Les anciens directeurs de McDonald's France interrogés dans le cadre d’une enquête pour fraude – Yahoo Finance France

La police française a interrogé mercredi trois anciens dirigeants de la chaîne de restaurants McDonald’s en France, soupçonnés d’avoir aidé à transférer des bénéfices vers les Etats-Unis afin de réduire les impôts français, selon les procureurs.

Les dirigeants, dont l’ancien PDG de McDonald’s France puis de McDonald’s Europe, Denis Hennequin, ont été convoqués par des enquêteurs de la brigade antifraude à la demande du parquet national financier, ont déclaré les procureurs, confirmant une information du Canard Enchaine.

Une source a initialement déclaré à l’AFP que quatre anciens directeurs avaient été placés en détention pour être interrogés, mais les procureurs financiers ont ensuite précisé que seuls trois d’entre eux étaient interrogés.

En plus d’Hennequin, il s’agit de l’ancien directeur France de la chaîne de restauration rapide, Jean-Pierre Petit, et de Salvatore Perri, un autre ancien directeur France et Europe du Sud.

L’enquête porte sur un accord conclu en 2009 entre la filiale du géant américain de la restauration rapide en France, son deuxième marché mondial hors États-Unis, et sa maison mère.

Selon les termes de l’accord, McDonald’s France a doublé les redevances versées au siège américain, les faisant passer de cinq à dix pour cent de ses ventes.

Les enquêteurs affirment que cette mesure a privé les autorités fiscales françaises de millions d’euros qui sont allés aux actionnaires américains.

Les enquêteurs s’intéressent également à un paiement de 400 millions d’euros (470 millions de dollars) effectué dans le cadre de l’accord de 2009 au groupe américain pour des “actifs incorporels”, argent qui a néanmoins transité par le siège européen de McDonald’s au Luxembourg.

Mais les autorités luxembourgeoises ont refusé les demandes de la police française pour obtenir des détails sur ce transfert, a rapporté le Canard Enchaine.

Selon le rapport, les procureurs demandent une restitution de 300 à 600 millions d’euros.

Dans un communiqué, McDonald’s a déclaré au journal qu’il “coopère” avec les autorités françaises sur la “question complexe des valeurs de redevance pour la marque et son savoir-faire.”

sm/js-sjw/rl