Mission de la ville de Schenectady pour construire davantage de logements de transition

SCHENECTADY – La Mission de la ville démolit deux vieux bâtiments de la rue Lafayette et prévoit de débuter le mois prochain la construction de logements sur le site.

Le bâtiment comprendra huit appartements de deux chambres à coucher et deux unités d’une chambre à coucher. Tous seront utilisés dans le cadre du programme de logement de transition mis en place par la Mission, qui permet aux résidents de quitter le centre résidentiel de la Mission au fur et à mesure qu’ils reconstruisent leur vie.

Les appartements de transition actuels et futurs ne sont qu’à quelques mètres de l’ensemble des bâtiments qui abritent la Mission et ses différents programmes. Les résidents de ces appartements peuvent acquérir l’expérience et la confiance nécessaires pour vivre de manière indépendante, sachant que le personnel et les services de la Mission se trouvent juste à côté en cas de besoin.

Le directeur exécutif Michael Saccocio a déclaré lundi que les deux structures existantes – un bâtiment de huit unités au 302 Lafayette St. et une maison de deux appartements au 306 Lafayette – appartiennent à la Mission mais sont vieilles et sont usées au point que leur réparation n’est pas rentable.

Le nouveau bâtiment aura une superficie totale d’environ 16 000 pieds carrés. En plus des dix appartements, il y aura des bureaux et un grand espace de rassemblement pour les réunions, l’exercice physique, l’éducation et d’autres fins. Le budget total – démolition, construction et ameublement – devrait s’élever à 1,7 million de dollars.

La Mission a récemment construit huit nouvelles unités de logement de transition juste en face de la zone de démolition, rue Lafayette. Les 24 appartements de transition actuellement en service sont tous occupés, et il y a une liste d’attente. Les 10 unités en cours de démolition ont été utilisées comme logements de transition, donc la nouvelle construction n’entraînera pas de gain net.

Saccocio compare le programme à un écosystème : le logement, les services, l’orientation professionnelle et le développement personnel existent dans un rayon compact, ce qui aide les gens à acquérir des compétences professionnelles et des aptitudes à la vie quotidienne.

“C’est vraiment une chose holistique, il ne s’agit pas seulement d’amener les gens dans des logements de transition”, a-t-il déclaré.

Beaucoup d’anciens résidents de la Mission travaillent maintenant à la Mission, a-t-il dit. La présence de ces personnes, et la proximité de celles qui se trouvent dans des logements de transition, indique aux résidents qui n’ont pas progressé autant que le but est non seulement réalisable mais a été atteint par des personnes qui se trouvaient autrefois dans la même situation.

Parfois, il est tout simplement pratique de les avoir à proximité. Saccocio se souvient que pendant la grande tempête de neige de décembre, il lui a fallu jusqu’à midi pour se rendre à la City Mission. Les membres du personnel qui vivent sur le campus avaient simplement marché pour se rendre au travail, et l’endroit fonctionnait.

Le nouveau projet de logement est la partie la plus littérale du thème “Un temps pour reconstruire” que la Mission a adopté pour son 115ème anniversaire, qui est jeudi.

Parmi les autres volets de la campagne figurent le foyer pour femmes et enfants récemment rénové, qui coupera bientôt le ruban, de nouvelles fermes hydroponiques dans des conteneurs d’expédition, et une plus grande importance accordée à la nutrition et à l’exercice physique. Il y a aussi les coûts non négligeables de tout cela – il sera temps de reconstituer les caisses de la Mission de la ville. L’association à but non lucratif prévoit une campagne de capitalisation de 5 millions de dollars.

Il y a aussi la pandémie, qui a touché l’ensemble de la société mais qui a été particulièrement dure pour les établissements de vie collective. Lors de la flambée de COVID à la fin de l’année 2020, la Mission a constaté de nombreuses infections parmi le personnel et les résidents. Aucun n’est mort du virus, mais il n’a pas été facile d’isoler les personnes infectées.

La Mission fait des progrès constants dans la vaccination de son personnel et de ses résidents, qui ont la priorité de niveau 1B pour les vaccins. Lorsque le comté est informé de la disponibilité de quelques doses, il contacte la Mission, a déclaré M. Saccocio.

“Nous ne pouvons pas dire assez de bonnes choses sur le département de santé publique”, a-t-il déclaré, reconnaissant également l’aide de la Fondation Schenectady, d’autres entités publiques et privées et du grand public pour continuer à traverser la crise.

Avec la propagation du virus, cet hiver a été marqué par une longue période de temps très froid et, par conséquent, par l’impératif de faire sortir les sans-abri de la rue la nuit.

Cela multiplie les problèmes – vous ne pouvez pas simplement installer un tas de lits de camp dans un grand espace et y faire entrer un tas de personnes, a déclaré M. Saccocio, dont le comportement toujours optimiste ne peut pas vraiment cacher une certaine fatigue du COVID.

Au cours des 50 semaines qui ont suivi la confirmation du virus à New York, la Mission a maintenu ses services et n’a jamais manqué de servir un repas, mais cela a été un défi, a-t-il dit.

“Je pense que nous nous en sommes très bien sortis, mais je vais être franc avec vous, nous espérons qu’il y aura bientôt une lumière au bout du tunnel.”

Plus d’informations dans le Daily Gazette :

Catégories : -Le Quotidien, Actualités, Comté de Schenectady