Le Premier ministre socialiste albanais en route pour un troisième mandat – FRANCE 24

Publié le:

Tirana (AFP)

Le Premier ministre albanais semblait prêt pour un troisième mandat au pouvoir lundi, car les résultats préliminaires des élections ont donné à son parti socialiste une avance de premier plan.

Edi Rama, au pouvoir depuis 2013, n’a pas encore revendiqué la victoire à la suite du scrutin de dimanche, qui a été étroitement surveillé dans les capitales européennes alors que l’Albanie pousse à ouvrir des pourparlers sur l’adhésion à l’UE.

Mais les socialistes avaient recueilli environ 50% des voix après le décompte des bulletins d’un peu plus d’un tiers des bureaux de vote, a déclaré la commission électorale lundi matin.

Une alliance d’opposition sous le Parti démocrate – dont les dirigeants ont continué à revendiquer la victoire lundi – était sur 39 pour cent et un autre parti opposé à Rama a voté à 7 pour cent.

La campagne a été marquée par des insultes personnelles entre les candidats et s’est encore détériorée la semaine dernière lorsqu’une fusillade entre partisans rivaux a fait un mort.

Malgré l’atmosphère fébrile, le jour du vote s’est déroulé paisiblement, les ambassadeurs américains et européens exhortant toutes les parties à rester calmes et à attendre le résultat officiel.

– ‘Quelle aube’ –

Les premiers chiffres montrent une “tendance claire” en faveur des socialistes, qui se dirigent vers une plus grande victoire que lors des élections de 2017 où ils ont remporté la majorité générale, a déclaré à l’AFP le politologue Skender Minxhozi.

Mais il a averti que les premières données devaient être traitées avec prudence, les résultats définitifs n’étant attendus que mardi.

Le Premier ministre – ancien basketteur et artiste passionné – a publié une photo du lever du soleil sur Facebook avec les mots: “Quelle aube à Tirana!”

Au cours de son mandat, il s’est concentré sur des projets d’infrastructure ambitieux et, pendant la campagne électorale, a fait une grande promesse de vacciner 500000 personnes contre le coronavirus d’ici la fin du mois de mai.

Mais le petit pays des Balkans de 2,8 millions d’habitants reste l’un des plus pauvres d’Europe et les ONG le considèrent comme l’un des plus corrompus du continent.

L’Union européenne a accepté d’ouvrir des négociations d’adhésion formelles l’année dernière dans un pays très majoritairement en faveur de l’adhésion, mais aucune date n’a encore été fixée pour la première réunion.

– ‘Nous sommes fatigués’ –

Rama et le leader démocrate Lulzim Basha ont échangé des insultes tout au long de la campagne, rejoints par le président Ilir Meta – un ancien socialiste qui a mis en place un mouvement dissident et ne cache pas son mépris pour le Premier ministre.

Le président a provoqué la consternation la semaine dernière en déclarant que les «fourches» seraient prêtes au cas où les socialistes truqueraient le scrutin – une revendication commune après les élections en Albanie.

Une dispute sur des allégations d’achat de voix dans une ville près de la capitale Tirana au cours de la dernière semaine de la campagne a conduit à une fusillade entre partisans démocrates et socialistes, faisant un mort.

De nombreux électeurs ont exprimé leur frustration face à la culture politique toxique, à la corruption et au manque d’opportunités pour les jeunes qui ont contribué à pousser quelque 1,7 million d’Albanais à partir à l’étranger.

“Nous sommes fatigués, les jeunes étudient et s’entraînent pour trouver du travail, les promesses suivent et puis nous n’obtenons rien”, a déclaré à l’AFP l’expert en finance Mariela Sherrja, 26 ans.