Le PM français s’engage à aider la Tunisie à réformer – FRANCE 24

Publié le:

Tunisie (AFP)

Le Premier ministre français Jean Castex s’est engagé jeudi à aider la Tunisie à aller de l’avant dans ses réformes, alors que le pays d’Afrique du Nord est aux prises avec une profonde crise économique aggravée par la pandémie de Covid-19.

Castex a déclaré que Paris était prêt à aider la Tunisie, une ancienne colonie française qu’il a qualifiée d'”amie”, à mener des réformes économiques et sociales qui pourraient améliorer les conditions, avec un taux de chômage de 18%.

“Ces réformes sont importantes pour la Tunisie, pour le peuple tunisien et pour le partenariat franco-tunisien”, a déclaré Castex à l’issue d’entretiens avec son homologue tunisien Hichem Mechichi.

Le Castex a également évoqué le retour des Tunisiens radicalisés qui vivent en France.

L’année dernière, Paris a donné à Tunis une liste d’une vingtaine de Tunisiens qu’il souhaitait expulser, car ils avaient été condamnés pour terrorisme ou soupçonnés de liens djihadistes.

Castex a également eu des entretiens sur la manière d’endiguer le flux de traversées maritimes illégales, la Tunisie agissant comme une rampe de lancement clé pour beaucoup de ceux qui risquent le voyage dangereux de l’Afrique du Nord vers l’Europe.

Une décennie après sa révolution de 2011, la Tunisie est confrontée à des crises politiques et économiques.

La Tunisie espère obtenir un prêt de trois ans en échange de la mise en œuvre de la réforme du Fonds monétaire international, qui prévoit une croissance du PIB de 3,8% cette année, après une contraction sans précédent de 8,9% en 2020.

La France s’est engagée l’année dernière à prêter 350 millions d’euros à Tunis, dont 100 millions d’euros ont déjà été remis.

La France a également envoyé trois concentrateurs d’oxygène, 18 ventilateurs et plus de 200 000 masques faciaux pour aider les autorités sanitaires tunisiennes à faire face à un pic de cas de Covid-19.

La Tunisie, pays de près de 12 millions d’habitants, a officiellement enregistré plus de 348 000 cas de coronavirus et 12 793 décès.

Le mois dernier, Mechichi a déclaré que le pays traversait “la pire crise sanitaire de son histoire” et que les établissements de santé risquaient de s’effondrer.