27 janvier 2021
Le projet de loi McKnight, Lampitt & Vainieri Huttle exigera des rapports sur les pertes d’apprentissage et le fonctionnement des écoles pendant la COVID-19

Le projet de loi McKnight, Lampitt & Vainieri Huttle exigera des rapports sur les pertes d’apprentissage et le fonctionnement des écoles pendant la COVID-19

McKnight, Lampitt &amp ; Vainieri Huttle Bill to require Reporting on Learning Loss &amp ; School Operations During COVID-19 Clears Assembly Panel

(TRENTON) – Reconnaissant que la pandémie de coronavirus a joué un rôle sans précédent dans l’éducation de nos enfants au cours des dix derniers mois, la commission de l’éducation de l’Assemblée a présenté lundi une loi exigeant du ministère de l’éducation du New Jersey qu’il prépare deux rapports sur la perte d’apprentissage et l’impact global de la COVID-19 sur les écoles publiques.

“Avant la pandémie, nous nous inquiétions surtout de la perte d’enseignements pendant les vacances d’été ou d’autres vacances prolongées. Maintenant que les élèves ont quitté la salle de classe traditionnelle depuis près d’un an, nous n’avons pas encore pleinement saisi l’ampleur de la perte d’apprentissage”, a déclaré l’Assemblée Angela McKnight (D-Hudson), l’un des principaux promoteurs de la législation. “Nous espérons tous que nos enfants pourront revenir à l’apprentissage à plein temps et en personne dès que possible. Avant qu’ils ne le fassent, nous devons comprendre comment combler les lacunes dans leur éducation, indubitablement laissées par une année scolaire pas comme les autres”.

En vertu du projet de loi (A-5126), le commissaire du DOE serait tenu de préparer deux rapports ; le premier porterait sur la perte d’apprentissage et l’impact de COVID-19 sur les résultats scolaires des élèves, et le second ciblerait la poursuite des services scolaires pendant la pandémie.

Les principaux sponsors de cette mesure sont les femmes de l’Assemblée Pam Lampitt et Valerie Vainieri Huttle.

“À bien des égards, cette génération sera façonnée par les mois d’apprentissage qu’elle a passés dans des circonstances imparfaites et sans précédent”, a déclaré Lampitt (D-Camden, Burlington). “Nous ne pouvons pas planifier notre cheminement sans nous pencher sur les lacunes de l’apprentissage dues, entre autres, aux difficultés techniques, à un absentéisme élevé et à un manque d’interaction sociale. Ces rapports nous aideront à déterminer où affecter nos ressources pour répondre aux disparités académiques liées à COVID-19”.

“Bien que nos enseignants aient fait un travail remarquable pour poursuivre l’éducation de nos enfants, l’apprentissage Zoom ne peut pas remplacer les leçons pratiques. Une activité de groupe sur une boîte de discussion virtuelle ne remplace pas le jeu des élèves avec leurs amis à la récréation ; et un message d’accueil envoyé par courriel ne peut pas égaler le sourire et le bonjour d’un enseignant lorsque les élèves prennent place dans une classe traditionnelle”, a déclaré Vainieri Huttle (D-Bergen). Nous nous préparons à une nouvelle “normalité” dans laquelle les élèves devront se réadapter à un programme d’apprentissage plus structuré – et probablement plus rigoureux – que celui qu’ils ont eu à la maison. Notre défi sera non seulement de faire revenir les élèves en classe, mais aussi de comprendre les écarts de croissance académique, sociale et personnelle qu’ils ont connus dans le cadre de cette crise de santé publique”.

Pour le rapport sur les pertes d’apprentissage, le commissaire recueillerait des données auprès des districts scolaires afin d’identifier et de quantifier l’impact de COVID-19 sur les résultats scolaires globaux des élèves, y compris une analyse de la taille du district, des niveaux scolaires et des matières scolaires dans la mesure du possible. Le rapport évaluerait également l’impact de COVID-19 sur les disparités des résultats des élèves avant l’urgence de santé publique, notamment en ce qui concerne la race, l’ethnicité, le sexe, l’admissibilité à des déjeuners gratuits ou à prix réduit dans le cadre du programme national de déjeuners scolaires, l’admissibilité à des services d’éducation spécialisée et les désignations des apprenants de l’anglais.

Le deuxième rapport sur l’éducation générale pendant la pandémie comprendrait :

  • Les dates des pauses prolongées et intermittentes de l’enseignement scolaire prises à la suite de l’urgence de santé publique COVID-19 ;
  • Une description du format d’enseignement fourni par le district scolaire ;
  • Pour tout apprentissage à distance fourni, données sur le temps passé en classe par les étudiants dans des formats d’apprentissage synchrones et asynchrones ;
  • Données sur la taille des classes pour chaque format d’enseignement utilisé par le district et sur la quantité d’enseignement dispensé en petit groupe ou en individuel ;
  • Données et informations sur l’accès des étudiants et des enseignants à un Internet et à une technologie fiables ;
  • Taux d’obtention du diplôme de fin d’études secondaires ;
  • Informations sur toute évaluation standardisée administrée aux étudiants à l’automne 2020 ;
  • Les taux de fréquentation et la politique de fréquentation appliquée par le district scolaire ;
  • Informations sur la continuité des services d’éducation spécialisée ;
  • Une description des possibilités de développement professionnel offertes aux enseignants et au personnel des districts scolaires ;
  • Le nombre d’étudiants qui ont reçu des repas gratuits ou à prix réduit ;
  • Informations sur tout programme de garde d’enfants parrainé par le district ;
  • des informations sur les pénuries d’enseignants actuelles et prévues
  • Types de soutien socio-affectif fournis aux étudiants, aux enseignants et au personnel et taux de participation à ces programmes.

La mesure est maintenant soumise au Président de l’Assemblée pour un examen plus approfondi.

(Visité 4 fois, 4 visites aujourd’hui)