Pas de décision contre l’Australie – L’UE défend l’arrêt de l’approvisionnement d’Astrazeneca – RND

Bruxelles. L’Union européenne a défendu la décision de l’Italie de ne pas transférer une importante cargaison de vaccins Astrazeneca vers l’Australie. Elle a déclaré que la décision ne visait pas l’Australie mais à garantir que le fabricant livrerait les doses qu’il avait promises aux pays de l’UE. Le porte-parole de la Commission européenne, Eric Mamer, a déclaré vendredi : “Le fait est que l’Union européenne est un grand exportateur de doses de vaccins”.

Le contexte est le conflit entre l’UE et Astrazeneca, car le fabricant a livré beaucoup moins de doses que promis. Sur la commande initiale de 80 millions de doses au premier trimestre de l’année, le groupe a du mal à en livrer la moitié. À la demande de l’Italie, l’exportation de 250 000 boîtes de conserve a été arrêtée jeudi. C’est la première fois que le système de contrôle des exportations introduit par l’UE à la fin du mois de janvier a été utilisé pour obliger les entreprises pharmaceutiques à respecter des obligations de livraison.

La France soutient l’action italienne

L’Australie a qualifié la décision de l’UE de décevante et de frustrante. Le monde avance en territoire inconnu à l’heure actuelle, il n’est donc pas surprenant que certains pays respectent les règles du jeu, a déclaré le ministre des finances Simon Birmingham à Sky News Australia vendredi. Il a déclaré que cette action rappelait à quel point le désespoir était grand dans d’autres parties du monde “comparé à la très bonne position dans laquelle nous nous trouvons même ici en Australie”.

Le pays a obtenu 53,8 millions de doses de ce vaccin, développé par Astrazeneca et l’université d’Oxford. 50 millions d’entre eux seront fabriqués en Australie, en partenariat avec la société biopharmaceutique CSL, basée à Melbourne.

Pendant ce temps, en Europe, la France a sauté aux côtés de l’Italie. Si nécessaire, elle pourrait faire de même et bloquer les exportations de vaccins. Le ministre français de la santé Olivier Véran a déclaré dans une interview sur BFMTV : “Croyez-moi, plus j’en prends, plus je suis heureux en tant que ministre de la santé”. Il a déclaré que la France et ses partenaires européens étaient déterminés à ce que les contrats avec les fabricants de vaccins soient respectés.

Seuls onze millions d’Européens ont une couverture vaccinale complète

De même, le porte-parole de la Commission européenne, M. Mamer, a déclaré : “Nous travaillons avec les entreprises pour nous assurer qu’elles fournissent les doses qui sont destinées à l’Union européenne. Pour toutes les entreprises qui font cela, il n’y a pas de problème d’exportation”. En ce qui concerne le médicament Astrazeneca, il a déclaré : “Nous pensons que ce vaccin est un élément important de notre portefeuille et nous comptons donc livrer les doses convenues”.

L’UE a conclu des accords avec six fabricants différents pour une population de 450 millions de personnes. Au total, jusqu’à 400 millions de doses ont été commandées par Astrazeneca, qui a conclu des accords avec d’autres entreprises pour fournir plus de deux milliards de doses.

Jusqu’à présent, cependant, seulement 33 millions de doses de vaccin ont été administrées et seuls onze millions d’Européens bénéficient d’une protection vaccinale complète. Malgré les problèmes actuels, la Commission européenne est convaincue qu’elle sera en mesure de vacciner 70 % de la population adulte d’ici la fin de l’été.

Des rumeurs ont circulé selon lesquelles Astrazeneca siphonnerait des doses provenant d’usines de fabrication de l’UE pour les fournir à des pays tiers. Cependant, cela a été démenti par le PDG du groupe, Pascal Soriot. Les goulets d’étranglement sont uniquement dus à des problèmes techniques de production, a-t-il expliqué. Astrazeneca n’a pas voulu commenter les dernières nouvelles.