Les services publics de culte en Europe – un aperçu – domradio.de

Liberté religieuse versus protection de la santé : En Europe, face à la pandémie de Corona, le débat sur l’interdiction ou l’assouplissement des services religieux publics se poursuit. Un aperçu de la réglementation dans les différents pays.

France

Dans le pays voisin à l’ouest, il ne devait pas y avoir de services religieux publics avant au moins la mi-juin. Mais aujourd’hui, en début de semaine, la plus haute juridiction administrative, le Conseil d’État, a annulé l’interdiction stricte du gouvernement. Parce que depuis le récent assouplissement de la Corona, les réunions jusqu’à dix personnes sont à nouveau possibles ailleurs, l’interdiction des réunions dans les lieux de culte n’est plus proportionnée. Un nouveau règlement doit désormais intervenir dans les huit jours. L’un d’eux “trouvera une solution intelligente pour le bien commun et le respect des libertés fondamentales”, a déclaré la Conférence des évêques de France.

Italie/Vatican

Des services religieux publics y sont organisés depuis le début de la semaine, pour la première fois depuis le verrouillage de Corona le 9 mars. Des règles strictes d’hygiène et de protection s’appliquent partout, comme l’obligation de porter un masque et de garder ses distances. Pendant longtemps, le gouvernement du Premier ministre Giuseppe Conte a maintenu l’interdiction, suscitant ainsi des protestations croissantes de la part des communautés religieuses. Le pape François a célébré lundi un office dans la basilique Saint-Pierre à l’occasion du 100e anniversaire de son prédécesseur Jean-Paul II.

Espagne

En Espagne, depuis un peu plus d’une semaine (11 mai), les services religieux peuvent à nouveau être célébrés avec une participation limitée et un espacement minimal. Seuls 30 % des places assises peuvent être utilisées. À partir du 25 mai, les églises seront autorisées à remplir à nouveau 50 % des sièges. Comme le nombre d’infections varie fortement d’une région à l’autre, les services religieux sur les îles de vacances comme Majorque ou Gran Canaria sont autorisés plus tôt que dans les régions gravement touchées comme Madrid ou la Catalogne.

Autriche

Les cultes publics y sont à nouveau possibles depuis le week-end (15 mai). Chaque participant doit disposer de 10 mètres carrés de la surface totale de la salle de l’église – avec une distance minimale de deux mètres. Une protection bouche-nez est obligatoire, sauf pour les enfants jusqu’à six ans.

Suisse

Les représentants religieux suisses ont protesté tout récemment contre la décision du gouvernement de ne pas rouvrir les lieux de culte pour les cérémonies religieuses avant le 8 juin. La Conférence des évêques catholiques a adressé au Conseil fédéral un concept-cadre de protection et a exigé la reprise des cultes publics au plus tard à la Pentecôte (31 mai). En outre, les églises ont publié une pétition en ligne intitulée “End church lockdown – Yes to the human right of religious freedom”.

Luxembourg

Depuis une semaine (11 mai), les mesures de protection Corona sont assouplies au Luxembourg. En revanche, le gouvernement reste silencieux sur les services publics – bien que l’Église catholique ait depuis un certain temps un concept d’hygiène. Le cardinal Jean-Claude Hollerich, également président de la commission épiscopale de l’UE (COMECE), critique : “Je pense que le gouvernement ne se soucie pas du tout de nous. Cela me déçoit et me met en colère.” La liberté de religion est un droit fondamental, a-t-il déclaré – même si elle doit être mise en balance avec d’autres droits pendant la pandémie. Les services religieux sont plus qu’une activité culturelle ou sportive, a-t-il déclaré.

République tchèque

Là, depuis une semaine (11 mai), jusqu’à 100 personnes par service sont à nouveau autorisées. À partir du 8 juin, les églises seront à nouveau complètement ouvertes, selon une annonce du gouvernement.

Slovaquie

Des cultes publics avec une participation limitée sont à nouveau célébrés en Slovaquie depuis début mai. Le chef de l’autorité d’hygiène, Jan Mikas, a justifié la réglementation spéciale pour les églises en disant que “la liberté de foi et de conscience est garantie par la Constitution, contrairement au droit de se divertir, par exemple au théâtre”. Des services dominicaux distincts sont prévus pour les personnes âgées et les autres groupes à risque.

Hongrie

Depuis le début du mois de mai, les services religieux publics, les funérailles et les mariages peuvent à nouveau être célébrés en Hongrie également, à condition que les participants respectent les règles de protection appropriées. Les règles prévoient une distance minimale de 1,50 mètre par rapport aux personnes qui ne vivent pas sous le même toit. L’exception est la capitale Budapest et le district administratif voisin de Pest, où les églises continuent d’être ouvertes uniquement pour la prière individuelle.

Pologne

La Pologne autorise depuis un certain temps déjà des services religieux assortis de restrictions en matière de fréquentation. Dans les églises chrétiennes et dans les lieux de culte des autres communautés religieuses, il peut y avoir une personne par 15 mètres carrés d’espace. Seul le clergé est exempté de l’obligation de porter un masque pendant les messes et les soins pastoraux.