ont été assez concluantes : le modèle d’Innsbruck d’Achim Zeileis, basé sur les cotes ajustées des fournisseurs de paris, a pu prédire correctement la finale de l’EURO en 2008, ainsi que les champions du monde et d’Europe en Espagne 2010 et 2012, entre autres. Cette année, il sera utilisé dans le cadre d’un modèle combiné plus complet développé par les équipes dirigées par Andreas Groll (TU Dortmund), Gunther Schauberger (TU Munich) et Christophe Ley (Université de Gand), qui a dépassé la qualité prévisionnelle du pari fournisseurs à la Coupe du monde 2018.

L’Allemagne dans le tournoi

Ce n’est un secret pour personne que l’équipe nationale allemande a été entraînée dans un groupe particulièrement difficile cette année : « Il y a trois équipes très fortes dans le groupe F, dont l’actuel champion du monde France et le champion d’Europe Portugal, tous deux également finalistes de l’EURO 2016, plus l’Allemagne », explique Andreas Groll : « Par rapport aux meilleures équipes des autres groupes, la probabilité d’atteindre les huitièmes de finale est plus faible dans ce groupe. Mais ceux qui réussissent ont de très bonnes chances d’aller plus loin. Les prévisions prévoient une probabilité de 85,3 % pour l’Allemagne et le Portugal de se qualifier pour les huitièmes de finale ; pour la France, la probabilité est légèrement supérieure à 89,7 %. La probabilité de l’Allemagne de devenir championne d’Europe est de 10,1 pour cent, bien en deçà de celle des favoris et exactement à égalité avec le Portugal.

chances autrichiennes

L’équipe nationale autrichienne affrontera les équipes des Pays-Bas, de la Macédoine du Nord et de l’Ukraine dans les matches de groupe de l’EURO de cette année. Pour la troisième participation de l’Autriche à la phase finale du Championnat d’Europe, les chances de franchir la phase de groupes sont relativement bonnes, contrairement à 2008 et 2016 : « Selon notre modèle, le favori du groupe est clairement l’équipe néerlandaise, mais la prochaine est L’Autriche, qui a une probabilité de 80,9 % d’atteindre les huitièmes de finale. C’est une probabilité beaucoup plus élevée que pour l’Ukraine et la Macédoine du Nord », explique Achim Zeileis. Après cela, cependant, les chances de remporter d’autres victoires au tour diminuent considérablement – selon les prévisions, l’Autriche deviendra championne d’Europe avec une probabilité de seulement 1,5%.

Apprentissage automatique

Le calcul des chercheurs est basé sur quatre sources d’informations : Un modèle statistique de la force de chaque équipe basé sur tous les matchs internationaux des huit dernières années (Université de Gand), un autre modèle statistique de la force des équipes basé sur les cotes des paris de 19 bookmakers internationaux (Université d’Innsbruck), de plus amples informations sur les équipes, par exemple la valeur marchande, et leurs pays d’origine, tels que la taille de la population (TU Dortmund et TU Munich), ainsi que les notes détaillées des joueurs individuels et leurs performances individuelles à la fois dans leurs clubs d’origine et leurs équipes nationales (Molde University College). La cinquième source ou « partenaire » est un modèle d’apprentissage automatique qui combine les quatre autres sources et les optimise étape par étape. Les chercheurs ont formé le modèle sur des données historiques, comme l’explique Andreas Groll : « Nous avons alimenté le modèle avec les données actuelles des quatre derniers championnats d’Europe, c’est-à-dire entre 2004 et 2016, et nous les avons comparés aux résultats réels de tous les matchs dans les tournois – la pondération des sources d’informations individuelles pour le tournoi en cours sera donc idéalement très précise. Dans tous les cas, nous saurons les performances du modèle au plus tard le soir du 11 juillet.