L’Inde construit une route critique le long de la frontière avec la Chine au Ladakh : Ministère de l’Intérieur

New Delhi : L’Inde entreprend un “projet autonome” au Ladakh pour construire une route critique le long de la frontière avec la Chine, le Centre a informé un groupe parlementaire sur les affaires intérieures, selon le rapport de la commission parlementaire sur les affaires intérieures. The Hindu.

De plus, le Centre a également informé le panel que le long de la frontière chinoise, la construction de 57 routes, la construction et la rénovation de 32 héliports, le développement de 47 postes avancés et de 12 camps d’étape pour la police frontalière indo-tibétaine (ITBP) ainsi que la construction de pistes de 18 pieds dans l’Arunachal Pradesh sont actuellement en cours.

Les informations ci-dessus ont été mentionnées dans le rapport du comité permanent sur les demandes de subventions pour l’année fiscale 2021-22, qui a été présenté au Rajya Sabha le lundi 15 mars. Le leader du Congrès Anand Sharma dirige le comité.

L’Inde et la Chine étaient engagées dans un face-à-face dans diverses poches de l’est du Ladakh depuis avril 2020 après que la Chine ait arrêté les patrouilles indiennes dans la zone de Finger de Pangong Tso. Alors que les troupes indiennes et chinoises se sont désengagées des rives nord et sud du Pangong Tso (lac) en février, le renforcement se poursuit dans les plaines de Depsang, à Galwan et à Gogra-Hot Springs.

Soulignant que le ministère de l’intérieur se concentre sur le renforcement de l’infrastructure frontalière, le ministre de l’intérieur Ajay Kumar Bhalla a informé le panel parlementaire que le gouvernement a déjà sanctionné la phase II du programme de la route frontalière indochinoise (ICBR-II). Selon le rapport, ledit programme couvre plusieurs routes, pistes piétonnes et postes frontaliers.

Le comité permanent a tenu trois séances les 16, 17 et 22 février, au cours desquelles des fonctionnaires du MHA ont informé le comité qu’il y avait 11 demandes de subventions gérées par le ministère de l’Intérieur.

Jusqu’en novembre 2020, la longueur totale des routes construites le long de la frontière chinoise s’élevait à 538,50 kilomètres, selon le rapport du comité permanent. La première phase de l’ICBR a commencé en 2005 et le MHA a décidé de construire 27 routes prioritaires, totalisant 608 km le long de la frontière avec la Chine. La construction de 25 routes prioritaires de la première phase est toujours en cours.

Les fonctionnaires du MHA ont également informé le panel que les routes et autres projets en cours sont financés par le fonds “infrastructure et gestion des frontières”, qui est destiné à l’entretien de l’infrastructure frontalière le long des frontières du Bangladesh, du Pakistan et de la Chine. Le gouvernement un total de Rs 2 156,09 crore dans l’exercice 2019-20 sur les projets frontaliers.

La création de 47 postes frontaliers pour la force de la police frontalière indo-tibétaine (ITBP), mentionnée dans le rapport du panel, a été sanctionnée en 2014.

Depuis l’impasse entre l’Inde et la Chine, les membres du gouvernement dirigé par le Premier ministre Narendra Modi ont affirmé que c’est le gouvernement actuel qui a donné une impulsion suffisante au développement des infrastructures frontalières. Toutefois, Amitabh Dubey écrit dans The Wire que :

“Dans ses remarques du 19 juin [2020](audible à partir de 4,50 minutes ici), le Premier ministre Narendra Modi a affirmé que les améliorations apportées par son gouvernement aux infrastructures frontalières avaient renforcé la capacité de l’Inde à faire face aux intrusions de la Chine. Des voix pro-gouvernementales ont repris cette affirmation dans la presse écrite et à la télévision, présentant le gouvernement Modi comme un pionnier du développement frontalier. Il s’agit d’une fiction motivée”.