Plaintes contre la saisie de 77 propriétés rejetées – rbb24

Il y a deux ans, 77 propriétés à Berlin ont été confisquées d’un seul coup. Le soupçon : des membres du clan criminel les auraient financés illégalement. Dans certains cas, une « discordance flagrante » entre la valeur de la propriété et le revenu est évidente.

Deux ans après la saisie provisoire de 77 propriétés appartenant à une famille nombreuse d’origine arabe à Berlin, toutes les plaintes ont jusqu’ici échoué. “La saisie des biens immobiliers et des revenus locatifs se poursuit dans son intégralité”, a déclaré le juge sénateur Dirk Behrendt (Verts).

Outre les terrains et maisons saisis en juillet 2018, les revenus de la location de 45 des propriétés ont été judiciairement confisqués en avril 2019. Selon l’administration judiciaire, cinq accusés et trois parties incidentes ont déposé plainte. Toutes les tentatives d’intenter une action en justice contre la saisie ont jusqu’à présent été infructueuses, a déclaré le sénateur.

Il a déclaré qu’aucune action en justice ne pourrait être intentée contre les décisions correspondantes du tribunal régional de juin et juillet 2019 et de mai 2020 de cette année. Une plainte était toujours pendante, une autre avait été renvoyée devant une autre chambre du tribunal régional. La valeur des 77 propriétés a été estimée à environ neuf millions d’euros à l’été 2018.

Deux parcelles de terrain doivent être définitivement retirées. La décision du tribunal régional d’avril de cette année n’est pas encore définitive. Le propriétaire, détenu pour d’autres délits, a fait appel. Une décision est toujours en attente.

Selon le tribunal, les deux propriétés ont été financées avec le produit de crimes commis par des membres de la famille élargie. Une “disproportion brute” a été constatée entre la valeur du bien et les revenus du jeune de 19 ans lors de son achat.

Les enquêtes sur le blanchiment d’argent contre plusieurs suspects dans le domaine du crime organisé pour les 75 propriétés restantes sont en cours, selon le procureur. En 2018, les politiciens berlinois ont annoncé une intensification de la lutte contre les membres criminels des familles nombreuses d’origine arabe.