Les voyageurs britanniques en France peuvent se voir demander une preuve d’hébergement dans le cadre des changements post-Brexit – The Guardian

Les visiteurs britanniques post-Brexit en France et en Espagne peuvent être invités à présenter une preuve de leur hébergement, y compris un certificat officiel obtenu à l’avance s’ils séjournent avec des amis ou de la famille, une fois les restrictions de voyage de Covid levées.

Depuis que le Royaume-Uni a quitté l’UE, n’importe qui en France l’accueil de ressortissants de pays tiers devrait compléter un attestation d’accueil formulaire et le soumettre pour approbation à leur mairie, un processus qui peut prendre jusqu’à un mois.

Une fois tamponné, le formulaire, qui coûte 30 € (26 £) et nécessite des pièces justificatives telles que preuve d’adresse, de revenu et de droit de séjour, doit ensuite être transmis au client afin qu’il puisse le montrer à la frontière, où les fonctionnaires ont droit. pour le demander.

Les propriétaires secondaires et les vacanciers séjournant dans des hôtels ou des logements en location n’auront pas besoin de attestation, mais peut également être invité à fournir une preuve de l’endroit où ils séjourneront en France, comme une facture d’électricité ou une confirmation de leur réservation.

En Espagne, les résidents qui accueillent des amis ou des membres de la famille non ressortissants de l’UE doivent demander à la police nationale, avec des pièces justificatives similaires lettre d’invitation au prix de 74 €.

On ne sait pas dans quelle mesure les exigences, qui sont compatibles avec les réglementations aux frontières de la zone Schengen pour certains ressortissants de pays tiers, seront appliquées aux voyageurs britanniques.

Certains avocats français de l’immigration ont suggéré une simple lettre d’invitation, plutôt qu’un fonctionnaire attestation, peuvent être suffisants pour les ressortissants britanniques qui rendent visite à leurs amis et à leur famille car les certificats officiels ne sont en théorie requis que pour les voyageurs en provenance de pays ayant besoin d’un visa Schengen.

cependant, les récits de mauvais traitements infligés aux citoyens de l’UE au Royaume-Uni suggèrent que la possibilité de contrôles aux frontières plus rigoureux à l’avenir ne peut être exclue et le gouvernement britannique a conseillé aux voyageurs, y compris ceux qui séjournent chez des amis ou en famille, de faire preuve de prudence.

«Les ressortissants britanniques qui visitent la France doivent être prêts à présenter une preuve d’hébergement à la frontière, comme une confirmation de réservation d’hôtel ou une attestation d’accueil certificat, si vous séjournez chez un hôte », a déclaré un porte-parole du gouvernement.

Ils ont ajouté que les voyageurs devraient consulter les conseils du Bureau des Affaires étrangères, du Commonwealth et du Développement pour plus de détails sur les exigences et les restrictions liées à Covid, et ont noté que le FCDO déconseillait actuellement tout voyage, sauf essentiel, en France.

Les agents de contrôle aux frontières ont également le droit de demander aux visiteurs non européens de montrer qu’ils ont un billet de retour ou une preuve des fonds pour en acheter un, ainsi que la preuve qu’ils peuvent couvrir les frais de leur séjour et avoir une assurance maladie adéquate.

Le porte-parole a déclaré que le gouvernement britannique «recherchait actuellement des éclaircissements urgents» auprès du gouvernement français sur les exigences exactes en matière d’assurance maladie pour les touristes britanniques séjournant dans des logements privés.

«Tous les ressortissants britanniques doivent continuer à s’assurer qu’ils ont une EHIC ou GHIC (carte d’assurance maladie mondiale) valide et obtenir une assurance voyage qui répond à tous leurs besoins lorsqu’ils se rendent dans l’UE», a ajouté le porte-parole.

Seulement un attestation d’accueil est requis par famille, mais groupes d’amis aura besoin d’un chacun, selon le groupe de campagne Rift. Certains voyageurs, y compris les personnes venant en France en raison d’une maladie grave ou du décès d’un proche, en sont exemptés.