Nos nouveautés vinyles préférées cette semaine – The Vinyl Factory

Avec un breakbeat soyeux, du jazz japonais pétillant, des paysages sonores ambiants, et plus encore.

Le récapitulatif de cette semaine est présenté par Gabriela Helfet et Lazlo Rugoff, de la VF, aux côtés de Jesse Bernard, James Hammond et Emily Hill.


Albums


Calibre

Se sentir normal

(Enregistrement des signatures)

Acheter

Le producteur Calibre, toujours aussi prolifique, revient avec un album de studio signé, avec des mélodies soyeuses et une électronique à la mode, pour son seizième album, Se sentir normal. Traversant le breakbeat, le dub, la techno et l’ambient, chaque morceau est facilement le genre d’air que vous voudriez entendre résonner dans les enceintes des clubs, porté à 11 à différents moments de la soirée. Parmi les points forts, on peut citer Change With Me”, qui enroule des synthétiseurs en boucle autour d’un crochet de l’âme ; les incantatoires crécelles dub de “Badman”, mené par les voix de DVS ; l’euphorie de Regular Bull”, mené par les clés ; et le r’n’b grave de Cinemone, lacé en 140 bpm. Cependant, lorsqu’on l’écoute dans son ensemble, le voyage méticuleux et émotionnel que Calibre a créé est encore plus doux. Se sentir normal est un album qui figure parmi ses meilleures productions, d’où que vous l’écoutiez. – GH


Karima Walker

Réveiller le corps du rêve

(Dossiers oraux)

Acheter

Inspirée par la nature sauvage de l’Arizona, l’artiste Karima Walker Réveiller le corps du rêve mélange des compositions ambiantes avec des voix de gossamer. Sur ses 8 pistes, elle utilise des enregistrements de terrain, des synthétiseurs, du piano, de la guitare, des boucles de bande et son propre chant pour un effet incantatoire. A la fois musique environnementale et lo-fi envoûtante, c’est un album ondulant dans lequel on se perd. – GH


Artistes divers

J Jazz Volume 3 : Jazz moderne profond du Japon

(BBE)

Acheter

Capturant certains des plus inimitables jazz à venir du Japon, le troisième volet de BBE Music J Jazz est un rêve, c’est le moins qu’on puisse dire. La collection couvre une période allant des années 1960 aux années 1980 et met en évidence la richesse et la profondeur de la gamme de styles sous le parapluie du jazz, tels que le funk, le spiritual et la bossa nova. Des morceaux comme celui d’Aki Takase Trio sont un délice particulier. Ce n’est pas seulement à cause des touches douces du piano qui donnent le ton, mais aussi parce qu’il est intitulé “A Song For Hope” – c’est un air qui vous laisse avec un sentiment d’optimisme merveilleux après coup. – JB


Smerz

Croyant

(Enregistrements XL)

Acheter

Le duo norvégien Smerz célèbre son premier album Croyant sur XL Recordings. Cet album très attendu est attendu depuis un certain temps, après que des bribes de la nouvelle musique de Smerz aient été taquinées depuis leur EP de 2018 S’amuser. Expérimenter les sons, les genres et le développement personnel, Croyant est une vision artistique, avec des intermèdes rap en prime. Jouant avec des sons d’eurohouse et de pop, “I Don’ Talk About That much” et le titre “Believer” sont hypnotiques et empreints de tension romantique, cimentant un récit magnifiquement réfléchi de la croissance des couples qui s’est construite depuis leurs débuts en 2017, Okey. – EH


Altin Gün

Yol

(Glitterbeat)

Acheter

Altin Gün continue de fouiller les sons du passé et de les métaboliser à travers les sensibilités contemporaines sur leur dernier album, Yol. En ce qui concerne la musique folklorique traditionnelle anatolienne et turque, la couche de six pièces de synth-pop, de psychédélisme, de funk et même de reggae cosmique s’épanouit. Le fait d’opérer dans le carrefour hantologique entre le passé et le présent peut souvent être une condamnation à mort pour l’innovation, Yol est à la fois très écoutable et, tout simplement, agréable. – LR


Omar Khorshid

Avec amour

(Wewantsounds)

Acheter

Avec ses séries de guitares sublimes en staccato et une oreille attentive pour les synthétiseurs et les pédales, le catalogue d’Omar Khorshid regorge de sons révolutionnaires qui ont fait de lui l’un des guitaristes les plus appréciés du monde arabe. 1978’s Avec amour en est un exemple, et un effort qui a électrisé les œuvres de ses pairs égyptiens et libanais avec des quantités libérales de réverbération, de phaser et d’interaction onirique de synthétiseurs et d’organes. – JH


Célibataires


Jossy Mitsu

Planète J

(Astral Black)

Acheter

Jossy Mitsu, un membre de la famille royale à six chiffres, coupe de lourdes basses pour l’album Astral Black de Jon Phoenix. Planète J est un exemple poignant des prouesses de production de Mitsu, avec des maisons 4 par 4 brûlantes, couplées sans effort à des fréquences rave. Turismo” est une boule d’énergie dévastatrice, brûlant d’un esprit de danse chaotique, tandis que 1997 est un peu plus médiatique – mais néanmoins groover. – EH


Siete Catorce

Temperatura

(BRUK)

Acheter

Le label berlinois Bruk a été lancé en 2020 pour se concentrer sur la conception sonore et l’électronique expérimentale. Sa troisième sortie provient du producteur mexicain Siete Catorce. L’essentiel de Températures L’attrait de Catorce réside dans sa capacité à insuffler des sons organiques à une production contemporaine axée sur les clubs. Tandis que les chants d’oiseaux se mêlent à la techno sur “Todo” et que des éléments de psychédélisme fleurissent sur “Menos”, le producteur les associe à la brume nocturne de “Tu” et à des sous-entendus sombres sur “Derretido”. Bien que Temperatura n’est que la troisième sortie de Bruk – après deux sorties de FFT – si l’on en croit ces premiers disques, on peut s’attendre à de grandes choses de la part du label. – LR


Construire

RNO028

(Ordonnance Ronin)

Acheter

Constrict propose une nouvelle aventure dans la jungle avec son dernier 12″, RNO028 , publié sur l’ordonnance Ronin. En face A, “betchu” combine des éléments de transe et de batterie lourde, le chant ajoutant une mélodie envoûtante. En face B, “Trauma Bond” est discret et patient, mais l’utilisation massive de synthétiseurs crée un paysage sonore beaucoup plus dynamique, laissant une place importante aux voix. – JB


Rian Treanor

Dispersion des obstacles

(Planète Mu)

Acheter

Considéré comme “des complications pour les ravers aventureux”, le dernier 12 de Rian Treanor, Dispersion des obstaclesLe film, qui a été présenté à l’occasion de l’inauguration de l’exposition, a atterri sur une piste de danse qui valorise les obstacles musicaux et corporels. Alors que les producteurs qui s’en tiennent aux tropes familiers de tension et de relâchement peuvent chercher certains points de rupture dans une pièce, les structures employées sur les Dispersion des obstacles On a l’impression de vivre une série de moments de ce genre, reliés entre eux de manière imaginative. Des idées hybrides reliées par des patchs logiciels inspirés, ces quatre morceaux se rencontrent avec des impulsions rythmiques effrénées. – JH

Plus ancien

VF Live : Nombuso Mathibela