L’ONU et la France réitèrent leurs appels au retrait complet des forces étrangères de Libye – CGTN

PHOTO DE FICHIER: Des militants fidèles à l’homme fort libyen Khalifa Haftar photographiés près de la ville côtière de Derna le 14 avril 2018. / VCG

PHOTO DE FICHIER: Des militants fidèles à l’homme fort libyen Khalifa Haftar photographiés près de la ville côtière de Derna le 14 avril 2018. / VCG

L’Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies et le Chef de la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL), Jan Kubis, et le Ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, ont souligné la nécessité d’un retrait des forces étrangères du pays d’Afrique du Nord.

Les deux dirigeants se sont rencontrés à Paris près de trois mois après que les participants aux pourparlers de paix en Libye parrainés par l’ONU ont formé un gouvernement de transition.

“Ils (Kubis et Le Drian) ont tous deux souligné l’importance d’accélérer la mise en œuvre de l’accord de cessez-le-feu et le retrait complet des forces étrangères et des mercenaires, de faire de nouveaux progrès dans la mise en œuvre de la feuille de route du LPDF pour la tenue des élections du 24 décembre 2021. critique pour le maintien de la paix, de la sécurité et de la stabilité en Libye et dans la région au sens large “, a déclaré un communiqué de la MANUL à l’issue d’une réunion entre les deux samedi.

Kubis a également rencontré séparément le directeur pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord au ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères Christophe Farnaud et l’envoyé spécial Paul Soler accompagnés d’autres hauts fonctionnaires.

Lors d’une réunion avec le conseiller du président pour la région MENA, Patrick Durel, l’envoyé spécial a réitéré la reconnaissance de l’ONU au président français Emmanuel Macron et au gouvernement français pour le soutien continu aux efforts de l’ONU et au processus de paix en Libye.

L’espoir reste grand que les derniers développements en Libye rétablissent une paix durable dans ce pays qui a été en proie à un conflit pendant près d’une décennie.

Le gouvernement de transition est chargé de superviser les préparatifs d’une élection nationale prévue pour la fin de 2021.

Le vote devrait stabiliser le pays et mettre fin au chaos et au conflit qui ont anéanti les exportations pétrolières vitales dont dépend l’économie du pays.