Le confinement de Paris est toujours à l’étude malgré l’aggravation de la situation du COVID-19 en France – ANI News



ANI
Mis à jour :
26 févr., 2021 21:37 IST

Paris [France], 26 février (ANI/Sputnik) : La perspective d’instaurer un confinement total dans la capitale française est toujours à l’étude, malgré l’inscription de Paris sur la liste des zones hautement infectées du pays dans un contexte de dégradation de la situation du coronavirus, a déclaré vendredi le premier adjoint au maire de la ville, Emmanuel Grégoire.
Le Premier ministre français Jean Castex a placé jeudi 20 départements français, dont Paris et la région centrale Il-de-France, sous “surveillance renforcée” à la suite d’une recrudescence des cas de mutation du coronavirus britannique et de l’aggravation générale des infections par le COVID-19 dans le pays. Le Premier ministre a également indiqué que si les infections continuent de s’aggraver, les départements pourraient être soumis à de nouvelles restrictions, y compris des fermetures le week-end, dès le 6 mars.
Des mesures de confinement ont déjà été mises en place dans les zones autour des villes de Nice et de Dunkerque. Cependant, M. Grégoire a déclaré qu’un confinement partiel n’était “pas suffisamment efficace” et a plaidé plus tôt en faveur d’un confinement total de trois semaines dans la capitale.
Si la situation se dégrade rapidement, nous devrons nous poser la question d’un verrouillage plus strict de Paris et de la région parisienne”. [Il-de-France] qui permettrait d’enrayer l’épidémie et de redonner rapidement espoir et visibilité à tous”, a tweeté le responsable vendredi.
Il a également noté que la proposition d’un régime de séjour de trois semaines à Paris était une “hypothèse” et non une “demande”, et a ajouté que la décision finale était réservée au gouvernement.

Grégoire a souligné que le gouvernement de Paris s’opposait aux “demi-mesures” maintenues par l’Etat, notamment le couvre-feu national de 18h00 à 06h00 heure locale (de 17h00 à 05h00 GMT), en vigueur depuis la mi-décembre.
Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a déclaré plus tard que les autorités allaient examiner la proposition de l’administration parisienne, mais a exprimé des doutes quant à son efficacité pour faire face à la pandémie en trois semaines.
Le fonctionnaire a également demandé l’introduction d’un régime obligatoire de travail à distance.
Outre le couvre-feu, la France maintient certaines restrictions exigées par la situation sanitaire actuelle, notamment la fermeture des musées, théâtres, cinémas, restaurants et bars.
À ce jour, les autorités sanitaires ont signalé plus de 3,7 millions de cas de COVID-19 et 85 734 décès liés à cette maladie. (ANI/Sputnik)