L'unité ICBC de la Chine établit des lignes directrices pour prévenir le harcèlement sexuel au bureau

BEIJING (Reuters) – Un département de la plus grande banque chinoise a publié des directives à l’intention de son personnel sur la manière d’interagir avec des collègues de sexe opposé, une démarche rare pour une entreprise en Chine où le harcèlement sexuel n’était pas reconnu comme un délit légal jusqu’à il y a un an.

Le mémo envoyé par une unité de la Banque industrielle et commerciale de Chine suggérait d’éviter les contacts physiques ou les interactions individuelles avec des collègues du sexe opposé dans des espaces clos et de s’abstenir d’envoyer des émojis flirteurs dans les communications en ligne.

Pendant des années, le sujet du harcèlement et des agressions sexuelles a été rarement abordé en public en Chine, jusqu’à ce qu’un mouvement #MeToo prenne son envol dans le pays en 2018.

Bien que le mouvement ait dû faire face à la censure et à un refus du public, le Parlement chinois a adopté en juin une loi qui, pour la première fois, a chargé les écoles, les entreprises et d’autres organisations de prévenir et de traiter le harcèlement sexuel.

“Nous devrions tirer des leçons profondes des événements précédents”, a déclaré le mémo publié par la branche de la Ligue des jeunes de l’ICBC du Centre de recherche et de développement de l’innovation, qui emploie moins d’une centaine de personnes. Il ne décrit pas les événements auxquels il est fait référence.

“Nous aimerions encourager chacun à prendre les suggestions pour assurer le développement de sa carrière personnelle et le bonheur de la famille”.

Le mémo contenait des caricatures illustrant les transactions jugées appropriées et celles qui étaient alarmantes. Par exemple, elle donnait un “feu vert” dans une caricature d’un homme discutant d’investissements de fonds avec une collègue féminine, mais un “feu rouge” lorsqu’une femme prenait le siège avant en acceptant un trajet dans une voiture conduite par un collègue masculin.

Un représentant des médias de l’ICBC a confirmé l’authenticité du mémo sans autre précision. Fin juin, l’ICBC employait plus de 430 000 personnes dans le monde.

(Reportage de Zhang Yan, Brenda Goh à Shanghai ; Reportage complémentaire de Cheng Leng à Pékin ; Montage d’Edmund Blair)