Le festival Yellamundie présentera la diversité des récits des Premières nations

Moogahlin Performing Arts, aux côtés du Sydney Festival et de Carriageworks, présentera quatre œuvres de cinq conteurs indigènes et deux débats en direct dans le cadre du Yellamundie Festival.

Les tout nouveaux spectacles de développement seront présentés les 22 et 23 janvier, conformément aux pratiques sécuritaires de COVID, et comprendront

  • Le Guetteurune pièce de théâtre de Dalara Williams
  • Trous d’eauun spectacle de danse de Shana O’Brien
  • Le premier coup de feuune performance de composition de Troy Russell
  • Gumbirrangarroo Dalanngarroo (Le plus long moment en ce moment)une composition interprétée par Brad Steadman et Mark Ross.

Le Yellamundie Festival vise à identifier et à développer de nouveaux conteurs des Premières nations avant de présenter leurs histoires sur scène pour la première fois. Les nouvelles œuvres ont deux semaines de développement avant leur présentation au festival de Sydney.

Le succès du festival Yellamundie, qui en est à sa cinquième édition, est illustré par les dix œuvres présentées qui ont été entièrement produites après avoir été exposées au festival.

Les spectacles dépeignent tout, du mystère, de la guérison et de la nouvelle vie, à la joie et à l’amour, à la culture et à la croissance personnelle. Le thème commun à tous les artistes est l’engagement à préserver la culture indigène.

Shana O’Brien, danseuse et créatrice de Trous d’eaua déclaré que l’histoire la plus forte que les gens ont à raconter est la leur.

“Lorsque nous faisons de l’art avec notre cœur, en nous connectant à la terre, avec nos Ancêtres qui marchent à nos côtés, c’est l’endroit le plus puissant pour créer”, a-t-elle déclaré.

Butchulla et Kabi Kabi, artiste disciplinaire et producteur, Aiden Rowlingson présente Capricorne au Festival, l’histoire d’un jeune couple à la fin de leur relation à long terme.

Rowlingson a déclaré que s’il veut inspirer et changer les esprits par son travail, il veut aussi grandir en tant que producteur et poursuivre le travail de ses Ancêtres.

“Je saurai quand c’est bien de raconter une histoire quand elle élèvera la voix de ma communauté. Si une seule personne de la communauté dit : “Hé, c’est comme moi”, alors je saurai que c’est bien”, a-t-il dit.

Lily Shearer, co-fondatrice de Moogahlin Performing Arts et directrice du festival Yellamundie, a fait écho à la célébration de l’histoire indigène.

“Comment savez-vous où vous allez si vous ne savez pas d’où vous venez ?” a-t-elle demandé.

“Voyez cet arbre, nous pouvons chanter cet arbre, danser cet arbre, le peindre ! AC (After Cook), nous pouvons faire un film sur cet arbre, écrire sur cet arbre, faire une installation ou un spectacle de cirque physique sur cet arbre”.

“Pour raconter une histoire autochtone, vous devez savoir qui est votre peuple. Vous devriez l’avoir vécu”.

M. Shearer a déclaré que le festival de cette année sera le premier à mettre en valeur la danse et la composition ainsi que la dramaturgie.

“[It’s] C’est génial d’être entouré de nos gens, de raconter nos histoires, notre façon de faire”.

Les artistes et les voix de Yellamundie seront également accessibles à travers les panneaux prévus tout au long du festival.

Le 23 janvier, un panel “Meet the Artists” (rencontre avec les artistes) sera proposé en direct et un panel international des Premières nations Yawarra* (dramaturgie) sera diffusé gratuitement en direct. Le panel Yawarra* présente des praticiens renommés du théâtre des Premières nations d’Australie, d’Aotearoa (Nouvelle-Zélande) et de Turtle Island (Canada).

M. Shearer a déclaré que le panel Yawarra explorera les aspects de la composition dramatique en ce qui concerne les pièces en langue indigène “dans le jeu, le texte et la performance”.

Le Yellamundie Festival est soutenu par Create NSW, le Conseil australien des arts, la ville de Sydney et l’Office des arts. Pour plus d’informations, visitez le site : https://www.sydneyfestival.org.au/events/yellamundie-festival.

Par Aaron Bloch