On ne peut vraiment pas gérer 44 hospitalisations en une journée? – Corriere della Sera

Cher Aldo,
bien qu’il ait été parmi les premiers à inscrire mon père, né en 1930, sur le site de la Région Lombardie, à ce jour nous n’avons reçu aucun contact, aucun SMS, aucun appel pour l’administration du vaccin. De plus, dans notre région, il n’y a pas de support ou de help desk vers qui se tourner pour savoir, au moins, si la candidature a été reçue et correctement enregistrée. Et en fait, en essayant d’enregistrer son nom une deuxième fois, la procédure a été à nouveau acceptée, il y a donc une faille évidente dans le système. Je me demande, si un enfant de quatre-vingt-dix ans se retrouve dans cette situation, comment sera-t-il possible de sortir de ce cauchemar dans le temps promis?
Edoardo Rabascini

Cher Edoardo,
Son appel n’est pas isolé. La pandémie continue de susciter l’alarme et encore plus d’indignation parmi vous. Les chiffres pour l’Italie sont les pires d’Europe, en termes de nombre de cas et de décès. Nous avons écouté les alarmes de télévision parce qu’il y a eu 44 admissions aux soins intensifs dimanche; qu’un chiffre très sérieux, car il indique 44 vies en danger, 44 familles dans l’angoisse; mais un pays de soixante millions d’habitants, qui a le bilan de l’évasion fiscale mais qui a toujours le bilan de l’épargne privée et donc pas un pays pauvre, ne peut pas entrer en crise pour 44 admissions en réanimation. il est évident que ces données s’ajoutent à celles des jours précédents et suivants; mais maintenant, le mécanisme devrait être clair. Covid n’est pas un massacre, pas un virus hautement mortel; et paradoxalement c’est sa force. Ebola, bien plus encore, n’a jamais pris racine en Europe. Le Covid sournois se cache pendant des jours, dans l’asymptomatique on ne le découvre jamais; mais il circule avec facilité, et met donc le système de santé dans une vrille – qui pour cette raison a dû être renforcé dans le temps – et tue surtout les personnes âgées, qu’il fallait donc protéger en priorité absolue. La décision de rouvrir les écoles tout en gardant les bars et les restaurants fermés est courageuse et coûteuse. La France et l’Allemagne l’ont également fait. L’Espagne a plutôt décidé de ne pas sacrifier le tourisme et la vie sociale. En attendant, le gentil monsieur Rabascini, demande à juste titre de l’aide pour son père de quatre-vingt-onze ans, non encore vacciné en Lombardie, l’une des régions les plus riches du monde. Non, nous ne donnons pas – à l’exception habituelle – un grand test de nous-mêmes.

LES AUTRES LETTRES D’AUJOURD’HUI

Injustice

Mon fils autiste dans la communauté a également besoin d’anti Covid

Je suis le père d’un garçon handicapé, invité dans une communauté de la région de Bergame. Bien sûr, je suis avec espoir l’évolution de l’administration des vaccins, en espérant que la nouvelle arrivera du jour au lendemain qu’ils ont finalement décidé de l’administrer également dans la communauté de mon fils. Rien pour le moment. Mais ces messieurs de la région de Lombardie (et pas seulement) se rendent-ils compte de l’impact que Covid peut avoir sur une personne handicapée et autiste? Ont-ils une vague idée de ce que signifie isoler, ou pire, obliger une personne handicapée à porter un casque de ventilation à l’unité de soins intensifs? Ont-ils une légère perception des dommages que subissent ces personnes en raison de l’isolement forcé et du manque de thérapies de base pour leur vie quotidienne? Parfois je pense que je suis retourné à il y a 80 ans, quand les handicapés, dans certaines situations et réalités, n’étaient qu’un fardeau: ici, j’ai exactement ce sentiment, un sentiment d’abandon par des institutions capables de transmettre un sentiment d’insécurité et de désorganisation, désorientant pour toute la population, capable de vacciner des populations entières, jusqu’à 18 ans (comme à Viggi), car ils sont situés dans des pays de la zone rouge, alors que les handicapés de la communauté attendent toujours ce qui est annoncé depuis des mois , c’est-à-dire la priorité des soi-disant fragiles. Eh bien, si c’est la logique politique, j’ai envie de dire arrête le monde, je veux descendre. Le 2 avril sera la Journée mondiale de l’autisme. Dois-je encore m’attendre à des fleuves de paroles justes?
Luca Buglia

ENVOYEZ-NOUS VOS LETTRES

Nous proposons de partager expériences et réflexions. Partagez un espace pour discuter sans avoir à élever la voix pour être entendu. Continuez à approfondir les grandes questions de notre temps et à les contaminer par la vie. Raconter comment l’histoire et les nouvelles affectent notre vie quotidienne. Dites au courrier.

MARDI – LE PROGRAMME

Nous publions la lettre par laquelle un jeune ou un travailleur déjà formé présente ses compétences: langues étrangères, innovation technologique, goût du travail bien fait, métiers de l’art; parler chinois, inventer une application, posséder une technique, jouer ou réparer le violon

Envoyez votre CV

MERCREDI – L’OFFRE D’EMPLOI

Nous donnons de l’espace à une entreprise, de n’importe quel domaine, qui peine à trouver du personnel: interprètes, start-up, soudeurs, luthiers.

Soumettre l’offre

JEUDI – INJUSTICE

Nous demandons à parler d’une injustice subie: un cas de faute professionnelle médicale, un problème à la banque; mais aussi un restaurant où l’on a mal mangé, ou un bureau public où l’on a été mal traité. Le droit de réponse sera évidemment garanti

Signaler le cas

VENDREDI – AMOUR

Nous vous demandons de nous raconter une histoire d’amour ou d’envoyer une lettre à la personne que vous aimez via le Courrier. Pas le courrier du cœur; une fenêtre ouverte sur la vie.

Raconte l’histoire

SAMEDI – AU REVOIR

Nous proposons de fixer la mémoire d’une personne qui a été fondamentale pour vous. Une fille pourra dire à un père, un mari la femme, un élève le professeur. Tous les samedis, nous choisissons le profil d’un Italien qui nous a quittés. Mais nous les lisons tous, et ils nous enrichiront tous.

Envoyez la lettre

DIMANCHE – L’HISTOIRE

Nous hébergeons l’histoire d’un lecteur. Une histoire vraie ou fictive.

Soumettez l’histoire

LA PHOTO DU LECTEUR

Chaque jour, nous choisissons une image qui vous a mis en colère ou excité. Le témoignage de la dégradation de nos villes, ou de leur beauté.

Envoyez-nous vos photos sur Instagram sur le compte @corriere