Les cotations européennes des porcs d’abattage évoluent de manière incohérente – Proplanta – Le centre d’information sur l’agriculture

Bien qu’il y ait eu de légers ajustements à la baisse en Italie et en Belgique, les abattoirs en France et au Danemark ont ​​dû payer plus pour les animaux. Le groupe le plus important, cependant, était celui des pays dont les prix étaient inchangés; cela incluait également l’Allemagne.

L’Association des associations de producteurs de bovins et de viandes (VEZG) a laissé son prix préférentiel inchangé à 1,50 euro / kg de poids à l’abattage (SG) ce mercredi 14 avril. Selon elle, il y avait encore un léger excédent d’offre en raison du manque de jours d’abattage à Pâques, mais selon les observateurs du marché, ceux-ci devraient être réduits rapidement.

Les ventes de viande ont continué d’être qualifiées de calmes, raison pour laquelle la demande d’animaux de boucherie a été limitée. Les espoirs reposent désormais sur la hausse des températures et l’augmentation des activités de barbecue; En outre, la saison des asperges devrait relancer les ventes de jambon récemment en difficulté. Le marché du vivant en Autriche a été décrit comme équilibré.

L’Association des Producteurs de Finition Agricole (VLV) a également laissé son prix recommandé stable à 1,62 euro / kg SG. Les prix des porcs d’abattage aux Pays-Bas ont également évolué de manière latérale. En Espagne, il y avait encore des excédents sur le marché vivant à partir de la période de Pâques, et les poids à l’abattage y ont augmenté.

Selon la Mercolleida, l’éventail des porcs ne couvrait toujours pas la demande, mais l’écart était plus petit. Indépendamment de cela, la cotation à Lleida est restée inchangée à 1,46 euros / kg de poids vif (LG) pour la troisième semaine consécutive. Auparavant, il avait augmenté de 33% depuis le début de l’année. Selon les analystes espagnols, la baisse des prix était également due au fait que les prix de vente du porc dans les exportations chinoises ont récemment baissé de 50 cents / kg. Ceci est surtout dû à la baisse des prix des porcs d’abattage en République populaire et aux offres à bas prix du Brésil.

Moins de porcs en France

En Italie, en revanche, le principal prix national a baissé de 1,1 centimes / kg de poids vif (LG) par rapport à la semaine précédente. La période après Pâques est toujours caractérisée par une faible consommation de porc et une offre vivante croissante, ont expliqué les experts. En Belgique, le groupe Danis a abaissé la liste de ses porcs d’abattage de 2 cents / kg LG en raison de l’offre plus importante de porcs.

La situation était différente en France. La hausse des prix s’y poursuit: au Marché du Porc Breton (MPB), le prix gagne 3,2 centimes par rapport à la semaine précédente et grimpe – sans tenir compte des surtaxes – à 1,429 euros / kg SG. L’offre de porcs d’abattage et leur poids sont en baisse, ce qui a mis les producteurs dans une meilleure position lors de la vente aux enchères. Cependant, selon le MPB, 2 355 porcs sont restés invendus à la vente aux enchères de jeudi dernier car le prix était trop bas pour les groupes de producteurs qui les proposaient.

Au Danemark, les engraisseurs danois de la Couronne ont pu espérer une augmentation du prix de paiement de l’équivalent de 4 centimes à 1,45 euro / kg SG. De fortes exportations vers l’Asie et en particulier la Chine ainsi que des ventes de viande stables en Europe ont rendu cela possible, a rapporté l’entreprise de viande. Grâce à la grande flexibilité des abattoirs, la capacité de production et de conditionnement peut être adaptée très rapidement aux différentes demandes des différents marchés.

Les prix de l’UE se maintiennent bien

Au cours de la semaine précédant le 11 avril, les prix des porcs de boucherie dans l’UE ont bien résisté. Selon la Commission, les animaux de classe E étaient facturés en moyenne 157,13 euros / 100 kg dans les 27 États membres; soit 0,53 euro soit 0,3% de plus que la semaine précédente. L’augmentation modérée est due au fait que les producteurs finlandais, polonais et français ont reçu entre 1,2% et 1,4% plus d’argent pour leurs animaux.

Ce chiffre n’a été dépassé que par une augmentation de 2,4% en Estonie. En outre, les prix payés par les abattoirs au Danemark et en Suède ont augmenté de 0,9% chacun. En revanche, le paiement des animaux prêts à être abattus livrés aux abattoirs en Allemagne, en Belgique, aux Pays-Bas, en Autriche, en Espagne et au Portugal est resté largement inchangé. Des réductions de prix significatives pour les porcs de boucherie ont été signalées en Italie avec 1,4% et en Lituanie avec 2,0%. Selon la Commission, le prix a baissé le plus fortement en Roumanie, à 2,9%.

Âge