“ L’Europe ou la mort ”: les ouest-africains risquent tous de quitter la Tunisie – FRANCE 24

Sfax (Tunisie) (AFP)

Aminata Traoure a survécu à un naufrage dans lequel elle a perdu sa petite fille, sa sœur et sa nièce mais elle est déterminée à recommencer la traversée illégale vers l’Europe.

Pour la Côte d’Ivoire de 28 ans, la périlleuse traversée de la Méditerranée depuis la nation nord-africaine de la Tunisie est son seul moyen de construire un avenir meilleur.

“Quitter la Tunisie pourrait soulager ma douleur”, a déclaré Traoure.

Sa tentative s’est terminée par une tragédie le 9 mars, lorsque le bateau branlant qu’elle avait embarqué a chaviré avec un autre en Méditerranée, et il a été jeté dans les eaux avec environ 200 autres personnes.

Parmi les 39 noyés se trouvait Sangare Fatim, sa fille de 15 mois.

Traoure a déclaré qu’elle aimerait rentrer chez elle en Côte d’Ivoire, à 3000 kilomètres au sud-ouest à travers les sables du Sahara, mais elle ne peut pas se le permettre.

Le prix du billet – plus une amende pour séjour illégal de trois ans en Tunisie – coûte plus cher qu’une traversée vers l’Europe.

«Je vais devoir réessayer», dit-elle.

Le nombre de personnes risquant la dangereuse traversée maritime depuis la Tunisie augmente et pour la première fois la majorité sur les bateaux ne sont pas des Tunisiens.

Au cours du premier trimestre 2021, plus de la moitié des personnes arrivant en Italie en provenance de Tunisie étaient pour la plupart des citoyens de pays d’Afrique subsaharienne, selon l’organisation tunisienne de défense des droits FTDES.

Jusqu’à présent cette année, au moins 453 migrants sont morts en essayant de rejoindre l’Europe depuis l’Afrique du Nord, selon l’Organisation internationale pour les migrations.

Une centaine d’entre eux étaient partis du port tunisien de Sfax.

– ‘Les espoirs de leurs familles’ –

«Malgré les naufrages, malgré nos familles en deuil, nous sommes toujours prêts à risquer nos vies», a déclaré Prista Kone, 28 ans, également de Côte d’Ivoire.

Elle a tenté la traversée l’année dernière, mais son bateau a été intercepté par les autorités tunisiennes.

Kone est arrivée en Tunisie en 2014 avec un diplôme en gestion d’entreprise et prévoit de poursuivre ses études.

Mais sans argent, elle a trouvé du travail comme femme de ménage, dit-elle. Elle a également découvert «l’étendue du racisme» en Tunisie.

“Ma patronne m’a demandé de ne pas toucher ses enfants parce que je suis noire!” Dit Kone. “Quand quelque chose manquait dans la maison, elle m’a accusé de l’avoir volé”.

Dans les rues “les gens m’ont appelé” singe “et m’ont jeté des pierres”, a-t-elle ajouté.

C’est une histoire courante chez ses compatriotes, entassés dans une petite pièce d’un quartier ouvrier de Sfax.

«Si ces personnes survivaient à un naufrage à midi, elles seraient prêtes à participer à une autre traversée à 13 heures», a déclaré Oumar Coulibaly, chef de l’association des ivoiriens à Sfax.

“Pour eux, c’est l’Europe ou la mort!”

Coulibaly estime qu’il y a environ 20 000 personnes originaires de pays subsahariens en Tunisie, dont près des deux tiers de Côte d’Ivoire.

“Ils représentent les espoirs de leurs familles”, a déclaré Coulibaly. “Certains sont venus pour poursuivre leurs études, pour travailler, d’autres se sont vus promettre des salaires énormes, mais … on leur a menti”.

Sans permis de travail, beaucoup travaillent illégalement et sont gravement sous-payés, tout en étant régulièrement victimes d’abus de la part de la police ou des citoyens.

– L’été avance? –

Le président du FTDES, Alaa Talbi, a déclaré que les migrants venus travailler en Tunisie veulent partir, car “ni le cadre juridique ni le cadre culturel ne favorisent l’intégration”.

Les accords entre l’Italie et la Libye – un autre point de départ clé pour l’Europe – ont également “des départs compliqués”, avec plus de migrants essayant de partir de Tunisie, a-t-il dit.

L’économie tunisienne est passée de crise en crise depuis la révolution de 2011 dans le pays, plus récemment en raison de la pandémie de coronavirus et des mesures de verrouillage.

Avec des mers plus calmes dans les mois d’été qui se profilent, beaucoup s’attendent à ce que davantage de Tunisiens risquent également la traversée.

Selon l’agence humanitaire catholique Caritas, les passeurs attirent les migrants avec des histoires selon lesquelles un logement et un emploi sont désormais faciles à trouver en Europe, affirmant que le virus a décimé la population.

Sozo Ange, une mère ivoirienne de 22 ans, est en Tunisie depuis deux ans.

Pour elle, rester signifie – au mieux – la vie de femme de ménage, gagner suffisamment pour partager une petite chambre avec plusieurs autres et survivre à la “soupe de dinde périmée”, a-t-elle déclaré.

«Je vais partir d’ici avec ma famille, c’est faire ou défaire», dit-elle en allaitant son fils.

Son mari, Inao Steave, 34 ans, est employé dans une boulangerie – où il travaille plus dur que ses collègues tunisiens.

«Je ne peux pas laisser mon enfant grandir comme ça», dit-il. “Nous sommes conscients des risques, mais nous n’avons pas le choix – nous mourrons ou vivrons en Europe!”