L’Ukraine menace l’armement nucléaire – Mindener Tageblatt

Berlin / Kiev – L’Ukraine envisage la réacquisition d’armes nucléaires si le pays d’Europe de l’Est ne devient pas membre de l’OTAN.

“Soit nous faisons partie d’une alliance comme l’OTAN et contribuons également à rendre cette Europe plus forte (…) soit nous avons une option, alors de nous armer”, a déclaré jeudi l’ambassadeur d’Ukraine en Allemagne, Andrej Melnik, sur Deutschlandfunk. Kiev «envisagera peut-être aussi un statut nucléaire». “Comment pouvons-nous garantir notre défense autrement?”, A-t-il demandé.


Liens

Déclaration américaine

Le Mindener Tageblatt n’est pas responsable du contenu des sites Web externes.


En 1994, Kiev a annoncé qu’elle renoncerait au troisième plus grand arsenal nucléaire du monde depuis l’époque soviétique, situé sur le territoire ukrainien. En retour, les États-Unis, le Royaume-Uni et la Russie se sont engagés à respecter les frontières de l’Ukraine. Même après l’annexion de la Crimée en 2014, l’Ukraine avait réprimandé qu’elle n’avait reçu aucune aide – contre l’invasion de la péninsule par la Russie.

Compte tenu des nouvelles tensions dans la zone de conflit dans l’est de l’Ukraine et des marches de troupes sur le territoire russe et ukrainien, la communauté internationale s’inquiète de plus en plus d’une escalade. L’Ukraine s’efforce d’adhérer à l’alliance militaire occidentale de l’OTAN depuis des années, mais cela est considéré comme improbable dans les prochaines années. Kiev est menacée par les troupes russes le long de la frontière ukrainienne.

“Ce défilé est bien plus que du jeu musculaire, des hochets de sabre ou des tambours de guerre, comme beaucoup le croient ici en Allemagne”, a déclaré Melnik. “Nous avons besoin d’un soutien militaire.” Il a évoqué “de véritables préparatifs de guerre en vue d’une nouvelle attaque militaire contre l’Ukraine, qui devrait également être prise au sérieux à Berlin”.

Selon les médias ukrainiens, les services de renseignements militaires à Kiev comptent désormais 102 000 soldats russes le long de la frontière. Cette concentration de troupes devrait être portée à 110 000 d’ici le 20 avril, a-t-il déclaré lors d’une réunion du comité au parlement. Moscou n’a pas fourni de chiffres, mais a parlé de manœuvres là-bas. Le président russe Vladimir Poutine prévoit de s’adresser à la nation le 21 avril.

Ces sessions de formation sur le territoire russe ne doivent pas être interprétées comme l’expression d’intentions agressives, a déclaré la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Sakharova. Surtout, l’Allemagne et la France, qui sont en médiation dans le conflit, devraient arrêter la «campagne de propagande» et «encourager Kiev à se désescalader». Moscou n’est pas intéressée par une guerre dans le Donbass.

Certaines parties des régions de Louhansk et de Donetsk le long de la frontière russe sont sous le contrôle de combattants fidèles à Moscou depuis 2014. Selon les estimations de l’ONU, plus de 13 000 personnes ont été tuées depuis lors. Rien que depuis le début de l’année, il y a eu plus de 55 morts malgré le cessez-le-feu actuel.

Selon les séparatistes, un civil n’a été tué dans un bombardement d’artillerie à la périphérie du bastion rebelle de Donetsk que mercredi soir. Une confirmation indépendante n’était initialement pas disponible. Les deux parties ont confirmé que cinq camions avec des fournitures de secours de l’ONU étaient arrivés dans la région de Donetsk.

Poutine avait téléphoné mardi à son collègue américain Joe Biden au sujet du conflit. Deux jours plus tard, la Turquie a informé que les États-Unis avaient annulé l’envoi de deux navires de guerre en mer Noire à la suite de plaintes de la Russie. Le passage à travers le détroit turc du Bosphore annoncé pour les 14 et 15 avril a été retiré, a-t-il précisé. Le Kremlin a réagi avec prudence à la question de savoir si cela contribuerait à atténuer la situation.

L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) s’est toutefois plainte de nouvelles violations du cessez-le-feu actuel. “Le nombre de violations enregistrées au cours des deux dernières semaines a atteint son niveau le plus élevé cette année”, a déclaré Heidi Grau, médiatrice de l’OSCE entre Kiev et les représentants séparatistes. Le nombre est trois fois plus élevé que dans les deux semaines précédentes. En outre, neuf vols sur dix effectués par des drones d’observation de l’OSCE dans la zone de conflit ont été interrompus par des moyens électroniques.