Pandémie de corona en Espagne : Menace après Pâques la quatrième vague ? – tagesschau.de

Statut : 22.03.2021 13:58 Uhr

Dans certaines régions d’Espagne, les chiffres sont de nouveau en hausse. Des centaines de fêtes illégales ont dû être dispersées par la police, même des touristes étrangers viennent faire la fête. Les experts mettent en garde contre une quatrième vague.

Par Reinhard Spiegelhauer,
ARD Studio Madrid

La troisième vague vient à peine de passer, et déjà certains font la fête comme s’il n’y avait pas de lendemain. Chaque week-end, les mêmes images aux informations télévisées : des jeunes se réunissant pour des fêtes illégales, sans masques, sans distance – mais avec beaucoup d’alcool.

Reinhard Spiegelhauer

Reinhard Spiegelhauer

Ce sont des images dérangeantes, alarmantes et aussi scandaleuses, trouve non seulement un présentateur de télévision. Les célébrations illégales ont lieu dans des pubs, des maisons et dans la rue. Rien qu’à Madrid, la police a dispersé plus de 300 fêtes de ce type pendant le week-end.

Les touristes étrangers viennent également

Les touristes étrangers viennent également à Madrid ou à Barcelone pour faire la fête, notamment d’Italie et de France, où un verrouillage strict a été imposé. Sortez, détendez-vous, amusez-vous : Ce n’est pas possible à Paris pour le moment, mais ça l’est à Madrid. Et vous n’avez même pas besoin de vous rendre à une fête illégale pour le faire : les restaurants et les pubs de Madrid sont ouverts jusqu’à 22 heures. À Barcelone, cependant, ils ne sont ouverts que jusqu’à cinq heures de l’après-midi – ensuite, il faut faire la fête dans la rue, dit un passant.

Seuls les rassemblements d’un maximum de six personnes provenant de deux ménages au maximum sont effectivement autorisés. Dans le quartier de Born, dans la vieille ville de Barcelone, la police a dispersé un botellon, une fête en plein air réunissant des centaines de participants, ce week-end.

Avertissement contre la régression

Qu’il s’agisse des fêtes illégales, d’autres imprudences ou du virus mutant britannique hautement contagieux qui sévit désormais aussi en Espagne, l’incidence est déjà en hausse dans certaines régions. Alors que dans les îles Baléares, il est inférieur à 20, d’autres régions frôlent à nouveau la barre des 100 – et Pâques est à nos portes.

Des épidémiologistes comme Carles Rodrigo, de l’hôpital universitaire de Barcelone, préviennent que le nombre d’infections pourrait monter en flèche pendant ou après la Semaine sainte. Une énorme régression se profile, estime l’expert médical. Déjà la troisième vague féroce du début de l’année s’était développée après les vacances, de Noël au Jour de l’An en passant par l’Épiphanie, qui fait toujours partie de Noël en Espagne.

Restrictions pendant la période de Pâques

Des restrictions de mobilité relativement strictes sont désormais en place pendant la période de Pâques : Les voyages de vacances au-delà des frontières de sa propre région autonome – en d’autres termes, quasi l’État fédéral – sont interdits. L’industrie du tourisme, déjà mise à rude épreuve, est à la peine. De nombreux Espagnols sont contrariés, car la semaine sainte est normalement l’une des périodes de pointe pour les voyages. Beaucoup trouvent injuste que les touristes de l’UE soient autorisés à passer leurs vacances en Espagne comme bon leur semble, mais pas eux-mêmes.

Néanmoins : le gouvernement central a prévalu : Les restrictions de voyage imposées aux Espagnols pour Pâques restent en vigueur. Mais les règles ne peuvent fonctionner que si les gens les respectent, explique l’épidémiologiste Juan Jose Badiola. Les photos, vidéos et rapports sur les célébrations illégales de masse ne sont pas de bon augure, du moins pour les grandes villes.

Espagne : La quatrième vague se profile-t-elle après Pâques ?

Reinhard Spiegelhauer, ARD Madrid, 22.3.2021 – 13:10 Uhr