Les experts craignent que la France ne fasse pas assez pour lutter contre l’augmentation du nombre de Covid – The Guardian

Les experts de la santé craignent de plus en plus que France ne fait pas assez pour freiner l’augmentation des infections à Covid, en particulier chez les jeunes, alors qu’une troisième vague alimentée par la variante B117 détectée pour la première fois au Royaume-Uni s’accélère en Europe.

Annonçant 45 000 nouveaux cas de Covid-19 au cours des dernières 24 heures, le ministre français de la santé, Olivier Véran, a interdit jeudi les rassemblements en plein air de plus de six personnes et a ajouté trois autres cas de Covid-19. départements, dont la région de Lyon, à 16 départements déjà soumis à des restrictions de mobilité plus strictes.

La France est soumise à un couvre-feu nocturne et les restaurants, bars, musées et cinémas restent fermés dans tout le pays. La semaine dernière, le gouvernement a également fermé les magasins non essentiels et limité davantage la circulation en région parisienne et dans certaines parties du nord, mais il a jusqu’à présent évité de prendre des mesures plus strictes à l’échelle nationale, cherchant ce qu’il appelle “une troisième voie”.

Solen Kernéis, spécialiste des maladies infectieuses à l’hôpital Bichat dans le nord de Paris, a déclaré à l’Agence France-Presse : “Je comprends la stratégie consistant à vouloir prendre des mesures graduelles, mais dans la situation dans laquelle nous sommes, je ne suis pas sûr qu’elles vont ralentir l’épidémie.

“Depuis une semaine, c’est extrêmement inquiétant. La courbe est vraiment exponentielle. On est dans une phase d’accélération brutale de l’épidémie.”

Décès dus au Covid en France – graphique

Philippe Juvin, responsable des services d’urgence de l’hôpital Georges Pompidou à Paris, a déclaré jeudi que les services de santé de la capitale et de ses environs étaient proches de la saturation et qu’un confinement strict pourrait être le seul moyen d’éviter une crise majeure.

“Nous n’avons pratiquement aucune marge de manœuvre” en Île-de-France, où les 1 400 lits de soins intensifs sont presque entièrement occupés par des patients sous Covid et où les nouvelles infections atteignent 560 pour 100 000 personnes, a déclaré M. Juvin. “La situation est critique”.

Aurélien Rousseau, directeur de la santé de la région, a déclaré que les hôpitaux avaient annulé jusqu’à 80 % des opérations prévues, face à une phase “exceptionnellement violente” de la pandémie marquée par une augmentation alarmante des patients âgés de 20 à 50 ans nécessitant un traitement.

Les chiffres des services de santé d’Île-de-France montrent que le pourcentage de patients Covid âgés de moins de 59 ans est passé de 15,6 % au 1er janvier à 24,3 % au 23 mars, tandis que les plus de 60 ans sont passés de 83,3 % à 74,4 % sur la même période.

Au cours des dix derniers jours, Antoine Vieillard-Baron, chef du service de réanimation d’un hôpital parisien, a déclaré au Monde que la proportion de patients âgés de moins de 60 ans admis dans les services de réanimation “a approché les 50 %, ce qui est beaucoup plus élevé que lors des vagues précédentes”.

Les experts pensent que l’augmentation des cas graves chez les jeunes est liée à la variante B117, sans toutefois savoir pourquoi. “C’est la seule explication que je vois : la courbe d’âge a évolué parallèlement au variant”, a déclaré au journal Yves Cohen, chef du service de réanimation d’un autre hôpital de la région parisienne.

Ces inquiétudes ont été relayées par les enseignants des écoles primaires de Paris, qui ont appelé à la grève en raison de l’incapacité, selon eux, à protéger le personnel et les élèves en maintenant les écoles ouvertes pendant une troisième vague qui a propulsé le nombre de nouveaux cas à l’échelle nationale à plus de 300 pour 100 000 personnes, le taux R étant désormais de 1,18.

La variante dite britannique représente désormais 76,3 % des nouveaux cas quotidiens dans le pays, la souche originale représentant 10,3 % et les mutations décrites pour la première fois en Afrique du Sud et au Brésil 4,7 % combinés. Le taux d’incidence de ces deux variantes est plus élevé – bien qu’en baisse – dans une poignée de pays. départements.

Avec les nouvelles infections en Allemagne avec un taux d’environ un tiers du taux français, Berlin devrait classer vendredi la France comme une région à fort taux d’incidence du coronavirus, ont rapporté les médias allemands, ce qui entraînera un renforcement des règles de voyage.

Grande-Bretagne a également déclaré cette semaine qu’elle pourrait renforcer les restrictions sur les arrivées en provenance de France, en plaçant éventuellement le pays sur une “liste rouge” de voyage, bien que le Premier ministre, Boris Johnson, ait déclaré qu’une telle mesure pourrait sérieusement perturber le commerce transmanche.

Au milieu d’une troisième vague qui s’accélère, le nombre d’infections augmente sur tout le continent. Jeudi, l’Allemagne a signalé 22 657 nouveaux cas au cours des dernières 24 heures, soit une augmentation de 5 000 cas en une semaine et le taux quotidien le plus élevé depuis début janvier.

Ces chiffres ont été annoncés le lendemain de l’annonce par la chancelière Angela Merkel d’une volte-face sur les plans d’un strict verrouillage de Pâques, initialement prévu comme un coupe-circuit contre ce qu’elle avait appelé “une nouvelle pandémie”.

Lors d’un discours de 27 minutes devant les députés jeudi, Mme Merkel a reconnu que la vie était difficile pour de nombreuses personnes, mais a déclaré que les vaccinations offraient un moyen de sortir de la crise. “Cela prendra encore quelques mois, mais la lumière au bout du tunnel est visible”, a-t-elle déclaré.

“Nous allons vaincre ce virus. Il s’agit maintenant de rassembler nos forces et d’avancer de manière positive, même si la situation est difficile pour le moment. C’est ce que j’attends de chacun dans ce pays.”


L’Europe centrale et orientale a été particulièrement touchée. Hongrie a enregistré la semaine dernière le taux de mortalité par population le plus élevé au monde pour le Covid-19. Son bilan sur sept jours était de 15,7 pour 100 000 habitants, devant la République tchèque (12,7).

Pologne a établi un nouveau record quotidien de cas de coronavirus et a annoncé qu’elle fermerait les jardins d’enfants, les installations sportives et davantage de magasins non essentiels à partir de samedi, faisant face au “moment le plus difficile de la pandémie”.

Alors que l’agence nationale de santé a fait état de 34 151 nouvelles infections jeudi, le Premier ministre a exhorté les Polonais à passer les fêtes de Pâques à la maison avec leur famille proche, sans toutefois annoncer un verrouillage complet.

“Notre service de santé approche de la limite de ses capacités”, a déclaré Mateusz Morawiecki. “Nous sommes à un pas de ne pas être en mesure de traiter les patients correctement (…). Nous devons tout faire pour éviter cela”.

La Pologne a imposé un verrouillage partiel ce mois-ci, fermant les écoles, les théâtres et les musées dans tout le pays. Les cafés et les restaurants sont fermés, à l’exception des plats à emporter, depuis novembre.