Macron suggère que la France pourrait retirer ses troupes du Mali – Toronto Star

PARIS (AP) – Le président français Emmanuel Macron a suggéré lundi que la France retirerait des troupes du Mali si l’instabilité institutionnelle du pays persiste et inhibe la lutte contre les extrémistes islamiques.

Macron a déclaré lors d’une conférence de presse que «notre priorité au Mali est la lutte contre le terrorisme et la présence de nos forces sur le terrain ne suffit pas dans ce combat. Cela nécessite également le renforcement d’institutions stables et légitimes. »

La France a plus de 5 000 soldats dans la région du Sahel en Afrique.

Les commentaires de Macron interviennent un jour après que les dirigeants ouest-africains ont suspendu le Mali de leur bloc régional, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, ou CEDEAO, pour ce qu’ils ont dit être un coup d’État la semaine dernière.

La CEDEAO a appelé à la nomination immédiate d’un nouveau Premier ministre civil, à la formation d’un nouveau gouvernement inclusif et à la transition de 18 mois du pouvoir menant aux élections de février 2022, affirmant qu’un mécanisme de surveillance sera mis en place pour assurer cela .

«Ni la France ni ses partenaires ne s’engagent à s’impliquer (au Mali) si les exigences de la CEDEAO ne sont pas respectées», a déclaré Macron.

L’Allemagne, qui compte plusieurs centaines de soldats participant aux missions de stabilisation de l’ONU et de formation de l’Union européenne au Mali, voit la nécessité de poursuivre ces déploiements, a déclaré la chancelière Angela Merkel lors de la conférence de presse conjointe avec Macron par vidéoconférence.

Elle a toutefois ajouté qu’il y avait des «lignes rouges», y compris la nécessité de tenir des élections et de ne pas avoir de contact avec les forces islamistes, y compris avec l’actuel président du Mali.

Elle et Macron s’étaient mis d’accord pour avoir un “échange très, très étroit” sur les développements au Mali et “s’il y a une situation (…) dans laquelle nous voyons des lignes rouges traversées, alors nous coordonnerons étroitement nos actions.”

Un vide de pouvoir au milieu d’un coup d’État de 2012 a déclenché des années de chaos au Mali et a permis aux extrémistes islamiques de prendre le contrôle des villes du nord. En fin de compte, une opération militaire dirigée par la France a évincé les djihadistes des bastions en 2013, mais ils se sont regroupés et ont depuis élargi leur portée.

Chargement…

Chargement…Chargement…Chargement…Chargement…Chargement…