Le ministre français de l’Europe a été “ pressé ” de ne pas visiter les zones “ sans LGBT ” de Pologne – Euronews

Le ministre français de l’Europe a répété qu’il avait été empêché de visiter des zones «sans LGBT» en Pologne lors d’une récente visite.

Clément Beaune, ouvertement gay, a déclaré aux médias français avoir été dissuadé par la “pression politique” des responsables polonais.

Le secrétaire d’État français aux Affaires européennes avait souhaité visiter la ville de Krasnik lors d’une visite officielle de deux jours cette semaine.

Mais s’adressant à la radio France Inter, Beaune a déclaré que la Pologne avait menacé d’annuler les réunions officielles s’il se rendait dans la ville.

Human Rights Watch a déclaré que la pression présumée du gouvernement polonais était “honteuse”.

Mais le vice-ministre polonais des Affaires étrangères, Szymon Szynkowski vel Sęk, a nié les allégations et a déclaré que les propos du ministre étaient “clairement faux”.

“Aucune des autorités polonaises n’a interdit ou empêché le vice-ministre français de se rendre à Kraśnik”, a-t-il tweeté mardi.

“Ce genre de suggestions n’est pas bon pour l’ambiance de la visite et nos relations”, a-t-il ajouté, affirmant qu’il discuterait de la question avec l’ambassade de France.

Lors de sa visite, Clément Beaune a déclaré avoir pu s’entretenir avec des militants des droits des homosexuels, dont le maire de l’opposition de Varsovie, Rafal Trzaskowski, et a promis de retourner en Pologne.

Beaune a précédemment qualifié l’existence de “zones sans LGBT” de “scandale absolu” au milieu d’une longue dispute entre l’UE et le gouvernement polonais.

Depuis 2019, une centaine de municipalités, dont Krasnik, se sont déclarées libres de «l’idéologie LGBT», à la suite du soutien du parti conservateur polonais Droit et justice au pouvoir.

En juillet, l’Union européenne a rejeté le financement de six villes polonaises dans le cadre d’un accord de jumelage sur leurs attitudes anti-LGBT.

Pendant ce temps, le géant français de la distribution Carrefour a retiré une campagne publicitaire de la télévision publique polonaise sur les droits des homosexuels.

Le Parlement européen devrait voter jeudi sur une résolution symbolique qui déclarerait l’ensemble du bloc de 27 membres de l’UE une “zone de liberté” pour les personnes LGBT.