L’UE confrontée à une nouvelle pénurie de vaccins d’AstraZeneca – FRANCE 24

Publié le :

Genève (AFP)

Le géant pharmaceutique AstraZeneca a annoncé samedi un nouveau manque à gagner dans les livraisons de vaccins prévues pour l’Union européenne, portant un nouveau coup aux efforts du bloc pour intensifier les vaccinations.

L’image du géant pharmaceutique anglo-suédois a déjà été mise à mal, plusieurs pays ayant suspendu le déploiement de son vaccin par crainte de la formation de caillots sanguins, alors que l’Organisation mondiale de la santé a déclaré qu’il n’y avait aucune raison d’arrêter de l’utiliser.

Le Danemark, la Norvège et l’Islande ont cessé d’utiliser le vaccin par précaution et un responsable indien a déclaré samedi que le pays procéderait la semaine prochaine à un examen plus approfondi des effets secondaires post-vaccination.

AstraZeneca a imputé les problèmes de production et les restrictions à l’exportation à cette dernière pénurie, qui constitue un revers majeur dans la lutte contre une pandémie qui a fait 2,6 millions de victimes dans le monde.

La société avait précédemment prévenu qu’elle était confrontée à des déficits de sa chaîne d’approvisionnement européenne en raison d’une “production plus faible que prévu” et espérait compenser en partie en s’approvisionnant en vaccins auprès de son réseau mondial.

“Malheureusement, les restrictions à l’exportation réduiront les livraisons au cours du premier trimestre et affecteront probablement les livraisons au cours du deuxième trimestre”, a déclaré la société dans un communiqué samedi.

AstraZeneca a commencé à livrer le vaccin à l’UE en février, et vise toujours à livrer 100 millions de doses au cours du premier semestre 2021.

Sur ce total, 30 millions doivent être livrées au cours du premier trimestre.

AstraZeneca avait initialement accepté de fournir trois fois plus de doses au premier trimestre, et 180 millions de doses au seul deuxième trimestre.

La société sous le feu des critiques a déclaré qu’elle “collaborait avec la Commission européenne et les États membres pour résoudre les problèmes d’approvisionnement”.

Samedi, l’UE a éludé la question du nombre de doses d’AstraZeneca qu’elle attendait et s’est contentée de dire : “Nous sommes conscients que la société connaît des problèmes d’approvisionnement et que des discussions sont en cours : “Nous sommes conscients que l’entreprise connaît des problèmes d’approvisionnement et que des discussions sont en cours.

“Nous insistons sur le fait que la société fait tout ce qu’elle peut pour honorer ses engagements et nous assurons le suivi avec elle.

En revanche, les États-Unis ont intensifié leur programme de vaccination après des débuts hésitants.

Les Centres de contrôle et de prévention des maladies ont déclaré que 100 millions de doses de vaccin ont été administrées aux États-Unis, soit environ 30 % du total mondial des vaccins administrés jusqu’à présent.

– Une série de revers –

La société a reçu de nouveaux coups cette semaine lorsque plusieurs pays ont suspendu l’utilisation de son vaccin, tandis que l’autorité de réglementation des médicaments de l’UE a déclaré que les allergies graves devaient être ajoutées aux effets secondaires possibles.

L’Organisation mondiale de la santé, qui a déclaré que son comité consultatif sur les vaccins examinait les données de sécurité qui lui parvenaient, a souligné qu’aucun lien de causalité n’avait été établi entre le vaccin d’AstraZeneca et la coagulation du sang.

“Oui, nous devrions continuer à utiliser le vaccin AstraZeneca”, a déclaré vendredi Margaret Harris, porte-parole de l’OMS, soulignant que toute inquiétude concernant la sécurité doit être étudiée.

AstraZeneca a insisté sur le fait que son vaccin était sûr, ajoutant qu’il n’y avait “aucune preuve” de risques plus élevés de caillots sanguins.

L’Italie et l’Autriche ont interdit l’utilisation des vaccins provenant de lots distincts d’AstraZeneca, et la Thaïlande et la Bulgarie ont déclaré cette semaine qu’elles retarderaient leur déploiement.

L’ombre jetée sur le vaccin d’AstraZeneca vient s’ajouter aux problèmes de distribution des vaccins dans l’UE, alors que l’on craint une nouvelle poussée du virus.

Selon une lettre publiée samedi, l’Autriche, la République tchèque, la Slovénie, la Bulgarie et la Lettonie ont demandé l’ouverture de discussions au sein de l’UE sur les “énormes disparités” dans la distribution des vaccins.

Les dirigeants de ces pays ont envoyé une lettre aux chefs d’État et de gouvernement de l’UE, affirmant que “les livraisons de doses de vaccin par les sociétés pharmaceutiques aux différents États membres de l’UE ne sont pas effectuées sur une base égale”.

– Distribution inégale

“Si ce système devait se poursuivre, il continuerait à créer et à exacerber d’énormes disparités entre les États membres d’ici à l’été, de sorte que certains pourraient atteindre l’immunité de groupe en quelques semaines tandis que d’autres resteraient loin derrière”, indique la lettre.

“Nous vous demandons donc (…) d’organiser dès que possible une discussion sur cette importante question entre les dirigeants.”

L’Italie a annoncé vendredi de nouvelles restrictions sévères dans une grande partie du pays, le Premier ministre Mario Draghi prévenant qu’elle était confrontée à “une nouvelle vague” d’infections.

Disneyland Paris, l’une des plus grandes attractions touristiques d’Europe, a déclaré qu’elle ne pourra pas rouvrir comme prévu le 2 avril car les infections restent obstinément élevées en France.