Les tweets d’atout de POTUS prennent en compte presque immédiatement

Le président américain Donald Trump donne un coup de poing lors d’un rassemblement pour contester la certification des résultats de l’élection présidentielle américaine de 2020 par le Congrès américain à Washington, le 6 janvier 2021.

Jim Bourg | Reuters

Le président Donald Trump a continué à tweeter vendredi soir en utilisant le compte @POTUS, propriété du gouvernement, bien que son compte @realDonaldTrump ait été définitivement suspendu par Twitter plus tôt dans la journée.

“Comme je le dis depuis longtemps, Twitter est allé de plus en plus loin dans l’interdiction de la liberté d’expression, et ce soir, les employés de Twitter ont coordonné avec les démocrates et la gauche radicale pour retirer mon compte de leur plateforme, afin de me faire taire”, a écrit M. Trump dans une série de tweets qui ne sont plus visibles sur le service de médias sociaux.

Les tweets ont été retirés du service presque immédiatement. On ne sait pas très bien quelles mesures Twitter a prises pour gérer le compte @POTUS.

Plus tôt dans la journée, la société a annoncé qu’elle suspendait définitivement le compte personnel de M. Trump “en raison du risque de nouvelles incitations à la violence”.

Twitter a spécifiquement noté que les tweets de Trump plus tôt dans la journée pouvaient être interprétés comme un soutien aux émeutiers. La société a également noté que les plans de futures manifestations armées avaient commencé à proliférer sur le service de médias sociaux et en dehors de celui-ci.

Dans ses tweets @POTUS, M. Trump a réitéré son appel à l’abrogation de la section 230 de la loi sur la décence des communications, une loi de 1996 qui protège les entreprises technologiques contre toute responsabilité pour ce que les utilisateurs publient sur leurs plateformes. Le sénateur républicain Lindsey Graham s’est fait l’écho de ce sentiment.

“Je suis plus déterminé que jamais à retirer à Big Tech (Twitter) les protections de l’article 230 qui leur permettent d’être à l’abri des poursuites judiciaires” Graham a tweeté.

M. Trump a également déclaré que son administration a “négocié avec divers autres sites, et qu’elle fera bientôt une annonce importante”. Il a ajouté que son équipe examine “les possibilités de construire notre propre plate-forme dans un avenir proche”.

“Nous ne serons pas SILENCIEUX ! Twitter n’est pas une question de DISCOURS GRATUIT”, a écrit M. Trump dans les tweets désormais supprimés.

C’est une nouvelle de dernière minute. Merci de revenir pour les mises à jour.