L’Europe fait face à la troisième vague d’infections au COVID-19 alors que la France se verrouille – Morocco World News

Rabat – L’Europe est confrontée à une nouvelle crise du COVID-19 car il semble qu’une troisième vague d’infections a frappé le continent, entraînée par des infections de la variante britannique.

La plupart des principaux pays d’Europe sont indiqués en bleu foncé sur la carte COVID-19 de l’OMS, indiquant la dernière augmentation des cas quotidiens. Les responsables de la santé en Allemagne ont signalé 17 051 nouveaux cas au cours des dernières 24 heures, tandis que les 29 575 nouveaux cas en France ont conduit à un nouveau verrouillage total.

Les cas et les hospitalisations sont en hausse dans de nombreux pays européens, les experts allemands avertissant que la mutation britannique COVID-19 constitue une nouvelle menace. La chancelière allemande Angela Merkel a averti le parlement allemand que la souche britannique «s’est avérée plus dangereuse chez les enfants et les jeunes, nous devons donc mettre la protection des écoles plus au premier plan qu’avec le virus d’origine».

«Nous devons de toute urgence arrêter et inverser la troisième vague de la pandémie», a averti Merkel alors que son gouvernement annonçait de nouveaux plans pour arrêter la propagation du COVID-19 au cours des prochaines vacances de Pâques le 4 avril.

Vaccins

Alors que les taux d’infection ont augmenté dans certains des plus grands pays d’Europe, les taux d’infection au Royaume-Uni diminuent lentement. Le Royaume-Uni a vacciné plus de citoyens que tout autre pays européen, seuls de petits pays comme Malte et la Serbie ayant vacciné plus d’un tiers de la population.

En réponse, l’UE a annoncé qu’elle limiterait ses exportations de vaccins au cours des six prochaines semaines. Les pays de l’UE recherchent désespérément une «victoire» politique en surpassant les autres en termes de taux de vaccination, ce qui entraîne une diminution des vaccins disponibles pour le reste du monde et des conflits directs avec les produits pharmaceutiques de fabrication de vaccins.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a qualifié la situation de «crise» et a déclaré que «nous devons nous assurer que les Européens sont vaccinés le plus tôt possible».

Hans Kluge, le chef du bureau européen de l’OMS, a qualifié la lenteur de la vaccination d ‘«inacceptable» sur Twitter. Il appelé pour «l’accélération de la fabrication, la réduction des obstacles à l’administration des vaccins COVID19 et l’utilisation de chaque flacon que nous avons en stock, maintenant.

Effet d’entraînement du Maroc

Pour le Maroc, la situation en Europe présente une situation difficile. D’un côté, le pays d’Afrique du Nord fait face à une possible crise économique qui risque d’être pire pour les pays dépendants du tourisme, selon le FMI. D’autre part, il fait face à la menace que la variante britannique COVID-19 pourrait devenir un facteur conduisant à une autre vague d’infections.

À quelques semaines de la fête religieuse du Ramadan, les autorités marocaines ont instauré un verrouillage de trois jours à Dakhla après que 40 cas de souche britannique ont été détectés lundi.

Pendant ce temps, les autorités nationales continuent de prolonger le couvre-feu nocturne national de deux semaines supplémentaires avant le festival du mois de jeûne et de fête du Ramadan qui commence à la mi-avril.

Le chef du gouvernement marocain Saad-Eddine El Othmani, samedi 27 mars, a mis en garde contre une possible troisième vague de COVID-19 au Maroc, faisant craindre que la troisième vague européenne ne se répande au Maghreb.

Alors que les chiffres officiels sur l’épidémie de COVID-19 au Maroc continuent de signaler de nouveaux cas quotidiens par centaines, les dirigeants marocains semblent inquiets de célébrer tout progrès apparent.

À l’instar de l’Europe, les autorités de santé publique du Maroc semblent compter sur sa campagne nationale de vaccination pour arrêter une nouvelle vague d’infections au COVID-19. Pourtant, le Maroc est dépendant des fournisseurs de vaccins étrangers, ce qui signifie que le pays est «à la merci» des autres, selon le Dr Mustapha Ennaji qui fait partie de l’organe directeur chargé de superviser la campagne de vaccination.