Les pays européens renforcent les restrictions sur le COVID-19, la France est critique – CNA

PARIS : Samedi 27 mars, la France, la Belgique et la Pologne ont renforcé les mesures d’interdiction d’accès à l’eau suite à la recrudescence des cas de coronavirus en Europe, tandis que les Philippines se préparaient à un gigantesque verrouillage et que le Chili confinait plus de 80 % de sa population.

La France a admis que la situation est “critique” et a ajouté trois départements supplémentaires aux 16 déjà soumis à des restrictions strictes.

Environ 20 millions de personnes en France, dont celles de la région parisienne, sont classées comme vivant dans des zones de forte infection.

Elles ne sont pas autorisées à se déplacer à plus de 10 km de leur domicile, sauf raison impérative.

Les contrôles dans les gares, les aéroports et les autoroutes à péage ont commencé samedi pour appliquer les restrictions de voyage.

“Une dizaine d’équipes de police ont été déployées contre deux en temps normal” dans la gare Montparnasse, très fréquentée à Paris, a indiqué à l’AFP un officier de police, précisant que ces effectifs seraient renforcés aux heures de pointe.

READ : L’Espagne va exiger un test COVID-19 négatif à la frontière terrestre française

Seuls les magasins vendant de la nourriture, les librairies et les magasins de musique sont ouverts et les salles de classe des lycées ne fonctionnent qu’à la moitié de leur capacité.

Les cas quotidiens en France ont presque doublé depuis le début du mois et il y a eu plus de 200 000 nouveaux cas chaque semaine.

La Belgique, quant à elle, a fermé tous les commerces impliquant un contact physique non médical, comme les coiffeurs, pendant quatre semaines à partir de samedi.

Les magasins offrant des services “non essentiels” ne peuvent recevoir que des clients sur rendez-vous.

La Pologne a fermé les crèches, les aires de jeux, les magasins de meubles et de bricolage, ainsi que les salons de beauté et les salons de coiffure.

LIRE : L’Allemagne désigne la France comme une zone à ” haut risque ” pour le COVID-19 : Agence de santé

“LE VIRUS EST L’ENNEMI”

La distance sociale dans les églises de la nation majoritairement catholique a également été renforcée, une personne étant autorisée dans un espace de 20 m2 au lieu de 15 m2 auparavant.

Les Philippines ont annoncé samedi que plus de 24 millions d’habitants de Manille et de ses environs seront confinés la semaine prochaine.

“Le virus est l’ennemi, pas le gouvernement”, a déclaré le porte-parole de la présidence Harry Roque.

“Pendant que nous sommes à la maison, nous nous attendons à ce que les taux d’infection ralentissent.”

À partir de lundi, les gens devront travailler de chez eux, sauf s’ils sont considérés comme des travailleurs essentiels, et les transports publics seront arrêtés.

Tous les rassemblements de masse seront interdits, les couvre-feux nocturnes de 18h00 à 5h00 seront appliqués et les commerces non essentiels seront fermés.

Le Chili a également entamé un nouveau et strict verrouillage pour plus de 80 % de sa population, avec l’interdiction de faire des courses, même pour des produits de base, pendant les week-ends.

READ : Le COVID-19 fait rage en Europe de l’Est, les hôpitaux ont du mal à faire face à la situation.

LIRE : La troisième vague de COVID-19 en Europe pourrait toucher la Grande-Bretagne, avertit le Premier ministre Johnson.

DISPARITÉ DE VACCINATION

La pandémie a tué plus de 2,7 millions de personnes depuis décembre 2019, selon un décompte de l’AFP samedi.

Les États-Unis sont le pays le plus touché avec 548 089 décès, suivis du Brésil avec 307 112 décès, du Mexique avec 200 862, de l’Inde avec 161 240 et de la Grande-Bretagne avec 126 515 décès.

Les responsables de la santé ont distribué plus de 510 millions de doses de vaccin contre le coronavirus dans le monde, mais avec de grandes différences entre les pays.

L’Organisation mondiale de la santé a lancé vendredi un appel aux nations les plus riches pour qu’elles fassent don de vaccins afin d’aider les plus pauvres à commencer les inoculations.

Le déploiement des vaccins a été manifestement inégal, les États-Unis représentant plus d’un quart du total mondial et les nations plus pauvres étant loin derrière les plus riches.

Alors que les pays riches de l’Union européenne s’efforcent toujours d’accélérer leurs vaccinations, la France a clairement indiqué qu’elle considérait que les politiques en matière de vaccins alimentaient la compétition pour l’influence non seulement européenne, mais mondiale.

“Nous sommes face à un nouveau type de guerre mondiale”, a déclaré le président Emmanuel Macron après un sommet européen.

“Nous regardons en particulier les attaques russes et chinoises et les tentatives d’influence par le biais du vaccin.”

Le déploiement des vaccins a été très inégal dans le monde AFP/Mohammed ABED

” LE PLUS GRAND GÉNOCIDE “

Cependant, Moscou – dont le plan Sputnik V est en cours de déploiement dans de nombreux pays à travers le monde – a rapidement répliqué, les responsables du Kremlin déclarant qu’ils étaient “absolument en désaccord” avec les commentaires de Macron.

Mais Berlin a déclaré qu’il serait heureux d’utiliser Sputnik V s’il obtenait l’approbation des régulateurs de l’UE.

L’Allemagne a également classé l’ensemble de la France comme zone à haut risque, ce qui signifie que les voyageurs doivent présenter un test Covid négatif et être placés en quarantaine à leur arrivée.

Le Kenya est devenu le dernier pays africain à ordonner un confinement partiel vendredi, en fermant les écoles et les bars dans et autour de la capitale Nairobi.

“Je suis convaincu que le coût de ne pas agir maintenant serait bien plus important”, a déclaré le président Uhuru Kenyatta.

En Inde également, une forte augmentation des infections entraînera de nouvelles mesures, l’État le plus touché, le Maharashtra, y compris sa mégapole Mumbai, étant soumis à un couvre-feu nocturne à partir de dimanche.

Au Brésil, la pression politique est montée d’un cran sur le président Jair Bolsonaro vendredi, lorsque son prédécesseur l’a accusé de présider au “plus grand génocide” de l’histoire du pays.

“Nous devons sauver le Brésil du COVID-19”, a déclaré l’ancien dirigeant Luiz Inacio Lula da Silva, ajoutant : “Le Brésil ne résistera pas si cet homme continue à gouverner de cette manière”.

METTEZ CECI DANS VOTRE MARQUE-PAGE : Notre couverture complète de l’épidémie de coronavirus et de ses développements.

Téléchargez notre application ou abonnez-vous à notre canal Telegram pour obtenir les dernières informations sur l’épidémie de coronavirus : https://cna.asia/telegram