Les producteurs de foie gras français s’opposent au projet britannique d’interdiction des importations – The Connexion

Une proposition d’interdiction des importations de foie gras au Royaume-Uni a été décrite comme “une atteinte à la liberté” par l’organisme français de commerce du foie gras Cifog, qui a rejeté les allégations de cruauté.

Un porte-parole du ministère britannique de l’environnement, de l’alimentation et des affaires rurales a confirmé La connexion qu’une interdiction est envisagée.

L’interdiction serait désormais plus facile à faire entrer grâce à Brexit.

“Le gouvernement a clairement indiqué que la production de foie gras à partir de canards ou d’oies, par gavage, soulève de graves inquiétudes, et cette pratique est à juste titre interdite au Royaume-Uni”, a-t-elle déclaré.

“Le gouvernement étudie les mesures supplémentaires qu’il pourrait prendre en ce qui concerne le foie gras.”

Un porte-parole de la Commission européenne a confirmé La connexion que ce n’est que depuis que le Royaume-Uni a quitté l’UE qu’il peut désormais interdire l’importation de certains aliments en provenance de France.

“La différence est que, lorsqu’ils font partie du marché unique, les États membres ne peuvent pas refuser des produits qui sont légalement produits et commercialisés dans d’autres États membres, à moins qu’ils ne puissent démontrer que l’interdiction est nécessaire pour protéger efficacement les intérêts de l’intérêt public général”, a-t-elle déclaré.

Elle a ajouté que si elles le font, elles doivent respecter le principe de proportionnalité, ce qui signifie que les mesures doivent être justes et justifiables.

Mais la directrice générale de la Cifog, Marie-Pierre Pé, a déclaré La connexion qu’une interdiction des importations serait “une véritable atteinte à la liberté des amateurs britanniques de foie gras”.

La France est de loin le plus grand producteur, consommateur et exportateur de foie gras au monde, les principaux marchés d’exportation étant l’Europe, les États-Unis et la Chine.

En 2019, la production annuelle était d’environ 16 400 tonnes, a déclaré le Cifog La connexion. La même année, les exportations vers le Royaume-Uni se sont élevées à environ 29 tonnes de foie gras cru, pour une valeur d’environ 789 000 euros, et à 65 tonnes de foie gras transformé, pour une valeur d’environ 891 000 euros.

Le foie gras est produit par le gavage de canards et d’oies avec du maïs cuit ou d’autres maïs, de sorte que le foie gonfle jusqu’à 10 fois sa taille normale.

Il est généralement cuit en étant poché, frit ou transformé en pâté.

Selon les partisans de ce processus, il imite le schéma d’alimentation normal des oiseaux, dans lequel ils se gorgent en automne pour se constituer des réserves pour l’hiver ou pour la migration.

Mais les opposants disent que c’est cruel, surtout à l’échelle industrielle, avec des machines qui pompent la nourriture dans le gosier des animaux, et où les travailleurs ne sont pas toujours doux dans leur manipulation des oiseaux.

L’association française de défense des animaux L214 Éthique et Animaux a demandé l’interdiction de la pratique du gavage.

“Le gavage est la seule pratique d’élevage qui consiste à rendre volontairement un animal malade. Pendant 10 à 14 jours, les oiseaux sont enfermés dans des cages ou des enclos et forcés à ingérer de grandes quantités de nourriture deux fois par jour. L’objectif ? Faire grandir leur foie le plus rapidement possible”, note l’association sur son site internet.

La production de foie gras est interdite dans une grande partie de l’Europe, y compris au Royaume-Uni. En 2016, seuls cinq pays européens produisent encore du foie gras : La Belgique, la Bulgarie, la France, la Hongrie et l’Espagne.

Mme Pé a déclaré que les accusations de cruauté “montrent une incompréhension totale de cette production, qui repose sur une mécanisation naturelle du stockage des graisses dans le foie de certaines espèces de palmipèdes (oiseaux aquatiques aux pieds palmés). Il existe des rapports scientifiques qui le confirment”.

Et d’ajouter : “Les associations animales projettent des perceptions anthropomorphiques sur cette forme d’élevage, pour renforcer leurs arguments en faveur d’un monde végétarien. Elles veulent imposer leur idée en enlevant la liberté aux autres”.

Cette année, le Cifog s’efforce de promouvoir le foie gras en France. Les exploitations agricoles doivent ouvrir leurs portes pour les Journées du Patrimoine, en organisant des promotions dans les restaurants lors de leur réouverture et en produisant des émissions de télévision sur le foie gras.

Une étude réalisée pour le Cifog à la fin de l’année dernière a montré que 91% des Français déclarent avoir mangé ou avoir l’intention de manger du foie gras.

Le total des exportations françaises dans le monde s’élève à environ 1 450 tonnes de foie gras cru et 1 549 tonnes de foie gras transformé en 2019.

Malgré la crise du Covid-19 – qui a provoqué la fermeture de restaurants, coupant 40% de la consommation habituelle de foie gras – le secteur a connu une bonne fin d’année. Les ventes ont fait un bond de 32 % pour Noël et de 27 % pour le Nouvel An par rapport à 2019.

Les exportations ont également repris en 2020, affichant un excédent commercial d’un million d’euros, même si sur l’année, le volume des exportations a chuté de 19 %.

L’augmentation des exportations est due en grande partie à l’ouverture des portes de la Chine, après huit ans d’interdiction du produit pour cause de grippe aviaire.

Les exportations vers la Chine ont de nouveau été interrompues fin novembre, en raison des nouvelles inquiétudes concernant la grippe aviaire en Europe.

L’actuelle épidémie de grippe aviaire a entraîné l’abattage massif de canards et d’oies dans certaines zones touchées, et la production de foie gras en France en 2021 devrait diminuer d’environ 20 % par rapport à l’année dernière.

Selon le Cifog, l’entreprise fait vivre 30 000 familles dans les exploitations agricoles et 100 000 emplois directs et indirects en France.

Plus d’informations ici :

Les producteurs français d’huîtres et de foie gras espèrent des ventes festives

France : Le foie gras vendu à très bas prix dans un vide juridique