Pourquoi l’économie numérique exige un apprentissage exponentiel

M. Jahns, qu’est-ce qui se cache en réalité derrière les deux lettres XU ?
Le “X” signifie “exponentiel”. Derrière cela, il y a le fait que des technologies telles que l’intelligence artificielle se développent de manière exponentielle plutôt que linéaire depuis un certain temps déjà, alors que nous pensons et travaillons encore de manière linéaire. Le “U” signifie université, car nous avons fondé une université numérique en plus du groupe XU.

Et c’est purement numérique ?
Elle traite principalement du numérique, comme dans le programme de bachelor “Marketing numérique et médias sociaux”, que nous proposons en coopération avec HORIZONT. Mais nous enseignons à la fois par voie numérique et sur notre campus à Potsdam. Cette coopération comprend également des cours de formation que nous avons mis en place avec le groupe XU.

Que peuvent y apprendre les professionnels ?
Au cœur de l’école XU HORIZONT pour le marketing numérique et les médias sociaux, notre approche consiste à transmettre des connaissances et à responsabiliser les participants. En d’autres termes, des cours comme “Digital Fitness”, “Digital Marketing/Paid Media”, “Digital Marketing/Inbound Marketing” et “Digital Marketing/Platforms” fournissent les connaissances théoriques requises sur le marché. En même temps, grâce à nos instructeurs et aux projets qui font partie des cours, nous apportons à la formation des connaissances pratiques qui permettent aux participants d’être immédiatement opérationnels dans leur travail par la suite.

École de marketing numérique et de médias sociaux XU HORIZONT
Tous les programmes proposés par la XU HORIZONT School of Digital Marketing sur le XU Online Campus sont certifiés AZAV par le TÜV Nord et bénéficient d’un financement à hauteur de 100 % de l’Agence fédérale pour l’emploi allemande. Les entreprises et les salariés en chômage partiel profitent également du financement de la qualification par l’État – et ce à deux reprises : financièrement et en termes de perspective. Outre le marketing numérique, il est également possible de suivre une formation complémentaire dans les domaines de la forme physique numérique, du codage et de l’ingénierie logicielle, ainsi que de la santé numérique et de SAFe® Scaling Agile au XU Online Campus.

Les entreprises ont-elles un retard à rattraper dans ces domaines ?
De nombreuses entreprises dans des secteurs forts ont dormi grâce à la numérisation. Ils manquent précisément de ces compétences. Leurs employés n’ont pas eu l’occasion d’acquérir les connaissances nécessaires et ils doivent maintenant le faire de toute urgence. La numérisation fait de chaque entreprise un éditeur numérique et un éditeur de logiciels, mais cela ne peut fonctionner que si les employés connaissent le fonctionnement du marketing numérique et des médias sociaux ou s’ils savent coder. D’ailleurs, les générations X, Y et Z n’apportent pas que cela avec elles – même si elles sont plus averties en matière de numérique que la majorité des employés établis dans les entreprises. En matière de savoir-faire numérique, il existe un fossé générationnel dans l’éducation.

Qu’est-ce que cela signifie pour le marketing ?
En principe, il en va de même pour le marketing : Aujourd’hui, les CMO ne veulent plus dépendre des agences autant qu’avant. Au lieu de cela, ils développent une expertise interne pour traiter correctement leurs données, alimenter correctement leurs canaux de médias sociaux, et planifier et mettre en œuvre correctement le marketing numérique. Le marketing, comme d’autres secteurs de l’entreprise, doit disposer d’employés ayant les connaissances nécessaires pour gérer et exploiter les processus et systèmes numériques. Ceux qui n’adaptent pas (enfin) leur modèle d’entreprise et leur marketing à l’ère numérique resteront sur le bord de la route.

Les participants apportent certainement des niveaux de compétences très différents à la table. Comment conciliez-vous cela dans les cours ?
À cette fin, nous avons mis au point le “Digital Readiness Check”. Il est basé sur un modèle de compétences numériques, que nous utilisons pour tester six compétences, allant de la technologie à l’agilité, et nous utilisons les réponses pour dériver un profil de compétences individuel qui évalue les forces et les faiblesses du participant. Sur cette base, les participants sont ensuite classés par parcours d’apprentissage.

“De nombreuses entreprises dans des secteurs forts ont dormi pendant la numérisation”.

Christopher Jahns

Et qui devrait étudier à l’Université exponentielle XU ?
Ceux qui étudiaient auparavant l’administration des affaires, par exemple, étudient maintenant le commerce numérique chez nous. D’autres universités et collèges privés sont encore bloqués dans le numérique. Ils enseignent avec des diapositives qui datent de 4 ans et se concentrent toujours sur le modèle des 4 P. C’est très différent chez nous. Nous enseignons de manière très pratique. Cela s’applique également à notre cours de codage. C’est très différent de ce que les employés des TI d’aujourd’hui ont appris dans leurs études d’informatique. Aujourd’hui, de nombreuses entreprises doivent leur apprendre à créer des applications. Ces sujets évoluent très rapidement, ils doivent donc être constamment mis à jour et enseignés avec une pertinence pratique.

Qu’est-ce que vos professeurs et instructeurs font différemment ?
Ils conservent beaucoup plus les connaissances qu’ils enseignent. Ils élaborent le meilleur programme à partir des connaissances disponibles. De plus, nos étudiants ont la possibilité de mettre en pratique les compétences acquises dans le cadre de projets. C’est une approche très différente de celle des autres collèges. Interview : ems